Ravel de Jean Echenoz

Couverture aux éditions de Minuit

Dans le cadre de mon défi Le Printemps des Artistes d’avril-juin 2022, j’ai lu cette biographie romancée du compositeur Maurice Ravel, intitulée sobrement Ravel, et parue aux éditions de Minuit en 2006.

Note sur l’auteur :

Jean Echenoz (né en 1947) est un écrivain et romancier français, lauréat d’une dizaine de prix littéraires, dont le Médicis en 1983 pour Cherokee et lauréat du Prix Goncourt en 1999 pour Je m’en vais. Il a publié tous ses romans aux éditions de Minuit.

Note sur le compositeur :

Maurice Ravel (1875-1937) est un compositeur français. Avec son aîné Claude Debussy, Ravel fut la figure la plus influente de la musique française de son époque et le principal représentant du courant dit Impressionniste au début du 20è siècle. Il reçut de nombreuses influences, notamment celle du jazz, de la musique espagnole, et des compositeurs du 18è siècle français comme Rameau et Couperin.
(Sources de ces notes : Wikipédia).

Mon humble Avis :

Ce court roman – 124 pages – retrace les dix dernières années de la vie de Maurice Ravel, mais quelques retours en arrière par l’évocation de souvenirs, en particulier ceux de la guerre 14-18, nous permettent d’embrasser les événements les plus marquants de son existence entière. Ainsi, nous suivons le compositeur lors de sa tournée épuisante et triomphale aux Etats-Unis. Nous assistons à la composition du Boléro, dont le gigantesque succès sera pour Ravel une surprise non moins grande. Nous l’accompagnons dans ses nuits d’insomniaque et ses accès de mélancolie.
Jean Echenoz semble attacher une grande importance aux petits détails de la vie quotidienne, par exemple aux soins de toilette et d’élégance de Ravel, qui nous est présenté comme un parfait dandy, toujours tiré à quatre épingles, arborant en toute occasion des accessoires raffinés (pochette, boutons de manchette, gants, etc.) et d’une netteté impeccable.
Le caractère de Ravel nous apparaît, d’après ce livre, doux, délicat, enclin à la mélancolie, mais aussi réservé, distant et finalement très solitaire, malgré tous ses triomphes, ses nombreuses relations mondaines et ses admirateurs innombrables, qui l’applaudissent à chaque concert.
J’ai particulièrement aimé le portrait brossé par Jean Echenoz, grâce à son écriture précise, cernant la vérité au plus près, et riche en belles descriptions.
Il m’a semblé que l’un des thèmes de cette biographie romancée était précisément ce sentiment de solitude et de tristesse qu’aucun triomphe et qu’aucune notoriété ne peuvent briser ou réchauffer durablement.
On sent le romancier très empathique avec son personnage principal, on voit qu’il l’apprécie beaucoup, et cette bienveillance est agréable à ressentir, au fil des pages.
Un beau livre, dont la fin m’a émue.

Un Extrait Page 65 :

Or l’ennui, Ravel connaît bien : associé à la flemme, l’ennui peut le faire jouer au diabolo pendant des heures, surveiller la croissance de ses ongles, confectionner des cocottes en papier ou sculpter des canards en mie de pain, inventorier voire essayer de classer sa collection de disques qui va d’Albéniz à Weber, sans passer par Beethoven mais sans exclure Vincent Scotto, Noël-Noël ou Jean Tranchant, de toute façon ces disques il les écoute très peu. Combiné à l’absence de projet, l’ennui se double aussi souvent d’accès de découragement, de pessimisme et de chagrin qui lui font amèrement reprocher à ses parents, dans ces moments, de ne pas l’avoir mis dans l’alimentation. Mais l’ennui de cet instant, plus que jamais démuni de projet, paraît plus physique et oppressant que d’habitude, c’est une acédie fébrile, inquiète, où le sentiment de solitude lui serre la gorge plus douloureusement que le nœud de sa cravate à pois. (…)

Logo du Défi, créé par Goran
Poster un commentaire

23 Commentaires

  1. Je n’ai pas lu cette biographie qui a l’air très intéressante !

    Réponse
  2. J’ai lu et relu ce « Ravel ». Admirable de simplicité et de profondeur. Comme toi, j’ai été frappée par le pouvoir d’évocation de tous ces petits détails du quotidien. Merci pour cet article qui me donne envie de le relire une fois de plus. Amitiés, Danielle

    Réponse
    • Bonjour Danielle ! Je me souviens que tu m’avais parlé de ce livre d’Echenoz il y a un ou deux ans et j’avais noté que je devais le lire. C’est donc grâce à toi que je l’ai lu et je t’en remercie 🙂 Un très beau moment de lecture ! Bonne journée à toi ! Bien amicalement. Marie Anne

      Réponse
  3. Un ennui qui accouche de Daphnis et Chloé, l’un des plus beaux mouvement orchestral qui soit ! Merci pour ce partage

    Réponse
    • C’est vrai que « Daphnis et Chloé » est une merveilleuse musique. Le concerto en sol me donne aussi des frissons et m’émeut énormément ! L’œuvre pour piano est aussi extraordinaire… J’adore ce musicien ! Merci beaucoup de votre commentaire ! Bonne journée !

      Réponse
  4. Merci pour cette belle présentation. J’aime beaucoup la musique de Maurice Ravel et de Debussy ! Je vais noter et attendre un peu ayant lu plusieurs biographies romancées…

    Réponse
    • Merci Alain de ce commentaire ! Moi aussi j’aime beaucoup la musique de Ravel et d’après ce livre il était en plus un homme sympathique et pacifique. Bonne journée à vous !

      Réponse
  5. natlarouge

     /  24 mai 2022

    je connais peu la musique de Ravel, en revanche, j’aime beaucoup Echenoz et son écriture travaillée, limpide et une façon d’aborder les histoires, passionnantes. Je vous recommande « des éclairs »

    Réponse
    • Bonsoir Nathalie, tout à fait d’accord sur l’écriture d’Echenoz, c’est un grand plaisir de le lire… il a une certaine légèreté en même temps. Merci pour le conseil, je vais essayer de regarder « des éclairs » de plus près ! Merci, bonne soirée !

      Réponse
  6. Michel B.

     /  24 mai 2022

    Ravel n’aimait donc pas Beethoven ?

    Réponse
    • Bonsoir Michel, j’ai fait la même déduction que vous en lisant cet extrait. Ca m’a un peu étonnée aussi… Peut-être que Beethoven lui paraissait trop dramatique… Je ne sais pas, en fait.

      Réponse
  7. Un très bon livre d’Echenoz, que j’avais chroniqué en son temps sur mon blog (comme « Au piano », d’ailleurs.)
    Bonne journée, Marie-Anne.

    Réponse
    • Je me souviens de tes articles très intéressants sur ces deux livres, ils m’avaient incitée à lire « Au piano » dans un premier temps. J’ai aimé les deux, le portrait de Ravel est attachant. Bonne soirée Jean-Louis.

      Réponse
  8. J’apprécie beaucoup les Editions de minuit. Ils font paraître des livres de grandes qualité. Je connais peu l’histoire de Maurice Ravel. Je te souhaite un bel après midi Marie-Anne 🙂

    Réponse
    • C’est vrai, cet éditeur a une grande renommée et il a publié des très grands auteurs du 20ème siècle, ceux du Nouveau Roman ou Samuel Beckett… Belle soirée Frédéric 🙂

      Réponse
  9. Patrice

     /  25 mai 2022

    Encore une très bonne suggestion de lecture ! Je l’avais noté à l’époque et ton billet me donne vraiment envie de le lire. Il faut que Le printemps des artistes revienne encore pendant quelques années :-).
    Quand on habitait près de Paris, je voulais visiter la maison de Ravel, mais je ne l’ai jamais fait, peut-être as-tu déjà eu cette occasion ?
    https://www.montfortlamaury.fr/culture-tourisme/sites-et-monuments/la-maison-musee-de-maurice-ravel/

    Réponse
    • Bonjour Patrice, merci de me signaler cette maison de Maurice Ravel, c’est intéressant. Je ne connaissais pas son existence… A voir peut-être pour cet été.
      J’ai l’intention de refaire un printemps des artistes l’année prochaine et pour les années suivantes je ne sais pas encore…
      Très bonne journée 🙂

      Réponse
  10. Merci pour cette belle suggestion Marie-Anne! Encore une découverte pour moi…

    Réponse
  11. Je crois que ce roman est fait pour moi. J’aime l’idée de cette évocation d’un grand compositeur, de découvrir la personne derrière les notes et les accords. J’imagine que Echenoz s’est largement documenté sur le sujet mais je serais curieux de savoir si la manière dont il dépeint le personnage tient de sa pure liberté d’auteur ou s’il a recueilli des témoignages d’époque à ce sujet.
    En tout cas, merci pour cette chronique Marie-Anne, je vais très vite rendre visite à mon libraire.

    Réponse
    • Bonjour Prince Écran Noir ! Merci beaucoup de ton intérêt pour ce livre. En le lisant je n’ai pas vraiment cherché à démêler ce qui est inventé par Echenoz et les éléments historiquement vérifiables. On a quand même l’impression que c’est très documenté et qu’il a dû consulter la correspondance de Ravel et les images d’archives car il y a des détails vraiment précis sur les gestes qu’il fait à tel ou tel moment et ses réactions. Bon week-end !

      Réponse
  1. Bilan du « Printemps des Artistes  d’avril à juin 2022 | «La Bouche à Oreilles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :