Bonne Année et Gloria Mundi de R. Guédiguian


Je vous souhaite à tous une très belle et très heureuse année 2020 !
Paix, santé, amour et poésie pour chacun !

Ce jour de l’an est l’occasion de vous annoncer un nouveau rendez-vous mensuel :
à partir d’aujourd’hui, le premier jour de chaque mois sera marqué par un article cinéma : film récent ou plus ancien, français ou étranger, connu ou plus confidentiel …
J’espère en tout cas pouvoir vous parler de films intéressants, qui m’auront marquée d’une manière ou d’une autre.

Je commence dès ce premier janvier ce nouveau rendez-vous Cinéma avec le tout dernier film de Robert Guédiguian, sorti en décembre 2019, Gloria Mundi.

Le Synopsis vu par Wikipedia :

Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie, son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda vient de donner naissance à une petite Gloria.
Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie…
En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, Daniel, qui n’a plus rien à perdre, va tout tenter pour les aider.

Mon Avis

Voici un film très engagé à gauche, qui dénonce une société gangrenée par l’argent, où le monde du travail ressemble de plus en plus à une jungle dépourvue de toute règle et où règne la violence du chacun pour soi et des rapports de force frontaux. Même le cercle familial est contaminé par cette brutalité et les rapports entre parents-enfants et, pire encore, entre sœurs-beaux-frères ne font que refléter l’esprit de tromperie, de haine, de domination que l’on trouve ailleurs dans la société.
Macron est clairement mis en cause dans l’une des dernières scènes du film, où le personnage le plus odieux de la famille – Bruno, excellemment interprété par Grégoire Leprince-Ringuet – se réclame des valeurs macronistes dans un discours assez glaçant.
Ce film s’articule en fait sur trois couples : les « gentils » sexagénaires (Darroussin et Ariane Ascaride) qui font ce qu’ils peuvent pour s’en sortir et essayent d’aider leurs enfants quand ils le peuvent. Les « méchants » trentenaires (Leprince-Ringuet et Lola Naymark) qui n’ont pas d’autre valeur que l’argent et semblent représenter des sortes de Thénardier contemporains, cyniques et sans aucun scrupule. Et puis le troisième couple (Robinson Stévenin, Anaïs Demoustier), ni méchant ni gentil, représente ceux qui subissent le monde actuel de plein fouet, qui se font malmener et écraser par un système plus fort qu’eux.
Le personnage de Daniel, repris de justice au grand cœur, est une sorte de Jean Valjean des temps modernes, héros solitaire, grand-père attentionné et père protecteur. Il n’a jamais travaillé de sa vie et est resté pur de toute considération égoïste ou mercantile. Il écrit des haïkus, activité désintéressée et éthérée par excellence. La société n’a rien prévu pour sa réinsertion et il finira par choisir délibérément le sacrifice de sa liberté, pour le bien de sa famille.
Un film qui accumule peut-être un peu trop les malheurs et déconvenues sociales de toutes sortes, mais qui se révèle assez convaincant dans son propos et par moment très émouvant par la défense d’un humanisme envers et contre tout.

Matin, d’Arthur Rimbaud

N’eus-je pas une fois une jeunesse aimable, héroïque, fabuleuse, à écrire sur des feuilles d’or, – trop de chance ! Par quel crime, par quelle erreur, ai-je mérité ma faiblesse actuelle ? Vous qui prétendez que des bêtes poussent des sanglots de chagrin, que des malades désespèrent, que des morts rêvent mal, tâchez de raconter ma chute et mon sommeil. Moi, je ne puis pas plus m’expliquer que le mendiant avec ses continuels Pater et Ave Maria. Je ne sais plus parler !

Pourtant, aujourd’hui, je crois avoir fini la relation de mon enfer. C’était bien l’enfer ; l’ancien, celui dont le fils de l’homme ouvrit les portes.

Du même désert, à la même nuit, toujours mes yeux las se réveillent à l’étoile d’argent, toujours, sans que s’émeuvent les Rois de la vie, les trois mages, le coeur l’âme, l’esprit. Quand irons-nous, par delà les grèves et les monts, saluer la naissance du travail nouveau, la sagesse nouvelle, la fuite des tyrans et des démons, la fin de la superstition, adorer – les premiers ! – Noël sur la terre !

Le chant des cieux, la marche des peuples ! Esclaves, ne maudissons pas la vie.

***
Matin d’Arthur Rimbaud, extrait d’une Saison en Enfer

Joyeux Noël à tous ! Joyeuses fêtes !

***

Une réforme contre les Handicapés

Vous savez que je ne parle quasiment jamais de politique ou de questions de société sur ce blog.
Mais aujourd’hui je vais transgresser mes habituels tabous car l’heure est grave.

Un projet de réforme est actuellement en cours : il vise à jeter les Handicapés dans la misère et à leur rendre la vie impossible par des contraintes Iniques et absurdes !

Les Associations de Défense des Droits des Handicapés se sont toutes insurgées contre cette réforme et ont demandé son abandon mais le Gouvernement s’en fiche et s’obstine.

Concrètement, le gouvernement veut supprimer l’Allocation Adulte Handicapé et la remplacer par une Allocation Universelle d’Activité.

Cela aura pour conséquence :
– Une baisse de revenus très importante : 850 euros par mois actuellement vont se réduire à 480 euros (pour une personne propriétaire de son logement).
– Mais surtout une obligation de travailler pour des Handicapés reconnus médicalement incapables de travailler.

Aujourd’hui, la question du Handicap est étudiée sous forme de dossier médical, avec l’avis d’une commission éclairée sur les problèmes médico-sociaux.
Demain, il n’y aura plus aucune spécificité du Handicap.

Si vous voulez donner votre avis sur ce projet de Loi scandaleux et ignoble et aider les Personnes Handicapées Vous pouvez répondre à la Consultation en Ligne Suivante :

https://www.consultation-rua.gouv.fr/

MERCI DE NOUS SOUTENIR

Liebster Award 3.0

J’ai été nominée par Une vie, des livres pour participer au Liebster Award 3.0 et je la remercie d’avoir pensé à moi !

Pour participer à ce Tag, quatre simples étapes :

1. Remercier le blogueur qui vous a nommé → fait
2. Répondez aux questions qui vous ont été posées
3. Nommez 5 autres blogueurs
4. Posez 6 nouvelles questions

Voici mes réponses aux 6 questions :

1 ) Quel est l’auteur le plus représenté dans ta bibliothèque ?
Sans doute Romain Gary dont je possède une dizaine de romans, l’un de mes écrivains préférés.

2) Comment choisis-tu les livres que tu achètes : selon une liste d’envies, en les sélectionnant avant de les acheter, au feeling, etc. ?
Les blogs que je suis me donnent beaucoup d’idées de lectures, mais aussi les revues de poésie, et je vais également me promener en librairie pour découvrir des auteurs que j’ignore. J’écoute aussi les conseils d’amis. Tous les moyens sont bons pour découvrir des livres !

3) Aimes-tu/aimais-tu tes lectures obligatoires à l’école ?
C’était variable. Parfois ça m’ennuyait tellement que je laissais tomber au bout de 30 pages. Mais, grâce à l’école, j’ai découvert La Chute de Camus et Les Fleurs du Mal, que j’ai adorées.

4) Partages-tu tes lectures avec ton entourage (famille, amis, collègues…) ou seulement via ton blog/tes réseaux sociaux ?
J’ai la chance d’avoir un entourage qui aime les livres et avec qui je peux parler de mes lectures.

5) As-tu des centres d’intérêt incompris ou qui paraissent loufoques aux yeux de certains ?
Pendant des années ma passion pour la poésie m’a attiré des moqueries mais ça s’est beaucoup arrangé !

6) Quel est ton dessert préféré ?
J’aime beaucoup la glace au cassis avec quelques fruits rouges et un peu de chantilly par-dessus.

***
Je nomme donc les cinq autres blogueurs suivants :

– Eléonore du blog A mes heurs retrouvés
Madame Lit
Bonheur des yeux et du Palais
Laurence Délis
La Barmaid aux Lettres

qui devront (si elles le souhaitent) répondre à ces questions :

Si tu pouvais voyager dans le temps, vers quelle époque irais-tu ?
Si tu pouvais ressusciter un personnage célèbre du passé, qui aimerais-tu rencontrer ?
Aimes-tu voir les adaptations au cinéma des livres que tu aimes ?
Est-ce que tu gardes longtemps tes lectures en mémoire ?
Que cherches-tu dans un livre ?
Quelle est la musique ou la chanson qui te rappelle le plus de souvenirs ?

***

Pause Estivale pour La Bouche à Oreilles

Ce blog va tourner très au ralenti pendant toute la période estivale : j’ai programmé de temps en temps un petit article poésie pour ne pas vous abandonner complètement mais je ne serai plus très présente pour répondre aux commentaires ou participer à la vie de la blogosphère.
Ce sera pour moi l’occasion de lire quelques classiques, de la poésie, des romans, dont je vous parlerai à la rentrée.
Je vous souhaite à tous bonnes vacances, bon repos, et bonne détente !
Je vous retrouve dès la deuxième semaine de septembre !

***

La Bouche à Oreilles fête ses sept ans !

Eh oui, ce blog a atteint aujourd’hui l’âge de raison : le premier article date du 15 juin 2012 !
Beaucoup de choses ont changé dans le monde et dans mon existence pendant ces sept années, mais je suis contente d’avoir pu garder mon cap en ce qui concerne ce blog et d’avoir fourni des articles à peu près régulièrement.
Pas de lassitude en vue, au contraire, donc je vais continuer !
Merci aux lecteurs du blog, à ceux qui me suivent fidèlement, commentent, ou simplement apprécient ! Car ils m’apportent beaucoup, initient des échanges très enrichissants et me donnent envie de poursuivre l’aventure.
C’est parti pour une huitième année, avec toujours poésie et littérature, quelques films et expos, voire un peu de musique de ci de là !

La Bouche à Oreilles en vacances


Eh oui, c’est l’été. Ce blog va donc tourner à un rythme très ralenti jusqu’au début septembre.
Durant les deux prochains mois, je publierai peut-être de temps en temps un poème, sans régularité, au gré de mes humeurs.
Je compte profiter de cette pause estivale pour lire des classiques, dont je vous parlerai sans doute à la rentrée.
Je vous laisse sur une photo de Lisbonne, où j’aimerais beaucoup aller, bien que ce ne soit pas encore programmé pour cette année.
A bientôt, bonnes vacances !

Sunshine Blogger Award

Merci à Eléonore qui m’a mentionnée pour ce Sunshine blogger Award !
Je réponds donc à ses onze questions :

1) Un livre plus marquant que les autres ?
Beaucoup de livres ont été importants pour moi, mais je crois que celui qui a le plus marqué ma jeunesse ce sont Les Oeuvres complètes de Rimbaud, que j’ai relues un nombre incalculable de fois.

2) Où iriez-vous, que feriez-vous à deux ?
Nous irions en Bretagne ou peut-être à Lisbonne ou encore en Andalousie. Nous discuterions à une terrasse de café …

3) Les trois choses que vous aimez faire dans votre quotidien ?
– Ecrire de la poésie le matin.
– Jouer du piano à midi.
– Recevoir le coup de téléphone de mon compagnon le soir.

4) Les quatre saisons de Vivaldi. Que vous inspire la musique classique ?
Dans mon enfance, mes parents en écoutaient et j’aimais bien. Après, j’ai préféré des musiques plus rock. Mais maintenant je suis revenue au classique. Par contre, j’aime essentiellement la période romantique et post-romantique. Les musiques plus anciennes m’ennuient.

5) Cinq choses et/ou personnes que vous chérissez.
Je vais en rester aux choses (je garde les personnes pour moi). J’aime le café, mon stylo, mon piano, ma bibliothèque, et mon ordinateur …

6) Et si votre vie était à refaire, aimeriez-vous changer votre destinée ?
Il y a des choses dans mon parcours qui ne me plaisent pas du tout, mais comme elles m’ont probablement conduite au point où j’en suis maintenant, et que je suis contente de ma vie présente, je ne sais pas …

7) Les sept merveilles du monde. Quelle est la merveille dans votre monde ?
Mon compagnon 🙂

8) Huit ou le chiffre de l’infini. Votre vie est éternelle, cela vous effraie-t-il ou non ?
Eternelle ça parait vraiment trop long. Mais si elle durait trois ou quatre cents ans ça me semblerait pas mal.

9) Neuf. La dernière chose (neuve) que vous ayez achetée.
Une paire de chaussures rose pâle, pour l’été.

10) Un souvenir de mes dix ans ?
Oui, je vivais jusque là en province, dans une maison avec un grand jardin, et nous avons déménagé à Paris. Je me souviens comme l’appartement me paraissait petit et comme la verdure me manquait, Paris me semblait tout gris.

11) Onze septembre 2001. Que faisiez-vous ce jour-là ?
J’étais au travail et mon chef a vu la nouvelle de l’attentat sur son ordinateur. Comme il y avait une télé dans un autre bureau, nous avons tous regardé les images. La plupart de mes collègues riaient en regardant les explosions (je le dis parce que c’est vrai). De mon côté, j’étais sur le point d’être virée et je n’allais pas très fort.

Chacun(e) peut reprendre ce tag selon son bon plaisir.
Et comme je suis très paresseuse, je pose les onze mêmes questions qu’Eléonore.

La bouche à oreilles a 6 ans, petit bilan


Le 15 juin 2012 je créai ce blog, sans ambition bien définie et avec l’objectif principal de me faire plaisir en parlant de ce que j’aime.
Six ans plus tard, et après quelque cinq cents articles (505 pour être précise) – je dois remercier les nombreux abonnés (environ 390) et les visiteurs plus ou moins réguliers qui mettent du mouvement dans ce blog, de même que les commentateurs qui font vivre et enrichissent mes petits articles.

Ce blog a reçu depuis sa création plus de 150 mille visites et plus de trois mille commentaires, essentiellement pour les articles poésie, et je suis ravie que des poètes comme René Char, Claude Roy, Jean Tardieu ou Samuel Beckett semblent si populaires.
Parmi les nombreux articles sur des poètes contemporains, ceux sur Christian Bobin, Liliane Wouters et Jean-Claude Pirotte reçoivent le plus de visites.

On s’est connecté d’un peu partout dans le monde pour regarder ce blog, mais surtout de France, des Etats-Unis, de Belgique, du Canada et du Sénégal, ou encore de Suisse et du Maghreb, ce qui me touche beaucoup. Mais il y a eu également, depuis les douze derniers mois, un(e) visiteur(euse) des îles Fidji, un(e) du Groenland et un(e) des Seychelles, ce qui est très agréable à imaginer.

Je cesse là avec les statistiques !

Si vous avez des observations sur ce blog ou si vous souhaitez que je consacre plus d’articles sur tel ou tel sujet, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires.

Merci encore !

Autour du monde, elles écrivent

Je n’ai encore jamais participé à un défi de lecture mais je suis tombée par hasard sur Autour du Monde, elles écrivent – un défi organisé par Eléonore du blog « A mes heurs retrouvés » dont je vous propose de lire le règlement ici – et qui m’a tout de suite séduite.
Je me suis inscrite en tant que Femme d’ici, donc je lirai dans les mois qui viennent un roman d’une auteure africaine (été) qui sera probablement Marou de Bessie Head, auteure sud-africaine que je n’ai encore jamais lue.
Pour l’automne je lirai probablement l’écrivaine chilienne Carla Guelfenbein, avec le roman Nager nues paru chez Babel.
Pour l’hiver je pense lire Siri Hustvedt, mais ne suis pas encore tout à fait fixée.
Comme le printemps est consacré à l’Asie et que j’ai déjà beaucoup chroniqué d’auteures japonaises, je tâcherai de mettre à l’honneur un autre pays de ce continent. Si vous avez des suggestions je suis preneuse (écrivaines chinoises, iraniennes, indiennes, etc.)
Pour l’écrivaine intemporelle, je n’ai pas non plus encore d’idée très définie, mais je pencherais pour une poète, peut-être Emily Dickinson.

Aussi, je ne respecterai pas forcément les saisons, et j’espère avoir répondu à ce défi de lecture bien avant l’échéance autorisée.

De belles lectures en perspective, dont je vous reparlerai au fil des mois …