Poème sans connaissance


Ce poème est paru dans le numéro 36 (juin 2018) de la revue A l’index dirigée par Jean-Claude Tardif.

Poème sans connaissance

Le chat
lorsqu’il a faim
manque d’humour
et le printemps
lorsqu’il débute
manque de bonne humeur,
mais moi j’ignore
ce qui me fait défaut,
peut-être une pensée
derrière le décor
ou une émotion
derrière le lexique.
Il y a quelque chose
au bout de cette feuille
qui pourrait peut-être
la changer en poème
si toutefois vos ombres
voulaient bien
rencontrer les miennes
– pour que la lumière soit.

**

Publicités

Deux poèmes d’avril


Douce sauvagerie (8 avril 2018)

Sans attendre
que reverdisse mon sang,
j’ai esquivé
les grises saisons
de la patience,
j’ai hâté
les rouges bourgeons
des nuits laiteuses.

Me précipiter vers toi
dès que sonne l’heure
le cœur pétille
et la chair médite.

Sans attendre
que la vie me guide
vers davantage de vie,
je ne me suis arrêtée
ni à l’intensité
trop aiguë du silence
ni à la nullité irréductible
de la mort,
et j’ai hâté
les sauvages suavités
de nos tremblantes tendresses.

Marie-Anne Bruch

***

Sentences (11 avril 2018)

L’aube a noyé la lune dans le grand bain du ciel.
La nuit est repartie faire son tour du monde.
Les arbres en fleurs perdent des plumes dans le lent pétrissage du vent.
Les enfants n’ont pas les moyens de faire venir le soleil mais ils savent faire rire les nuages.
Les adultes, non contents d’être de vieux enfants, se réjouissent en secret d’être de jeunes vieillards.
Et moi, que suis-je ? Le soleil poudroie sur la vitre et les ombres me plaquent contre le mur sans éclat du devenir.

Marie-Anne Bruch

***

Deux de mes derniers poèmes en prose

Le Jour et la nuit

Le jour n’est ni le contraire ni l’inverse de la nuit, – encore moins son opposé – car, ce que le jour recherche en déblayant les nuages du côté du levant, la nuit le cherche aussi en fouillant les impuretés des ténèbres sous le colimaçon du rêve.
Ce que le jour amplifie et fait résonner dans les trois dimensions bien cartographiées de la conscience, la nuit le rétrécit, le réduit à la seule et unique dimension du tâtonnement.
Si le jour nous met face au tumulte du monde pour nous faire comprendre que nous sommes voués à la connaissance, la nuit nous met face à notre propre tumulte pour nous faire comprendre que seule l’ignorance recèle quelque issue.
Le jour n’est ni le contraire ni l’inverse de la nuit, ce sont simplement deux mondes qui se tournent autour pour mieux s’éviter, et qui ne peuvent se rencontrer qu’en rougissant.

Marie-Anne Bruch

***

Neige de Printemps

L’hiver est réapparu au beau milieu des mésanges en fleurs et des hirondelles en bourgeons, changeant les giboulées en poudreuse et la boue en verglas, figeant le paysage dans un scintillement de cristal friable, amortissant la stupéfaction de nos cœurs sous plusieurs épaisseurs de docile patience.
Alors, le cerisier ne sait plus démêler – entre froidure et fraîcheur, entre blancheurs et lividités – de la neige ou de la fleur, laquelle est la plus délicate ou la plus éphémère, laquelle se laissera cueillir avec le plus d’ineffable abandon.

Marie-Anne Bruch

***

Quelques haïkus de bord de mer


Etant partie quelques jours au bord de la mer – plus précisément en Bretagne – je vous propose quelques haïkus ramenés de mon séjour sur ces côtes accueillantes.
En espérant qu’ils sauront prolonger l’été jusqu’au cœur des pires grisailles.

***

La vague
déploie
son aile blanche.

***

Ciel vertical
mer horizontale
mouette oblique.

***

Dans le ciel
les gros rouleaux sombres
des nuages écumants.

***

Bonnets chauves
des baigneurs – tignasses pourpres
des algues.

***

Multiples échos
traversant l’immensité
– cris des mouettes

***

Le vent feuillette
mon livre – le sable
comme marque-page.

***

Une mouette
le cou dans les épaules
risque un pied dans l’eau.

***

Qu’est-ce que l’écume ?
La salive de la mer
quand elle mord le vent.

***

Haikus des quatre Saisons

Vous aurez peut-être remarqué, pour ceux qui me suivent régulièrement, que j’écris des haikus depuis le début de l’année 2015.
J’ai d’ailleurs eu le plaisir de partager ici certains d’entre eux, au gré des saisons et des changements de temps.

Je choisis donc ce dimanche un peu maussade et automnal pour vous annoncer la parution chez l’éditeur Encres Vives de mon recueil Haïkus des Quatre Saisons, où vous retrouverez quelques tercets publiés au fil des mois, ainsi que beaucoup d’autres inédits, mais dans le même esprit.
La postface a été écrite par le poète Denis Hamel.

Si vous désirez en savoir plus vous pourrez lire un article du revuiste et poète Patrice Maltaverne sur son blog Poésie Chronique Ta Malle dont voici le lien : Chronique Poétique de P.Maltaverne – page sur laquelle vous trouverez aussi quelques extraits.

Quelques uns de mes derniers haïkus

Puisque la rentrée approche et que le temps semble vouloir se mettre à la morosité, je vous propose quelques haïkus écrits pendant l’été, pour prolonger un peu les beaux jours et le farniente !

***
La petite fille
pointe du doigt
l’éphémère

***

Papillon frôlé
– poudre d’argent
au bout du doigt.

***

Face à face
avec la rose
qui me tient tête.

***

Tournesols coupés
ne suivent plus le soleil
– torticolis.

***

Aires de repos
où les aoûtiens croisent
les aoûtats.

***

Ecraser
un moustique repu
– coup de sang.

***

Derrière un portail
aboiements plaintifs
– dénonçant l’absence.

***

En sandales
entre les flaques
– glissades d’été.

***

Pigeons de Paris
marcheurs tranquilles – passants
parmi les passants.

***

Vertus du miel
– les abeilles n’ont pas
mal à la gorge.

Quelques uns de mes derniers haikus


J’espère que vous prendrez plaisir à lire ces quelques tercets de saison.

***

Le petit merle
semble me soupçonner
de quelque noirceur.

***

Pendant le film
pour deviner tes émotions
besoin de sous-titres.

***

A regarder
trop longtemps la télé
– risque d’implosion.

***

La dame très chic
en tailleur bleu vert
et varices assorties.

***

Les cerises du voisin
sont mûres
– moi aussi.

***

Le chat assis
tel un petit sphinx
– semble savoir l’énigme.

***

Retour de promenade
– la marque des clés
dans ma paume.
***

La forêt
tient le crépuscule
à bout de bras.

**

Pourquoi dit-on
que le silence est profond ?
Il est parfois très plat.

**

Quelques uns de mes derniers haikus

C’est devenu une tradition pour moi de publier mes haikus sur ce blog, donc je m’y recolle une nouvelle fois.
Cette fois-ci, la période électorale m’a inspiré quelques vers, de même, plus banalement, que la nature lors de mes promenades …

***
Le bruit de la pluie
nous met martel en tête
– eau à percussions.

***

A l’abri des pluies
sous les bras du platane
– les iris bleus.

***

Grisaille d’avril
– le long des rues, le chant triste
des tourterelles.

***

Devenir plus vieille
un jour d’avril pluvieux
– caprices du temps.

***

Têtes d’affiches
dents noircies et petits cœurs
– sourire électoral.

***

Affiche sauvage
dents noircies, œil au chewing-gum
– gauche caviardée.
***

La plante d’intérieur
s’incline vers la fenêtre
– désir d’évasion.

***
Se tenir aux murs
rebondir à cloche pied
– danse des chaussettes.

***

Bonne année à tous et quelques haikus !

branche_de_gui
Je vous souhaite à tous une très belle année 2017 pleine de paix et de douceur ! Mais aussi de culture et de réussites !

Voici quelques haikus de ma composition – pour célébrer l’hiver et le nouvel an !

Balade hivernale,
ciel couleur de patinoire
et trottoirs glissants.

**
Flocons pas plus gros
que des têtes d’épingles
– le froid me pique !

**
La nuit va tomber
sur l’épais brouillard d’hiver
– Voiles noirs, voiles blancs.

**
Cheminées fumantes
arbres saupoudrés de givre,
blancheurs dans la brume.

**
La nuit la plus longue
de l’année, ne pas dormir,
écouter la pluie.

**
Mouvement de recul
face à l’hiver qui approche
– Comment y échapper ?

**

En hiver, les arbres
ne meurent pas : ils dorment ;
les oiseaux les veillent.

**

Le jour se lève
sur un ciel couvert : passage
du noir au gris.

**
Dans la flaque d’eau
se reflètent les grands arbres
la tête en bas.

**
Pour la Saint-Sylvestre
La foret a les cheveux blancs
et de longs bas noirs.

**
Noël au jardin :
les escargots font leur
petit réveillon.

Marie-Anne BRUCH

Quelques uns de mes derniers haikus

C’est devenu une habitude de vous livrer ici quelques haikus, et j’espère que vous y prenez intérêt.
Voici donc quelques uns des derniers, sur des thématiques automnales : comme vous le constaterez j’ai fait quelques promenades dans les bois.
N’hésitez pas à me faire part de vos impressions et préférences.

***
Bousculé par
le vent, l’arbre jaune laisse
tomber quelques feuilles.

***
En fait de cueillette,
ne trouver que des marrons
et des mûres rouges.

***
Un jeune homme avec
un détecteur de métaux
dans la forêt d’or.
***

C’est le jour des morts
que les corbillards redeviennent
citrouilles.

***
Toutes les châtaignes
ont les piquants en désordre
et les bogues nues.

***
ne pas trop savoir
s’il faut commencer la journée
ou se recoucher

***

Les feuilles qui tombent,
plutôt que mortes, ont l’air
de belles alanguies.

***
Marcher dans les feuilles
mortes, dans un léger bruit
de chiffons froissés.

***
Ne plus voir que les
scintillements du goudron
– Soleil dans les yeux
***