X fois la nuit de Patricia Castex-Menier

J’aime beaucoup la poésie de Patricia Castex Menier (née en 1956 à Paris), que j’avais pu découvrir grâce à la revue poétique A l’Index, et à laquelle j’avais déjà consacré un petit article.
Récemment, j’ai acheté deux de ses recueils de poèmes, en particulier X fois la nuit, un de ses recueils les plus réputés, qui date de 2006 et a obtenu la Bourse Poncetton de la Société des Gens de Lettres – un livre nocturne qui se divise en quatre parties : la nuit à soi, la nuit du chant, la nuit des autres, la nuit du lieu. Quatre facettes d’une même réalité, teintée parfois de mythologie ou d’histoire antique, et réflexion sur l’ambivalence des ténèbres.
Je vous propose quelques poèmes.

***

A
quatre heures

coupée
en deux,

elle
est un fruit

dont
on voit l’intérieur,

l’insomnie
comme un noyau.

***

On
dit qu’elle date
d’avant le monde,

précéderait
les dieux.

Mais
a-t-il
jamais fait jour,

ont-ils
vraiment compté ?

***

Est-ce
par ambition

qu’elle
s’empara
des yeux d’Homère ?

Emblème
en tout cas bien trouvé,

pour
durer jusqu’à nous.

***

L’aurore
au moins serait son petit
mené à terme.

Mais
elle beugle déjà,

c’est
l’incendie
dont elle accouche :

les
missiles ont éventré
sans sommation

les
grandes étables du ciel.

***

X fois la nuit a été publié en 2006 par Cheyne éditeur. Vous pouvez le commander en librairie.

Publicités
Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Comme si j’attendais un retour de ta présence cet envoi est mieux qu’un signe : un retour.
    Je ne connais pas cet auteur, raison de plus de sentir un appel.
    Bonne journée Marie-Anne, je t’embrasse.

    Réponse
  2. Merci pour la découverte Marie-Anne…

    Réponse
  3. J’aime beaucoup le premier. Ça me rappelle l’école de New York.

    Réponse
    • Vous me prenez au dépourvu, je ne connais pas l’école de New York … pas très férue de poésie américaine, je l’avoue, à part Brautigan et Bukowski, …

      Réponse
      • Je l’ai découverte grâce au très beau film de Jim Jarmusch « Paterson ». Je pense notamment à Kenneth Koch, un de ses plus importants représentants. En France, Olivier Cadiot revendique cette influence, entre autres.

      • Désolée, je viens seulement de voir votre commentaire maintenant, j’y réponds très en retard. J’ai beaucoup aimé « Paterson » de Jarmusch, je me souviens surtout des poèmes de William Carlos William dans ce film. Je vais me renseigner sur Kenneth Kock, merci de m’avoir éclairée sur ce sujet !

  4. Oui moi aussi j’aime beaucoup son écriture lapidaire et solaire jusque dans la nuit. Je crois que c’est vous qui me l’avez fait découvrir. Les poèmes de Soleil sonore sur lesquels je suis tombée m’ont parlé intimement. Je retrouve chez elle l’imaginaire méditerranéen qui m’habite comme tant d’autres. Merci beaucoup de ce partage !

    Réponse
    • Je vais consacrer à cette poète un autre article bientôt, sur un autre de ses recueils, intitulé Jardins Publics, je l’aime aussi beaucoup … Ca me fait vraiment plaisir que vous aimiez, merci de ce commentaire et de votre enthousiasme 🙂

      Réponse
  5. J’adore! Une écriture sans rien qui dépasse d’inutile. Merci pour ce beau partage!

    Réponse
  6. florian81

     /  23 août 2019

    Moi j’avais lu Bouge tranquille par hasard. Ça m’avait paru le récit des mouvements extérieurs de la vie d’une jeune fille du point de vue d’une narratrice rassérénée. Du coup cette sorte de distance qui est opérée est tout l’enjeu poétique du livre.

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :