Deux Poèmes de Louise Glück

Ces poèmes sont extraits du recueil « L’Iris sauvage » paru chez Gallimard dans la collection Du Monde entier, en édition bilingue, qui permet d’apprécier la traduction de Marie Olivier.

Note sur Louise Glück :

Louise Glück (née en avril 1943) est une poète américaine active à partir de la fin des années 60. Primée à plusieurs reprises, elle obtient le Prix Nobel de Littérature en 2020 pour l’ensemble de son œuvre poétique. Elle est professeur d’Université à Yale et à Stanford. Son recueil « L’Iris sauvage » est initialement paru en 1992 aux Etats-Unis et a reçu le prix Pulitzer.
Il est à remarquer que l’œuvre de Louise Glück n’était pas traduite en français ni disponible chez aucun éditeur français jusqu’à l’obtention de son Prix Nobel.

**

Page 27 :

Matines

Le soleil brille ; près de la boîte aux lettres, les feuilles
du bouleau pliées, plissées comme des nageoires.
En dessous, les tiges creuses des jonquilles blanches,
Ailes de glace, Cantatrices ; les feuilles
sombres de la violette sauvage. Selon Noah,
les dépressifs détestent le printemps, déséquilibre
entre les mondes intérieur et extérieur. Je plaide
différemment – être dépressive, certes, mais en un sens,
attachée
avec passion au tronc vivant, mon corps
bien enroulé dans le tronc fendu, presque en paix
dans la pluie du soir
presque capable de sentir
écumer et s’élever la sève : selon Noah, c’est
une faute typique des dépressifs, s’identifier
à un arbre alors que les cœurs joyeux
virevoltent dans le jardin telles des feuilles mortes, image
d’une partie, pas d’un tout.

**

Page 47:

Matines

Pardonne-moi si je te dis que je t’aime : on ment
toujours aux puissants car les faibles sont toujours
mus par l’affolement. Je ne peux aimer
ce que je ne peux concevoir et toi, tu n’offres
presque rien : es-tu comme l’aubépine,
toujours là, similaire, au même endroit,
ou serais-tu plutôt comme la digitale, inconstante, poussant
d’abord,
pointe rose sur la pente derrière les marguerites,
et l’année suivante, violette dans la roseraie ? Comprends
que c’est inutile pour nous, ce silence exhortant à la croyance
que tu dois être toute chose, la digitale comme l’aubépine,
la rose vulnérable comme la résistante marguerite – il
ne nous reste plus qu’à penser
qu’il était impossible que tu existes. Est-ce là ce que
tu nous incites à croire ? Cela explique-t-il
le silence du matin,
l’instant précédant le frottement des ailes des criquets,
l’instant précédant
le combat de chats dans la cour ?

**

Louise Glück

Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Merci pour le partage qui donne envie d’en savoir plus. Je suppose que le texte anglais donne des voix de réflexions sur les sonorités et le rythme que le français ne rend compte…

    Réponse
  2. Le deuxième poème est vraiment magnifique.
    C’est donc cela, se faire sonner les matines, de bon matin.

    Réponse
  3. Qu’ajouter de plus à ces mots de Louise Glück , prix Pullitzer 1992, c’est sublime ! On est dans quelque chose qui touche au plus profond de notre âme. Je te remercie Marie-Anne pour toutes ces découvertes poétiques. Tu es mon site de référence en la matière ! Excellente journée à toi 🙂

    Réponse
  4. natlarouge

     /  30 novembre 2021

    j’avoue ne pas lire de poésie mais je découvre avec toi, des poèmes, des auteurs, et c’est du bonheur

    Réponse
  5. Quelle découverte ! Pour la jardinière que je suis, sa vision des feuilles et des fleurs est étrange. C’est une poésie qui ne se saisit pas à la première lecture. Merci Marie-Anne.

    Réponse
    • J’ai bien aimé sa comparaison des feuilles plissées avec des nageoires. Mais c’est vrai que certaines idées paraissent étranges, comme sa vision de l’aubépine (similaire) et de la digitale (inconstante)… mais cette étrangeté me parait belle, elle me met en éveil… Merci Danielle belle journée !

      Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :