Deux de mes derniers poèmes rimés

J’ai écrit ces poèmes au printemps et été 2021.
Merci de ne pas les diffuser sans mon autorisation.

transilien, intérieur du train

Eloge de la SNCF

Rouler en transilien dans la campagne rase,
Voir filer les hameaux tagués et les terrains
Vagues, ce n’est pas très folichon, à la base.
Un genre de torpeur fadasse vous étreint.

De gare en gare, nous roulions dans cet écrin
D’ennui morose, quand j’entendis cette phrase,
Dite sur un ton simple, aimable et sans emphase :
« Prenez garde à la marche en descendant du train ! »

Que la SNCF parle en alexandrin
Au pauvre banlieusard que son train-train écrase,
Cela aurait de quoi me mener à l’extase
(Est-ce excessif ? Un brin ? Sans frein ? Ou a tout crin ?)

Maintenant, chaque fois que j’ai l’esprit chagrin,
Je pense à cette phrase audacieuse et courtoise
Qui me sied ! Pour un peu, je me croirais en phase
Avec ce monde ultra-néo-contemporain.

**

Eloge de la Bêtise

Je suis bête mais c’est à moitié fait exprès
Et je n’ai de l’esprit que par inadvertance
Mais j’en ai d’autant plus que j’entre dans la danse
De plus crétins que moi (à ce qu’il me parait).

Les intellos pédants qui tiennent toujours prêt
Un fumeux paradoxe empreint d’intelligence,
Je leur sors aussitôt une plate évidence,
Digne de Lapalisse – ils en sont pour leurs frais !

Par l’électrique essor de leurs brillants neurones
Ils croient pouvoir prétendre aux merveilleuses zones
De tranquille bonheur où ma stupidité

Me mène sans effort ni qualité majeure.
Ils sont trop malins pour voir cette vérité :
La raison du plus bête est toujours la meilleure !

Marie-Anne Bruch

**

Poster un commentaire

24 Commentaires

  1. Michel B.

     /  18 novembre 2021

    J’adore ! Les deux !
    Très bonne journée !

    Réponse
  2. Espiègles et fantaisistes, tes deux poèmes enjolivent le quotidien. J’aime beaucoup.

    Réponse
  3. L’alexandrin du RER risque de me hanter longtemps, je ne l’entendrais plus jamais comme avant et sûr qu’on me prendra comme bête au sourire sur ma face mais qu’importe puisque moi aussi j’y suis qu’à moitié.

    Réponse
  4. Excellents : drôles et très fins, bravo !

    Réponse
  5. La raison du plus bête est toujours la meilleure.
    Comme tu as, hélas, raison ! Les chaînes de désinformation continue nous le prouvent ad nauseam.
    Bonne journée, Marie-Anne.

    Réponse
    • Tout à fait ! L’essentiel c’est de ne pas trop les prendre au sérieux. Ou, encore mieux, de ne pas les écouter et de mettre de la musique à la place. Bonne journée Jean Louis 🙂

      Réponse
  6. Très juste, et leur vérité est formulée de manière si gracieuse et enjouée qu’elle oublie de blesser

    Réponse
    • Merci beaucoup Josephine! Je préfère largement jouer la carte de l’humour plutôt que la méchanceté. D’ailleurs je n’ai rien contre les gens intelligents ni contre la bêtise qui a aussi son utilité. Bonne journée à vous !

      Réponse
  7. J’ai beaucoup apprécié ces deux poèmes. Merci Marie-Anne.

    Réponse
  8. Merci Marie-Anne ⭐🌟⭐🌟⭐

    Réponse
  9. L’éloge de la bêtise est très bien vu. Je déteste les personnes infatuées d’elle même, pédantes.. « Ce que je sais, c’est que je ne sais rien » j’aime bien cette citation de Socrate qui va dans le sens de ce que nous disons ici. Beau weekend Marie-Anne 🙂

    Réponse
    • C’est vrai que cette citation de Socrate résume assez bien le sujet de mon poème 🙂 Tout dépend aussi de la conception que l’on a de la bêtise et de l’intelligence… Par exemple l’idiot de Dostoievski était un héros très bon et très sensible. Bonne journée à toi Frédéric 🙂

      Réponse
  10. La poésie est partout, même là où on ne l’y attend pas !
    Comme Matatoune, je n’entendrai plus la phrase de la Sncf de la même façon.
    J’aime beaucoup ton deuxième poème pour le sourire qu’il donne.
    Mais, j’avoue avoir une préférence pour le premier.

    Réponse
    • Merci Éléonore d’avoir apprécié ces deux poèmes ! Le premier est plus ancré dans la vie quotidienne et j’ai essayé de remettre un peu de gaité dans la morosité ambiante 🙂 Belle journée à toi !

      Réponse
  11. Sonné (hin, hin) par cet éloge de la bêtise, j’applaudis forme et fond, ce pied-de-nez joliment ironique.

    Réponse
  12. Drôle, balaise, cet affût de l’Alex sans drain sur des soi disant p’tits riens.

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :