Parution de mon nouveau recueil « La Portée de l’ombre » : Lancement de la Souscription.

Cher(e)s ami(e)s blogueurs(euses), poètes, amateurs (trices) de littérature,

J’ai le plaisir de vous annoncer le lancement d’une souscription pour mon recueil « La Portée de l’ombre » à paraître en décembre 2020 chez Rafael de Surtis.
Il s’agit d’un recueil de proses sur la musique (classique et jazz) de Bach à Miles Davis, sur les émotions artistiques en général et aussi sur la folie et l’internement, avec quelques échos et parallèles entre ces thèmes.
C’est un recueil très personnel où j’explore des sentiments et des perceptions que chacun peut connaître à des degrés divers.

Pour commander, vous pouvez imprimer le bulletin et le renvoyer avec votre règlement aux éditions Rafaël de Surtis, 7 rue Saint-Michel, 81170 Cordes sur Ciel – France.

Merci par avance à ceux qui auront cet intérêt !

Voici deux extraits de ce recueil :

Fauré – Quartet n°1 – Allegro (1er mouvement) – 1879

C’est une musique qui allie exaltation et humeur plaintive : on sent un grand chagrin, ou plutôt des envolées successives de chagrin, comme un sanglot qui n’accepte pas de se laisser consoler et qui se force à aller crescendo.
Cette musique possède une grande unité de ton, elle garde son caractère sophistiqué et son raffinement quelles que soient les circonstances.
Quelque chose d’élitiste, de précieux, de hautain, dans ces circonvolutions mélodiques : on sent que ce quartet a pu être joué par des dandys à monocles et des élégantes à éventails, du temps de la Belle Epoque, dans des salons du boulevard Saint-Germain, en revenant d’une promenade en calèche au Bois de Boulogne.
On pense à Proust, on voit des jeunes filles en robes blanches rire sous les tonnelles, observées à distance respectueuse par des hommes du monde neurasthéniques et rongés par des accès de jalousie morose.

**
(Un autre extrait, plus loin)

Quelques temps après ma première hospitalisation – il y a quinze ans – j’avais croisé par hasard dans la rue une jeune femme que j’avais connue à l’hôpital.
Au moment où je l’ai croisée, je ne délirais plus mais j’étais très tracassée par le contenu de mon ancien délire et très mortifiée d’avoir été enfermée.
Cette rencontre dans la rue avait été pour moi l’occasion de parler de mon expérience délirante à cette jeune femme, et de lui demander ses impressions sur le délire qu’elle avait traversé de son côté.
Elle avait répondu à mes questions avec beaucoup de réticence et je la sentais gênée d’être amenée sur ce sujet.
Elle m’avait tout de même confié que, dans son expérience, elle avait sauvé le monde et que son délire ressemblait à un film fantastique américain.
Au bout de quelques minutes, elle avait écourté notre entrevue et m’avait dit qu’elle espérait que nous parlerions d’autre chose si nous devions nous recroiser un jour.
Je m’étais aperçue, avec surprise, que le contenu d’un délire était une chose intime et honteuse qu’il fallait garder pour soi.
Pourtant, dans mon idée, cette sorte d’expérience était quelque chose de rare qui pouvait nous apprendre quelque chose sur notre esprit, voire même sur le monde.

**

Voici le bulletin de souscription :

bon de commande
Article précédent
Poster un commentaire

34 Commentaires

  1. Et bien l’ami Goran participe 😉

    Réponse
  2. Je vais le commander !
    Bonne journée, Marie-Anne.

    Réponse
  3. J’ai toujours rêvé d’écrire à Cordes sur Ciel. J’ai l’impression d’écrire au Père Noël. 😁

    Réponse
    • Il parait que Cordes sur Ciel est un très beau village médiéval – qui mérite d’être visité 🙂
      Je n’y suis jamais allée mais je l’ai entendu dire.
      C’est vrai que ce nom « sur Ciel » fait rêver !

      Réponse
  4. frédéric perrot

     /  14 novembre 2020

    Bonsoir Marie-Anne
    Mes félicitations pour cette nouvelle publication ! Je vais également le commander. Le ton « très personnel » du second extrait que vous proposez me donne envie de vous lire.
    Merci aussi pour votre publication sur Hermann Hesse ! De lui, je vous conseille Eloge de la vieillesse, un ensemble de textes en prose et de poèmes. Magnifique. Le livre est sans doute difficile à trouver, il n’a pas dû être réédité, mais si vous tombez dessus chez un bouquiniste par exemple, n’hésitez pas !
    Bien cordialement
    Frédéric Perrot

    Réponse
    • Bonsoir Frédéric ! Merci beaucoup de votre intérêt pour mon recueil !
      D’Hermann Hesse j’ai déjà « Siddartha » et « le loup des steppes » qui stagnent dans ma pile à lire depuis quelques mois, et que je lirai certainement un de ces jours… Pour l’éloge de la vieillesse dont vous parlez ce sera sûrement pour un peu plus tard, en tout cas merci de ce conseil 🙂
      Bien à vous, Marie-Anne Bruch

      Réponse
  5. Bravo, bravo, bravo…. Impatiente de vous lire Marie-Anne 😉

    Réponse
  6. Michel B.

     /  15 novembre 2020

    Bonjour Marie-Anne et félicitations pour cette publication !
    Ces deux extraits m’ont convaincu de commander votre recueil…
    Merci pour ce partage ! Ça donne un avant-goût !

    Réponse
  7. C’est une très belle nouvelle que cette sortie de ton recueil « La Portée de l’ombre » à paraître en décembre 2020 chez Rafael de Surtis. Je note ça précieusement. La couverture, le titre, les extraits, c’est chouette, merci Marie-Anne 🙂

    Réponse
  8. Denis H

     /  16 novembre 2020

    recueil commandé.

    ( attention, c’est miles davis, et pas davies )

    Réponse
  9. Je me régale d’avance de vous lire 🙂

    Réponse
  10. Bon jour,
    Je vais en commander deux 🙂 J’ai hâte de découvrir 🙂
    Bonne jourée
    Max-Louis

    Réponse
    • Je ne peux pas lire complètement l’IBAN pour faire un virement. L’image apparaît à l’impression au format A5 et n’est pas nette. Si vous pouviez m’aider. Merci à vous.
      Max-Louis

      Réponse
      • Ah oui, c’est vrai, j’ai trop rétréci l’image. Il y a écrit pour un règlement par virement : Crédit agricole nord Midi Pyrénées. Code Banque : 11206, code guichet : 20015, Numéro de compte : 38772372642 Clé RIB : 46
        Et pour l’IBAN c’est : FR76 1120 6200 1538 7723 7264 246
        Et BIC : AGRIFRPP812
        Voilà, je crois que tout y est 🙂
        Bonne journée Max-Louis !

      • Super 🙂

    • Merci Max-Louis ! Ca me touche beaucoup ! J’espère qu’il vous plaira. Bonne journée 🙂 Marie-Anne

      Réponse
      • J’ai commandé ce matin, je me demande s’il est possible « d’avoir » une dédicace ? 🙂

      • Normalement, c’est l’éditeur qui va vous envoyer directement le livre, il ne va pas passer entre mes mains… Mais si vous avez une idée pour que je fasse une dédicace, je veux bien. Là, je ne vois pas trop comment faire…

      • Voici mon adresse mel : ***(à effacer après)

  11. Bravo Marie-Anne, excellente nouvelle ! 🙂

    Réponse
  12. Le tableau de Klimt compte parmi mes préférés, il m’a longtemps accompagnée. Il illustre parfaitement la délicatesse des deux extraits que vous partagez.

    Réponse
    • Merci Joséphine ! Les tableaux de Klimt, et celui-ci en particulier, m’ont toujours semblé très poétiques, et riches en interprétations possibles ! Merci d’avoir apprécié mes textes ! Amitiés.

      Réponse
  13. thib

     /  9 décembre 2020

    félicitation Je vais commander ce recueil. J’ai hâte d’entendre vos mots à côté de la musique.

    Réponse
    • Merci beaucoup de votre intérêt ! Le livre est justement en cours de fabrication car la souscription a bien fonctionné. Ca peut être en effet une bonne idée d’écouter les œuvres dont je parle en lisant mon livre !
      Bonne soirée Thib !

      Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :