Un extrait d’Alice au Pays des Merveilles


Charmée et amusée par ma lecture d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll – lu déjà quand j’étais petite mais dont je ne gardais pas vraiment de souvenir – je vous en reproduis un extrait.

***
Page 104-105

Le Chat se contenta de sourire en voyant Alice. Elle lui trouva l’air fort aimable ; néanmoins, il avait des griffes extrêmement longues et un très grand nombre de dents, c’est pourquoi elle sentit qu’elle devait le traiter avec respect.
« Minet-du-comté-de-Chester », commença-t-elle assez timidement, car elle ne savait pas trop si ce nom lui plairait.
Le Chat s’étant contenté de sourire plus largement, Alice pensa : « Allons, jusqu’ici il est satisfait », et elle continua :
« – Voudriez-vous me dire, s’il vous plaît, par où je dois m’en aller d’ici ?
– Cela dépend beaucoup de l’endroit où tu veux aller.
– Peu m’importe l’endroit…
– En ce cas, peu importe la route que tu prendras.
– … pourvu que j’arrive quelque part » ajouta Alice en guise d’explication.
 » Oh, tu ne manqueras pas d’arriver quelque part, si tu marches assez longtemps. »
Alice comprit que c’était indiscutable ; en conséquence elle essaya une autre question :
 » Quelle espèce de gens trouve-t-on dans ces parages ?
– Dans cette direction-ci « , répondit le Chat, en faisant un geste de sa patte droite, « habite un Chapelier ; et dans cette direction-là » (il fit un geste de sa patte gauche), « habite un Lièvre de Mars. Tu peux aller rendre visite à l’un ou à l’autre : ils sont fous tous les deux.
– Mais je ne veux pas aller parmi les fous !
– Impossible de faire autrement ; nous sommes tous fous ici. Je suis fou. Tu es folle.
– Comment savez-vous que je suis folle ?
– Si tu n’étais pas folle, tu ne serais pas venue ici »

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

15 Commentaires

  1. Ah merci Marie-Anne, que je l’aime cette histoire, comme elle m’a inspirée et m’inspire toujours. Je me suis même offert le livre de la Pléiade qui la contient. « Si tu n’étais pas folle, tu ne serais pas venue ici », voilà !

    Réponse
  2. Quel texte étrange, quand même! Plein de charme, oui, mais vraiment étrange. Le dialogue que vous reproduisez est génial: la déroute totale!

    Réponse
  3. arbrealettres

     /  21 juin 2018

    un petit bijou de « non-sense » .. peut-être la .. solution: « coupez leur la tête » !!! 😉

    Réponse
  4. arbrealettres

     /  21 juin 2018

    on peut même y voir une fable scientifique (ce qu’il était également)
    .. Relativité.. Multivers .. Antimatière … Quantique …
    Merveilleux chat de Schrodinger .. euh de Cheshire…
    et ce fou de Chapelier …
    Tu me donnes envie de le relire 😉

    Réponse
    • Oui, c’est un texte très riche et énigmatique !
      J’ai commencé aussi « de l’autre côté du miroir » qui fait suite à Alice mais je ne suis pas aussi enthousiaste.

      Réponse
      • Pas si énigmatique selon moi. Il est très philosophique. Ce dialogue me rappelle beaucoup ceux de Socrate. 😊 L’aventure avec le champignon est très philosophique !

      • Oui, j’adore aussi l’histoire du champignon et de la chenille avec son narguilé 🙂
        Philosophique, oui, sans doute, avec une pointe d’absurde et d’ironie en prime.

      • L’ironie est très présente en philosophie antique.
        Quant à l’absurde, oui. Bien qu’à ma lecture, j’oubliais que les personnages étaient des animaux…

      • Moi aussi 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :