Dans les ruines, un recueil de Jean-Pierre Thuillat

Dans-les-ruines-precede-de-MarmaillesDans les ruines est un recueil de poèmes paru en 2015 chez l’Arrière-Pays. Il est précédé du recueil Marmailles et suivi de Mutants. J’ai choisi trois poèmes au gré de ma lecture, au fil de ces trois recueils.
Jean-Pierre Thuillat est poète et dirige la revue Friches.

***

Nous aimions la lenteur des feuilles
qui ne poussent que quand les hommes
ont le dos tourné et s’affairent
à leurs vraies tâches dérisoires.

Nous allions guetter sur les arbres
dans le printemps qui se dandine
la façon dont grandit le monde
et comment le vert vient au jour.

***

Ce visage qui se dessine
au fond du puits
si pâle encore sur le miroir que le contour
en demeure aussi flou que celui du Suaire

la nuit seule saura en préciser les traits
et lui donner cette aura de lumière
d’autant mieux définie que le noir

se fera plus profond par-dessus ton épaule
en étirant son ombre au bord de la margelle
jusqu’à dissoudre le cri des pierres.

***

Dans la vitre aucune ombre
hormis celle de ce corps de femme
aux contours dessinés d’une simple caresse

mais que tu viens rechercher chaque soir
au plus profond de ton désarroi d’homme
alors même que le ciel si limpide

ne suffit plus à dicter un poème
et que la lumière pleut sur toi
avec la cruauté d’une mer déchaînée.

Jean-Pierre Thuillat

***

Publicités
Article suivant
Poster un commentaire

9 Commentaires

  1. Ces trois poèmes et surtout le dernier me donnent très envie d’en lire davantage. Merci.

    Réponse
  2. Très beaux textes, merci.

    Réponse
  3. arbrealettres

     /  30 décembre 2015

    Un vrai bonheur 🙂
    Si tu veux va voir aussi ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha/327615
    une éminente passeuse en Poésie
    Joyeuse fin d’année 2015 Marie-Anne
    et Belle année Poétique 2016!! 🙂
    Bizh (bises bretonnes ;-))
    Où rejoindre la source qui te vit naître un jour à l’orée du printemps parmi les primevères et replonger au sein du cresson bleu, des bulles qui perlent au miroir dans cette symphonie perpétuée des origines?
    (Jean-Pierre Thuillat)

    Réponse
    • Le « cresson bleu » est très rimbaldien 🙂 Joli poème !
      Je relis en ce moment La Présence Pure de Christian Bobin, une vraie merveille ! Il réussit à trouver de la magie et de la grâce dans la maladie et le malheur, c’est vraiment très beau.
      Bises !
      PS : et Merci pour le lien, Lara fait toujours de très beaux choix poétiques.

      Réponse
      • arbrealettres

         /  30 décembre 2015

        oui il y a des Christian plus poètes que d’autres lol! 😉
        Découvert Ko Un et acheté « Fleurs de l’instant »: un régal ! 🙂

      • Oui, j’ai lu attentivement les derniers articles de ton blog 🙂
        Les poèmes brefs de Ko Un m’ont bien plu, en effet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :