Un beau poème de Seyhmus Dagtekin

Ce poème est le plus célèbre du recueil Au fond de ma barque de Seyhmus Dagtekin.

Voici la biographie officielle de ce poète, que j’ai trouvée sur le site de l’institut kurde :

Seyhmus Dagtekin est né au français à l’âge de vingt-deux ans, après avoir vu le jour en 1964 à Harun, village kurde au sud-est de la Turquie. Il fait des études en audiovisuel à Ankara, puis arrive à Paris en 1987. Il écrit en turc, en kurde ou directement en français. Son livre Les chemins du nocturne lui a valu le Prix international de poésie francophone Yvan Goll.

Quand tu te retires du monde
Le monde ne s’arrête pas pour autant
Ne se retire pas
Quand tu vas dans le vaste monde
Tu ne deviens pas vaste pour autant
Quand tu te prives de la multitude
Tu n’occupes pas pour autant ta solitude
Tu ne l’élargis pas
Quand tu te chasses du bruit
Tu ne découvres pas pour autant le silence
Quand tu te coupes les branches
Tu n’augmentes pas pour autant
La sève qui irrigue ton front

Seyhmus Dagtekin

Publicités
Poster un commentaire

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :