Quelques poèmes parus dans la revue Friches numéro 131

couverture de la revue friches 131

Le numéro 131 de la revue de poésie Friches était paru à l’été 2020.
Il était consacré au Prix Troubadours/Trobadors 2020, concours de poésie organisé par cette revue tous les deux ans.
Ce numéro spécial met à l’honneur le lauréat de ce Prix en 2020 : Bernard Fournier pour son recueil Vigiles de Villages et je lui consacrerai un article particulier la semaine prochaine, comme suite à celui-ci.

Friches 131 consacre également un dossier aux poètes nominés par ce Prix Troubadours 2020, réunissant les très beaux textes de neuf poètes distingués par le jury.
Voici quelques uns de leurs poèmes :

**

Qu’attend-on
d’une nuit sans étoiles ?

Peut-être qu’y bruissent
nos firmaments
à fleur d’âme ?

Que se jouent de nous
nos farandoles
effrayées
nectar du songe

qu’à petits pas
à frôlements feutrés
sanglotent
nos joies
nos chagrins

et qu’à petit matin
nous délivre
un essaim
de lumière

Frédérique ARCHIMBAUD (née en 1956, vit en région parisienne)

**

Enlacements

Quatre vers à lire
près d’un verre à boire
cinq volubilis
sur la margelle du soir

Compagnon

Entre le derme et l’écorce
les fibres de mon cœur
et celles de son aubier
les résonances d’un providentiel aparté

L’adolescent

Dans sa bulle il fait beau _ peu importe la neige _
il voyage léger au sein du cybermonde
exècre les convenances, affectionne les frondes…
S’il était une plume ses poèmes nous brûleraient !

Marcel LAPEYRE (né en 1940, vit à Limoges)

**

La ville
retournée par la nuit
de son plus beau côté

Le paysage se retient
soleil d’avril
l’immensité se verse dans un verre

Une cruche impavide
le dos rond de l’herbe
je m’ajoute aux pierres aux nuages

Georges ROSE (né en 1953)

**

Lorsque l’enfant parait
bouche entr’ouverte,

tendu vers le petit dieu sublime de notre être
celui dont l’avenir
est tout entier intact,

la vie de nouveau
tiède et humide
sortie tout juste de sa gangue,
est grande espérance.

Bouteille à la mer emplie de mots à naître

Marie-Hélène NOCENT (née à Dax, vit à Paris)

**

Article précédent
Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Très beau comme toujours…

    Réponse
  2. Je découvre. Quel plaisir ! J’avoue avoir un faible pour Marcel Lapeyre …En fait non ! Merci tellement d’apporter un peu de poésie en ce moment !

    Réponse
    • Oui, dans les périodes difficiles la poésie devient de plus en plus essentielle et indispensable ! J’ai beaucoup apprécié ces quatre poètes mais chaque lecteur peut avoir ses préférences bien sûr ! Bonne soirée Matatoune, merci !

      Réponse
  3. Bon jour Marie-Anne,
    J’aime particulièrement les mots de Marcel LAPEYRE et l’aubier me fait penser à Hugo d’un poème qui commence par :  » Veux-tu te figurer le monde ? Coupe un tronc d’arbre dans les bois. L’aubier sur sa surface ronde Offre cent sphères à la fois … »
    Bonne journée.
    Max-Louis

    Réponse
  4. C’est simple, c’est beau !
    Bonne journée, Marie-Anne.

    Réponse
  5. arbrealettres

     /  26 janvier 2021

    :-))))
    Bonne soirée Marie Anne

    Réponse
  6. J’aime beaucoup ceux de Georges Rose, merci du partage ! 🙂

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :