Un sonnet célèbre et humoristique de Jean Pellerin

La Grosse Dame chante…

Manger le pianiste ? Entrer dans le Pleyel ?
Que va faire la dame énorme ? L’on murmure…
Elle râcle sa gorge et bombe son armure :
La dame va chanter. Un œil fixant le ciel

— L’autre suit le papier, secours artificiel —
Elle chante. Mais quoi ? Le printemps ? La ramure ?
Ses rancœurs d’incomprise et de femme trop mûre ?
Qu’importe ! C’est très beau, très long, substantiel.

La note de la fin monte, s’assied, s’impose.
Le buffet se prépare aux assauts de la pause.
« Après, le concerto ?… — Mais oui, deux clavecins. »

Des applaudissements à la dame bien sage…
Et l’on n’entendra pas le bruit que font les seins
Clapotant dans la vasque immense du corsage.

*****

Ce sonnet fait partie du recueil Le Bouquet inutile (1923) et j’ai pu le lire pour la première fois dans une anthologie de la poésie du 20è siècle.
J’ai longtemps considéré ce poème comme un modèle à suivre pour ma propre écriture, avant de changer de style …

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

4 Commentaires

  1. arbrealettres

     /  7 janvier 2014

    j’aime bien aussi l’humour et pourquoi pas en poésie 😉
    j’en ai même fait une catégorie sur Arbralettres mais parfois je ne pense pas à « ranger » le poème 😉
    http://arbrealettres.wordpress.com/category/humour/
    Merci pour cette belle Castafiore !! 😉

    Réponse
  2. Oui, je sais que tu as une catégorie humour et d’ailleurs j’avais adoré le microbe de Jacques Roubaud … et pas mal d’autres poèmes ! 🙂
    J’ai beaucoup apprécié les poèmes de Guillevic que tu as publiés récemment, vraiment géniaux ! 🙂

    Réponse
    • arbrealettres

       /  7 janvier 2014

      Eugène a une capacité de dire tellement en si peu de mots… un Magicien du Verbe
      mais aussi très certainement un polisseur : patiemment épurer affiner pour atteindre la quintessence , la substantifique moelle , du Poème!! 😉

      Réponse
  3. Oui, moi aussi j’aime beaucoup les poètes qui ont le sens du raccourci, le sens de la formule … évidemment, ce n’est possible que pour des poèmes en vers libres car, avec la rime, on est contraint à nettement plus « diluer » son propos …

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :