Quelques poèmes de Nicolas Dieterlé

J’ai découvert ces poèmes de Nicolas Dieterlé dans le dernier numéro (numéro 59/60 de juin 2013) de la revue Diérèse, qui lui est consacré, et dont je conseille la lecture.

Nicolas Dieterlé est né le 28 août 1963, il fait ses études à l’institut de Sciences Politiques et devient journaliste. Il pratique l’écriture poétique et la peinture mais il n’a jamais voulu montrer ses oeuvres, à deux exceptions près. Il s’est donné la mort le 25 septembre 2000.

 

Mes phrases sont comme les vagues de la mer qui battent les falaises. Érodant peu à peu mes désirs pétrifiés, elles les rendent à l’eau dont ils sont issus, la grande eau première.

Tout le paysage matinal baigne dans un bleu très doux qui s’assombrit un peu à l’horizon, là où les arbres dressent contre le ciel leurs ramures fines comme de la dentelle. En face de moi, le soleil encore bas ressemble à un feu blanc. Parmi les ramures lointaines une fumée se déploie lentement, sans fin, avec une sérénité bonhomme, et le regard est attiré par elle à cause de sa constance et de son caractère flagrant de signe. A gauche, les arbres les plus proches sont revêtus d’une fine toison rose, formée par les bourgeons en nombre croissant, et le soleil fait briller les branches légères qui oscillent très doucement dans un vent discret

Arbres en fleur, arbres en folie, neige distraite et conquérante, soleil rose

Arbres, pourquoi êtes-vous si indescriptibles ? Vous me faites mal à force d’être indescriptibles. Mais c’est un mal si doux

Avec la baguette des mots je tiens le monde à distance afin de l’aimer mieux

Les mots sont l’affleurement sur le papier, hors du silence de la page blanche, d’une eau qui me baigne de toutes parts et que je ne perçois pas directement. Les mots me la rendent visible, mais avec quelle déperdition !

Il faut que je vise moins le succès, la puissance, et de plus en plus le consentement et l’accord. Les arbres me l’apprendront. L’amour aussi. L’espace entre les collines. La minuscule proue sculptée d’un bourgeon

Publicités
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. arbrealettres

     /  28 juin 2013

    Tant de Poètes sont des êtres à fleur de peau…
    Merci pour Nicolas dont la baguette poétique n’a pas eu malheureusement assez de Magie pour lui faire aimer ce monde …

    Réponse
    • Oui pourtant il était un poète très croyant, mais il faut croire que la foi ne protège pas toujours du désespoir. La poésie non plus …
      Un poète très épris de paysages en tout cas – comme dans sa peinture !
      Bonne soirée.

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :