Des Poèmes de François de Cornière sur le bord de mer

Couverture au Castor Astral

Présentation du recueil par l’éditeur

Les Façons d’être est la première anthologie personnelle de François de Cornière. Elle réunit ses poèmes les plus marquants ainsi que de nombreux inédits.

Pratiquant toujours l’arrêt sur image à partir d’infimes détails du quotidien, de quelques mots dans un carnet, François de Cornière restitue avec une désarmante simplicité des instants de vie qui prennent soudain force.

Avec Les Façons d’être, François de Cornière entrouvre les portes de son univers ! Il décrit avec justesse et délicatesse la complexité de l’existence.

**

Présentation du Poète par l’éditeur

François de Cornière est né en 1950 à Caen où il a animé pendant plus de trente ans les fameuses Rencontres pour lire. Il vit désormais près de Guérande, sur la côte Atlantique. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il a reçu le Prix RTL-Poésie 1, le Prix Georges Limbour et le Prix Apollinaire.
On a dit de lui qu’il était « le chef de file de la poésie du quotidien ». Ce à quoi il répond avec un sourire qu’il est le chef de rien du tout, et encore moins « un chef de file ».

**

J’ai choisi deux poèmes extraits du recueil Nageur du petit matin (2015)

SUR LE DOS

Il y avait des soirées
sans vent sans vagues
où l’envie de nager sur le dos
était une évidence.

Pas de mouvement de bras
peu de battements de pieds
le ciel m’accompagnait
jusqu’à très loin du bord.

Sillages d’avions si hauts
couleurs effilochées
confusions transparentes
profondes à la renverse.

Cette impression alors
de n’être plus qu’un corps
un dos couché sur l’eau
l’oubli de qui on est :

être soi-même l’oubli
de tout ce qu’on a aimé.

**

CE PETIT TAS DE MOI

J’ai nagé très lentement ce matin.
La mer était un lac
pas un souffle de vent
et personne sur la plage.

La lune encore visible
belle et ronde au-dessus
le soleil – lueur orange –
du côté des marais.

J’ai nagé doucement
faisant glisser mes bras
dans l’eau claire de la baie
étirant tout mon corps.

J’ai nagé seul au monde
– le trait blanc d’un avion
comme souvenirs de nous
que je n’aurai jamais –

Et sur le sable froid
ma serviette et mon pull
ce petit tas de moi
là-bas qui attendait.

**

Mémoires d’un homme singulier, d’Emmanuel Bove

Ce roman raconte la vie, de l’enfance à la quarantaine, d’un homme qui n’a jamais vraiment trouvé sa place dans la société et qui se révèle très difficile à cerner car lunatique, indépendant, et n’arrivant visiblement à s’attacher durablement à rien ni personne. Il n’appartient pas à une classe sociale précise : sa mère était une fille pauvre abusée par un militaire et il est élevé par des familles successives, plus ou moins bourgeoises, qui lui donnent le sentiment de n’être ni pauvre ni bourgeois. Il ne cherche pas non plus d’emploi, restant toujours socialement indéterminé, mais épouse une jeune femme bourgeoise qui subvient aux besoins du ménage grâce à sa riche famille.

C’est difficile de parler de ce livre à cause du caractère très étrange du personnage principal. Il m’a fait penser parfois à l’Etranger de Camus, avec son manque d’affects et son détachement vis-à-vis des autres, mais le personnage de Bove est plus complexe et plus contradictoire. Il se montre par exemple assez sociable et recherche souvent de la compagnie, mais on a l’impression en même temps qu’il n’y attache aucune importance. Il vit à l’hôtel depuis une très longue période, comme s’il n’était pas capable de s’installer quelque part ou qu’il avait besoin d’un lieu aussi impersonnel que possible. A l’idée de se retrouver sans ressources matérielles et de ne plus pouvoir payer son loyer, il ne s’affole pas et ne cherche absolument aucune solution, soit qu’il ait accepté la fatalité de finir à la rue soit qu’il imagine qu’une solution providentielle va lui tomber du ciel sans qu’il fasse rien. Bref, c’est un homme passif, sans passion, mais pas froid non plus, disons un homme tiède, qui s’embarrasse aussi de beaucoup de timidités et de scrupules.
L’écriture est tout à fait lucide et belle, avec des phrases concises.
Une biographie d’une grande tristesse, que l’éditeur présente comme « le plus autobiographique des romans d’Emmanuel Bove ».

Mémoires d’un homme singulier est paru aux éditions du Castor Astral en 2018, mais son écriture datait de 1939.

Extrait page 196 :

Mon caractère change-t-il ? Voilà qu’aujourd’hui je songe à me confier à madame Vallosier comme à une femme que j’aimerais ! Voilà que je m’aperçois que je suis seul, que j’ai besoin de tendresse et, naturellement, de protection ! Voilà que j’hésite, non parce que je me rends compte de la légèreté de mon intention, mais parce que, comme jadis, j’ai peur que mes épanchements ne se retournent dans l’avenir contre moi ! Voilà que je prononce ce mot d’avenir dont je me moque ! Voilà que je veux dire à madame Vallosier que je suis malheureux, que j’ai besoin d’être aimé, compris !
Je me demande parfois si je ne suis pas fou. Quand je me suis lancé dans la vie, j’ai rêvé de compliquer mon existence pour pouvoir tirer fierté, plus tard, des obstacles que j’aurais surmontés. Je ne vais tout de même pas recommencer aujourd’hui.

Quelques poèmes parus au Castor Astral

Ce-qui-est-ecrit-Castor_Astral J’avais déjà écrit un article l’année dernière au sujet de cette intéressante anthologie poétique parue en 2015 au Castor Astral, et intitulée Ce qui est écrit change à chaque instant (sous-titrée 40 ans d’édition, 101 poètes).
Je reparle aujourd’hui de ce livre puisque j’en ai extrait trois nouveaux poèmes qui m’ont plu et que je vous propose à la lecture :

Une mouche prise dans une toile d’araignée

J’ai
connu un homme
qui
mourait
d’un cancer.

Il avait
la patience
d’une mouche
prise
dans une toile d’araignée.

Avant
de mourir,
il a demandé,

 » Quelle heure est-il ? »

Richard BRAUTIGAN

**

Dormir

Je ne me suis jamais habitué au moment incertain – bien que revécu quotidiennement – où de la veille j’entre dans le sommeil.

Comment, quand tombe-t-on dans l’inconscience ? Cela ne relève pas d’un instant précis, plutôt d’une durée, un peu comme lorsqu’on avance sur un chemin qui se déroule et sans qu’on s’en rende compte tourne. Lorsqu’on se retourne le paysage a changé, et l’on ne voit plus ce qui se cache derrière le dernier tournant.

Ainsi – comme dormir – mourir nous changera-t-il d’horizon.

Daniel BIGA

**

Les vers

Les mots sont des travestis
Ils disent rarement ce qu’ils veulent dire
La vie devrait être un long poème
Or les vers qui nous attendent
Auront une gloire médiocre
Loin, très loin des feux de la rampe
Ecrire le moins possible sur la pierre tombale
Elle parle d’elle-même

Jean-Paul DAOUST

**