Au bout du Conte d’Agnès Jaoui

au_bout_du_conte_afficheLaura (Agathe Bonitzer), une jeune fille de vingt-quatre ans, croit au grand amour et attend le signe du destin qui le conduira vers elle, jusqu’au jour où elle rencontre Sandro, un jeune compositeur, à une soirée musicale.
Marianne, la tante de Laura, vient de se séparer de son mari et, tentant d’exercer sa profession de comédienne, organise des spectacles joués par des enfants. Sa fille, Nina, malheureuse depuis la séparation de ses parents, s’est réfugiée dans la foi, mais ce christianisme soudain étonne ses parents, qui lui font consulter des psy.
Le père de Sandro, Pierre (Jean-Pierre Bacri), a appris par une voyante qu’il devait mourir cette année le quatorze mars. Bien qu’il ne croit pas à la voyance, il se met à croire à cette prédiction et passe ses journées rongé par l’angoisse.

Cette jolie comédie a pour thème principal la peur et les croyances que l’on met en oeuvre pour lutter contre ses peurs. Le sujet principal, celui de l’amour et des attentes irréalistes qui l’accompagnent, est traité d’une manière particulièrement sensible et intelligente, loin des clichés habituels. Dans ce cadre, le personnage de Maxime (Benjamin Biolay) joue un rôle de révélateur et de retour à la réalité qui m’a semblé bien imaginé.
Les histoires périphériques sont également intéressantes, mais plus anecdotiques, et surtout faites pour mettre en valeur les personnages d’Agnès Jaoui et de Jean-Pierre Bacri, dont le talent comique se confirme une fois encore.
J’ajoute qu’il y a dans ce film plusieurs réminiscences de contes célèbres : c’est ainsi que l’on retrouve, évoqués par de brèves images, Le petit chaperon rouge, Cendrillon, Blanche-Neige, La belle au bois dormant. Ces petits clins d’oeil au spectateur donnent à ce film beaucoup de charme.

Cherchez Hortense de Pascal Bonitzer

Damien (Jean-Pierre Bacri) est professeur de civilisation chinoise, il donne des cours à des entrepreneurs.
Sa femme et son beau-frère lui ont demandé d’intervenir auprès de son père (Claude Rich), président du Conseil d’État, pour régulariser la situation d’une jeune polonaise menacée d’expulsion … mais son père n’est guère disposé à lui donner un rendez-vous et, encore moins, à l’écouter.;
De son côté, la femme de Damien, Iva,  (Kristin Scott Thomas), qui travaille dans un théâtre comme metteur en scène, tombe sous le charme de l’un de ses jeunes acteurs.

Voilà un joli film sur les sentiments, bien construit et bien écrit, avec des dialogues très justes et beaucoup de subtilité dans la psychologie des personnages.
Jean-Pierre Bacri joue remarquablement bien son rôle d’homme malmené par la vie, qui essaye tant bien que mal de remonter la pente.
Cherchez Hortense ne traite pas d’un thème précis mais il dresse plutôt le portrait sensible d’un homme et, dans ce sens, c’est un film très humain.