Le Maître et Marguerite, de Mikhaïl Boulgakov


Depuis plusieurs années j’avais envie de lire ce roman fantastique, le chef d’oeuvre de Boulgakov et l’un des grands classiques de la littérature russe du 20è siècle, et je sentais que c’était le bon moment pour m’y atteler.
Il y a tant de personnages secondaires et l’histoire est si complexe que je renonce à vous la raconter. Mais je préciserai en tout cas qu’on arrive très bien à suivre et que les moments de flottements à propos de tel ou tel personnage qu’on n’arrive plus à situer, sont assez vite dissipés par l’auteur, qui nous rafraîchit la mémoire.
L’action se situe à Moscou pendant la terreur stalinienne des années 30 : arrestations, internements en psychiatrie, interrogatoires et enquêtes émaillent le roman, mais prennent une dimension au-delà de la réalité politique et historique de l’époque, par l’introduction de personnages et de phénomènes surnaturels – le diable et ses trois acolytes aux pouvoirs magiques, qui sèment le désordre et la panique dans la ville.
Le maître est un écrivain, auteur d’un roman sur Ponce Pilate, qui se retrouve en asile psychiatrique et sa maîtresse, Marguerite, passe un pacte avec le diable dans le seul but de le rejoindre, ce qui la transforme en sorcière et lui permet de vivre plusieurs aventures étranges, dont un grand bal chez Satan.
Il m’est arrivé pendant ma lecture de rechercher des significations cachées : par exemple j’ai cherché un rapport entre la lâcheté de Ponce Pilate et celle des écrivains à la botte du pouvoir, mais rien de très clair ne se dégage.
Il y a en tout cas un sens du grotesque et un humour très caustique qui rendent ce roman très jubilatoire.
J’ai aimé aussi l’imagination débordante de l’auteur à travers ces aventures qui nous tiennent en haleine sans temps mort durant plus de cinq cents pages, qui ne cessent de nous surprendre et de nous enchanter.
Une lecture marquante et remarquable !

Publicités

Hors champ de Sylvie Germain

hors_champ Je n’avais pas lu la quatrième de couverture avant de lire ce livre et c’est heureux car elle résume toute l’histoire et casse complètement l’intérêt du livre.
Le héros, Aurélien, devient progressivement « hors champ » c’est-à-dire que non seulement il disparaît physiquement (son entourage lui dit qu’il est « flou ») mais il disparaît aussi de la mémoire de ses proches et des gens qu’il côtoie habituellement. Cette disparition d’Aurélien est bien sûr symbolique : c’est en fait une mort sociale, du même type que celle qui peut frapper les exclus en général, et les SDF en particulier, qui deviennent transparents aux yeux du monde. Au début du livre, l’auteure souligne en effet la précarité de l’emploi d’Aurélien, ses horaires de travail aberrants ; à la fin du livre, il est tout simplement à la rue, ayant perdu son emploi, sa petite amie l’ayant abandonné, devenu ignoré de tous, même de sa mère.
Ce qui est assez étonnant dans ce roman – et c’est un aspect qui m’a déplu – c’est l’extrême lenteur avec laquelle Aurélien réalise ce qui lui arrive : il n’arrête pas de se demander ce qui se passe, alors qu’il se rend bien compte que plus personne ne le remarque, mais il continue à ne rien comprendre jusqu’à la toute fin du livre et donc il se contente de subir sans rien faire (il est vrai qu’on ne voit pas trop ce qu’il pourrait faire, mais, pour l’intérêt de l’histoire, Sylvie Germain aurait pu rendre son héros plus combattif et plus astucieux).
Je me suis dit aussi, à deux ou trois reprises, que l’auteure aurait peut-être pu tirer un meilleur parti de son idée de disparition, en montrant aussi les quelques avantages qu’il y aurait à devenir transparent (je suppose qu’il doit y en avoir), ou en développant une dimension plus métaphysique … que sais-je ! … mais là, tel que l’histoire se déroule, les événements sont un peu attendus, le récit n’évolue pas beaucoup.
Pour rendre tout à fait justice à ce livre, je dirai que de nombreux passages m’ont touchée, et même un peu saisie, et que j’ai tout de même été sensible à l’espèce de dimension tragique que possède cette histoire.