Des poèmes parus dans Traction-Brabant n°65

Je vous propose aujourd’hui deux poèmes parus dans le numéro 65 de la revue poétique Traction-Brabant, un numéro sorti en novembre 2015 et que j’ai lu, comme toujours, avec intérêt.

 

Je me suis endormie dans la douceur des chats, la télé contre leur pelage.
J’ai écrit comme on rêve, la lumière m’a rassurée.
J’ai gravi bien des escaliers, j’ai pleuré sur bien des tombes.
Je me suis sentie espionnée, comme par l’œil d’un poisson mort.
La belle pluie bleue m’a lavée de tous ces mystères, m’a défaite comme une fleur.
Maintenant qu’il fait nuit, dans la compagnie d’un chat blanc et roux, j’égrène des fruits de mémoire, je tâche d’attendre le jour.
Il viendra, avec ses voitures et ses paroles, déchirant le foulard d’un songe, crevant la rue de Klaxons et de détritus.
Le chat s’est endormi, la nuit est comme un ventre de Mère, oui je vais l’attendre
encore, dans l’odeur des tilleuls, de la menthe, dans la dentelle des papillons.

 

Michelle CAUSSAT
le 14 septembre 2015, à 3h du matin

**

MOUVEMENT DE VOILE

Si les poissons-clowns font rire les baleines
Si les bouées tintent sous le flot des proues
Si les pieds-de-biches jouent à tire-d’aile
A danser au rythme des requins-marteaux

Que les poissons-lunes éclairent l’abîme
Que l’étoile de mer colmate le rafiot
Que tes doigts d’oursin comme des algues vives
Caressent les vagues qui lorgnent ma peau

Christophe REAL