Des Poèmes de Christophe Jubien

Ces quatre poèmes sont extraits du recueil Ce n’est que moi, publié par les éditions Gros Textes en 2020.

Voici une présentation de Christophe Jubien par lui-même :

Né en 1964 à Thouars dans les Deux-Sèvres, je vis à Chartres depuis 2000. Je bricole des émissions dans une petite radio d’intérêt local. Il y a 22 ans, en toute impunité, je me suis mis à l’école buissonnière de la poésie, grâce à la rencontre du merveilleux poète Serge Wellens. J’aime la cétoine dorée, André Dhôtel, et les Récits du pèlerin russe…

**

D’un rêve l’autre

Le geste que j’ai fait la nuit dernière
tant semblait vrai mon rêve
d’arracher une feuille à un arbre
de la froisser entre mes mains
je viens de le refaire
ici-même en plein jour
C’est qu’on n’est toujours pas bien sûr
qu’ils ne soient pas du même bois
l’arbre du rêve et l’arbre de la vie.

**

Quelque Chose

Un caillou rond
mon poing
se referme sur lui.

Enfin l’impression
de tenir quelque chose !

Mais trop de brouillard encore
entre moi et moi

pour l’entendre
me murmurer son nom.

**

Corps-Cœur-Esprit

Je les connais
sans les connaître

le caillou rond
le caillou plat
sur mon bureau
depuis deux ans

le caillou plat
en forme de cœur
le caillou rond
fait pour la paume

à présent
il m’en faut un troisième
qui mette le feu à mon esprit.

**

Ce n’est que moi

Au lieu d’être un poète célèbre
je rentre à pied chez moi
il fait nuit noire
et cette patte malade
qui traîne derrière moi
c’est l’âge.

**

Quelques haikus de Christophe Jubien

J’ai trouvé ces quelques haikus dans le recueil L’année où ma mère est née au ciel, publié en 2018 par la collection Solstice de l’Association francophone de Haikus.

Les pieds sur terre
la tête dans un nuage
de moucherons

**

Pour être heureux
appelons chant
le bruit du moustique

**

Si vite passée, la vie !
flânant sous les arbres
mari et femme

**

Pas même un murmure
cette fleur en forme
de trompette

**

Le lendemain
de sa mort, les papillons
de son enfance

**

Ma mère mourante
mon père en face
d’un oeuf dur

**

Zéro en maths –
comme il tremble
le petit menton !

**

Clairière aux oiseaux –
pour le vieux sentier
une fin heureuse

***