Ton souvenir est comme un livre, un poème d’amour d’Albert Samain

automne
En ce premier jour d’automne, je voulais faire ici une place à ce poème d’amour d’Albert Samain, l’un des plus célèbres de ce délicat poète symboliste, et l’un des plus émouvants.
Ici, le poète cherche à exprimer l’indicible : un parfum, une inflexion, une émotion … On pense à Verlaine bien sûr qui recherchait « la nuance encor …, rien que la nuance ».

Ton Souvenir est comme un livre …

Ton Souvenir est comme un livre bien aimé,
Qu’on lit sans cesse, et qui jamais n’est refermé,
Un livre où l’on vit mieux sa vie, et qui vous hante
D’un rêve nostalgique, où l’âme se tourmente.

Je voudrais, convoitant l’impossible en mes voeux,
Enfermer dans un vers l’odeur de tes cheveux ;
Ciseler avec l’art patient des orfèvres
Une phrase infléchie au contour de tes lèvres ;

Emprisonner ce trouble et ces ondes d’émoi
Qu’en tombant de ton âme, un mot propage en moi ;
Dire quelle mer chante en vagues d’élégie
Au golfe de tes seins où je me réfugie ;
Dire, oh surtout ! tes yeux doux et tièdes parfois
Comme une après-midi d’automne dans les bois ;
De l’heure la plus chère enchâsser la relique,
Et, sur le piano, tel soir mélancolique,
Ressusciter l’écho presque religieux
D’un ancien baiser attardé sur tes yeux.

Publicités

Automne d’Albert Samain

automne Ce poème est un des plus célèbres de son auteur, Albert Samain (1858 – 1900), délicat poète symboliste qui a souvent évoqué l’amour et les atmosphères en demies teintes de l’automne et de la nostalgie.

 

AUTOMNE

A pas lents, et suivis du chien de la maison,
Nous refaisons la route à présent trop connue.
Un pâle automne saigne au fond de l’avenue
Et des femmes en deuil passent à l’horizon.

Comme dans un préau d’hospice ou de prison,
L’air est calme et d’une tristesse contenue ;
Et chaque feuille d’or tombe, l’heure venue,
Ainsi qu’un souvenir, lente, sur le gazon.

Le silence entre nous marche … Cœurs de mensonges,
Chacun, las du voyage, et mûr pour d’autres songes,
Rêve égoïstement de retourner au port.

Mais les bois ont, ce soir, tant de mélancolie
Que notre cœur s’émeut à son tour et s’oublie
A parler du passé, sous le ciel qui s’endort,

Doucement, à mi-voix, comme d’un enfant mort …

***

Automne est extrait du recueil Au jardin de l’infante qui date de 1893.