Trois Poèmes de Nelly Sachs

couverture du livre
Couverture chez Verdier

Dans le cadre de mon Mois sur la maladie psychique, qui est en fait réduit à une période de trois semaines cette année (1er au 20 octobre 2022), je vous parlerai de la poète suédoise d’origine juive allemande (et de langue allemande) et Prix Nobel de Littérature en 1966, Nelly Sachs (1891 à Berlin -1970 à Stockholm).

Note pratique sur le livre :

Genre : poésie
Titre : Partage-toi, nuit
Editeur : Verdier
Date de Publication en français : 2005
Dates de Publication en allemand : 1961, 1965, 1966, 1971
Traduit de l’allemand par Mireille Gansel (et postface)
Nombre de Pages : 227 (235 avec la postface)

Présentation de la poète

Nelly Sachs commence à écrire à l’âge de 17 ans et publie ses premiers textes, nouvelles et poèmes, dès le début des années 1920. Elle reçoit les encouragements et les conseils de Stefan Zweig et de Selma Lagerlöf, avec qui elle se lie. Dès 1940 elle peut échapper aux persécutions nazies en s’exilant à Stockholm avec sa mère mais plusieurs membres de sa famille et quelques uns de ses proches sont déportés dans les camps de concentration et victimes de cette barbarie. Nelly Sachs souffre dès lors de troubles psychiques et commence à témoigner par ses écrits de ces pages historiques douloureuses et tragiques. Amie de Paul Celan, avec qui elle entretient une longue correspondance, leurs œuvres à tous les deux cherchent à exprimer ce deuil insurmontable des survivants de la Shoah et le désir de mémoire. Les dernières années de la vie de Nelly Sachs furent marquées par son combat contre la maladie psychique et les séjours en hôpitaux psychiatriques, dont parlent, entre autres, ses derniers poèmes des années 60.

**

Ces trois poèmes sont extraits du dernier recueil de la poète, intitulé « Partage-toi, nuit » (écrits après 1966, jusqu’en 1970) et qui sont, selon l’éditeur, à la fois ses plus douloureux et ses plus émouvants, parmi l’ensemble de son œuvre.

Page 166

Blancheur dans le parc de l’hôpital

I

Dans la neige
va la femme
elle tient sur son dos
mal agrippés
en grand secret
des rameaux cassés avec leurs bourgeons
encore couverts de nuit

Elle cependant dans la démence toute silencieuse
dans la neige
regardant autour de soi, et grands ouverts
les yeux où
de tous côtés entre le néant –

Mais à la dérobée les lointains
dans sa main
se sont mis en mouvement –

II

Le silence abreuvé de tant de blessures
religion des orants qu’on a déjà emmenés
vit encore du martyre
toujours nouveau comme le printemps

**

Page 192

Je vous fais ici prisonnières
vous paroles
tout comme vous en m’épelant jusqu’au sang
me faites prisonnière
vous êtes les battements de mon cœur
vous comptez mon temps
ce vide marqué de noms

Laissez-moi voir l’oiseau
qui chante
sinon je croirai que l’amour ressemble à la mort –

**

Page 221

Ô vous mes morts
Vos rêves sont devenus orphelins
La nuit a recouvert les images
Envolée en chiffres, votre langue chante

La cohorte d’exode des pensées
votre legs migrant
mendie à mon rivage

Je suis inquiète
très effrayée
de saisir ce trésor avec ma vie si petite

Moi-même dépositaire d’instants
de battements de cœur, d’adieux
de blessures de mort,
où est mon héritage

Le sel est mon héritage

**

Publicité
Poster un commentaire

12 Commentaires

  1. J’avoue avoir bcp de mal tant la souffrance émerge de sa poésie. Merci pour cette mise en lumière.

    Réponse
    • natlarouge

       /  4 octobre 2022

      j’ai le même sentiment

      Réponse
      • La souffrance a droit de cité dans la poésie et c’est même une très bonne chose. Que serait la littérature sans la souffrance ? Je préfère Nelly Sachs plutôt que le feel-good écœurant et dégoulinant.

  2. Oui. La souffrance d’avoir perdu des êtres chers pendant la Shoah. La poésie est faite souvent pour exprimer la souffrance. « les chants désespérés sont les chants les plus beaux ». Bonne journée à vous

    Réponse
  3. J’ai lu que Nelly Sachs voulait donner  » une stèle à ses morts  » en écrivant ..
    Cela m’a bouleversé tout comme les poèmes que tu partages avec nous Marie-Anne. Comment résister à la folie devant tant de souffrances. Merci 🙏🥀

    Réponse
    • Bonjour Eveline, en effet l’oeuvre de Nelly Sachs est une réponse au traumatisme de la Shoah. Face à de telles atrocités, comment ne pas être ébranlé, comment l’esprit peut-il résister ? Merci beaucoup pour la sensibilité de ton commentaire, belle journée à toi ! Bises !

      Réponse
  4. « L’Anthologie bilingue de la poésie allemande » (Gallimard) donne une autre version (traduction) de l’extrait de « Papillon ». La voici (pour les amoureux de la poésie – même si la traduction frç efface un peu la profondeur (et le percutant) :

    « Vous mes morts
    Vos rêves sont devenus orphelins
    La nuit a couvert les images (nda : en allemand « nuit » n’a pas d’article » seulement « Nacht hat… » ce qui la transforme en ogre plus grande encore)
    Votre langue volant dans des chiffres secrets chante

    La troupe de fugitifs des pensées
    votre legs voyageur
    mendie sur ma grève

    Inquiète je suis
    très effrayée
    de saisir le trésor avec une petite vie
    …. etc (p. 1113)

    Réponse
    • Bonjour Lorenztradfin, merci beaucoup de donner une autre traduction de ce magnifique poème. C’est intéressant de comparer les deux versions, avec cette « langue dans les chiffres secrets » qui m’interroge. Je ne connais pas cette anthologie de la poésie allemande, je note !
      Bonne journée à vous.

      Réponse
      • ahh, cette anthologie est une sorte de livre de chevet pour moi…… Quant à la « langue dans les chiffres secrets » c’est à mon avis un choix discutable . L’allemand dit « Fliegend in Chiffren eure Sprache singt » ce qui, du point de vue du rythme et parfaitement rendu par « Envolée en chiffres, votre langue chante »… cependant « Chiffres » peut être : chiffres, messages secrets, codes et « même » métaphores…. donc pas étonnant qu’on se pose des questions face à la traduction…. Bizz (et en fait c’est Bernhard – Lorenztradfin= nom de famille accolé à la traduction financière….)

      • Je m’étais effectivement posé la question sur la signification du mot « chiffres » – mais en poésie les ambiguïtés sont intéressantes. Merci Bernhard pour vos commentaires ! Marie-Anne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :