Soif d’Amélie Nothomb

Couverture au Livre de poche

J’avais lu quelques romans d’Amélie Nothomb dans les années 90-2000 et je gardais un bon souvenir de « Stupeur et tremblements » et, dans une moindre mesure, d' »Antéchrista » ou de « Péplum« .
Comme j’ai récemment entendu parler de « Soif » (publié en 2017), je me suis demandé ce qu’Amélie Nothomb pouvait bien avoir à dire sur Jésus-Christ (tellement les deux personnages me paraissaient éloignés l’un de l’autre, dans un jugement a priori que je ne cherche pas à justifier) et ça a titillé ma curiosité… au point de l’acheter.

Le résumé du propos

L’histoire, tout le monde la connaît, c’est celle de la condamnation de Jésus, sa crucifixion, racontée par le Christ lui-même à la première personne du singulier, avec ses souvenirs et ses confidences sur ses émotions, ses sensations, ses réflexions.
Amélie Nothomb imagine que la crucifixion se déroule le lendemain du procès mené par Ponce Pilate, contrairement aux versions bibliques qui situent les deux événements le même jour. Et cette invention permet d’introduire une longue méditation de Jésus le long d’une nuit de solitude et d’angoisse (ce qui n’est pas une mauvaise idée romanesque). Le lendemain a lieu le supplice.

Mon avis très subjectif

C’est un livre bien écrit, mais on voit rapidement que l’écrivaine n’a pas beaucoup le sens du sacré ou de la spiritualité, ce qui est regrettable quand on prétend écrire sur le Christ. C’est donc un livre qui s’adresse visiblement à l’occidental typique du 21ème siècle, l’hédoniste matérialiste de base, préoccupé de son petit confort moral et surtout physique : ici le Christ est douillet, il regrette de ne pas avoir plutôt terminé sa vie tranquillement et bourgeoisement, en couple avec Marie Madeleine – dont il est amoureux et avec qui il a une liaison – et sa vision de Dieu et de la foi se résume à la sensation corporelle de la soif, sans rien au-delà.
Si vous êtes chrétien, ce roman vous affligera et vous ennuiera : vous aurez plutôt envie de relire les évangiles et vous vous demanderez ce que cherchait Amélie Nothomb avec ces quelques blasphèmes palots et convenus (déjà vus, entre autres, chez Martin Scorsese trente ans plus tôt) qui n’ont même pas réussi à susciter un estimable petit scandale chez les cathos traditionnalistes.
Et si vous êtes l’hédoniste matérialiste typique (celui dont je parlais plus haut) ça vous donnera l’impression que Jésus, en faisant un petit effort d’imagination, aurait pu vous prendre, vous, pour modèle et se convertir à votre délicieux mode de vie… mais vous aurez quelques doutes sur cette possibilité si vous y songez trois minutes en toute honnêteté.
Bref, un roman bas-de-plafond et insignifiant, pour les croyants comme pour les autres.

Un Extrait page 16

En trente-trois ans de vie, j’ai pu le constater : la plus grande réussite de mon père, c’est l’incarnation. Qu’une puissance désincarnée ait eu l’idée d’inventer le corps demeure un gigantesque coup de génie. Comment le créateur n’aurait-il pas été dépassé par cette création dont il ne comprenait pas l’impact ?
J’ai envie de dire que c’est pour cela qu’il m’a engendré, mais ce n’est pas vrai.
C’eût été un bon motif.
Les humains se plaignent, à raison, des imperfections du corps. L’explication coule de source : que vaudrait la maison dessinée par un architecte sans domicile ? On n’excelle que dans ce dont on a la pratique quotidienne. Mon père n’a jamais eu de corps. Pour un ignorant, je trouve qu’il s’en est fabuleusement bien tiré. (…)

Publicité
Article précédent
Poster un commentaire

18 Commentaires

  1. Michel B.

     /  21 septembre 2022

    Bonjour Marie-Anne,
    Je n’ai pas lu ce roman, mais j’aime beaucoup votre « avis très subjectif » le concernant !…

    Réponse
    • Bonjour Michel ! Oui j’ai été un peu dure dans ma critique mais je trouve important de dire ce que je pense d’une manière sincère (et argumentée). Merci à vous et très bonne journée 🙂

      Réponse
  2. Moi aussi ! Cette ecrivaine m’énerve prodigieusement avec son look médiatique et son champagne légendaire mais je ne l’ai pas lu depuis très longtemps. Alors d’habitude, je me tais ! Mais là votre chronique pour un livre qui a été sélectionné pour le Goncourt en son temps me fait jubiler ! Merci bcp !

    Réponse
    • Ah si elle avait décroché le Goncourt avec ce bouquin ça aurait été le pompon 🙂
      Je pense qu’elle a écrit deux ou trois livres pas mal, dans sa jeunesse, mais ça s’est gâté… Et puis Jésus ce n’est pas du tout un sujet pour elle. Merci ! Bonne journée 🙂

      Réponse
  3. Jean-Pierre Tondini

     /  21 septembre 2022

    Je ne suis pas croyant au sens Chrétien du terme. Je n’aurai donc pas d’avis tranché. J’ai beaucoup aimé les cinq ou six premiers ouvrages de cette écrivaine. J’ai décroché à Antechrista.

    Réponse
    • J’avais plutôt aimé « antechrista » (sans plus) mais je pense que celui ci n’est pas très réussi. Le sujet religieux, selon moi, n’est pas adapté à Amelie Nothomb (ou elle n’est pas adaptée à lui). Merci à vous et bonne journée !

      Réponse
  4. natlarouge

     /  21 septembre 2022

    personnellement athée, j’ai bien aimé le sujet et l’ironie dont elle fait preuve, justement faisant fi de l’opinion bien pensante. mais ce n’est pas son meilleur, je suis d’accord

    Réponse
    • Oui disons qu’elle caresse son lecteur dans le sens du poil. Nous sommes une société matérialiste et sans aucune notion spirituelle donc elle nous pond un Christ à notre image pour nous flatter bassement. Personnellement je m’attendais à un livre plus intéressant. C’est décevant…

      Réponse
      • natlarouge

         /  21 septembre 2022

        c’est Amélie Nothomb, ne pas s’attendre à des révolutions. Bonne fin d’après midi

  5. Oui c’est ce que je reproche à certains auteurs, peu importe la rédaction mais le minimum est de se plonger dans le milieu que l’on veut utiliser pour le roman. Bonne journée.

    Réponse
  6. merci d’avoir eu l’abnégation de tenter cette lecture et d’en rendre compte !
    à mon avis très subjectif (c’est le mien, et j’y tiens 🙂 ) Amélie Nothomb a un certain sens de l’accroche.. .qui tient généralement jusqu’à la fin du premier chapitre. Et puis pfffft, on dirait que même elle se désintéresse de son sujet et de ses personnages. Peut-être serait-elle plus convaincante dans des micros-nouvelles ? mais alors elle aurait plus de mal à sortir le roman-par-an qu’elle doit à son éditeur….
    bonne journée !

    Réponse
  7. Je ne le lirai certainement pas Marie-Anne. Merci pour ton avis subjectif! 🙂

    Réponse
  8. Je te rejoins totalement Marie-Anne. Ces dernières années, les romans d’Amélie Nothomb sont extrêmement médiocres. C’est un phénomène médiatique mais je n’ai jamais adhéré à son « personnage. » Parler du Christ nécessite un minimum de connaissances et je trouve tellement facile et convenu de la part d’Amélie Nothomb d’offrir cette image du Christ qui est dénué de tout intérêt. Elle a une vision tellement caricaturale et contemporaine du message du Christ, de sa personne. Si elle veut vraiment être sulfureuse, je lui conseille d’écrire le même roman, mais cette fois-ci sur Mahomet.. Je pense que la réaction des lecteurs seraient plus virulentes. Je suis catholique mais je ne pratique plus depuis une dizaine d’années. J’ai pris mes distances avec l’Eglise car je suis en désaccord sur de nombreuses questions sociétales avec le discours officiel de l’Eglise catholique. Le message du Christ me touche par contre. Tu as parfaitement exprimé tout ce que je pense de ce roman affligeant. Décidément l’orgueil de cette auteure est sans limite. Quand je pense qu’elle avait été dans la sélection pour le Goncourt.. au secours. Je retourne lire Christian Bobin 😉🙂 Passe un beau weekend Marie-Anne ! 🙂🌞

    Réponse
    • Bonjour Frédéric ! Oui je suis d’accord, les écrivains contemporains osent S’attaquer à la religion chrétienne mais ils n’oseraient pas avec les religions plus combatives, ce qui prouve une certaine lâcheté ! Je ne veux pas spécialement défendre les catholiques et en général je ne lis pas les écrivains chrétiens mais je trouve qu’il faut savoir se mettre à la hauteur de son sujet quand on veut parler de Jésus dans un livre. Et je trouve qu’Amelie Nothomb est au ras des pâquerettes et qu’elle n’a rien d’intéressant à dire sur le Christ ou sur la spiritualité… Bonne journée à toi Frédéric et merci de ton commentaire 🙂

      Réponse
  9. Très drôles et bonnes remarques !

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :