Des Poèmes de François de Cornière sur le bord de mer

Couverture au Castor Astral

Présentation du recueil par l’éditeur

Les Façons d’être est la première anthologie personnelle de François de Cornière. Elle réunit ses poèmes les plus marquants ainsi que de nombreux inédits.

Pratiquant toujours l’arrêt sur image à partir d’infimes détails du quotidien, de quelques mots dans un carnet, François de Cornière restitue avec une désarmante simplicité des instants de vie qui prennent soudain force.

Avec Les Façons d’être, François de Cornière entrouvre les portes de son univers ! Il décrit avec justesse et délicatesse la complexité de l’existence.

**

Présentation du Poète par l’éditeur

François de Cornière est né en 1950 à Caen où il a animé pendant plus de trente ans les fameuses Rencontres pour lire. Il vit désormais près de Guérande, sur la côte Atlantique. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il a reçu le Prix RTL-Poésie 1, le Prix Georges Limbour et le Prix Apollinaire.
On a dit de lui qu’il était « le chef de file de la poésie du quotidien ». Ce à quoi il répond avec un sourire qu’il est le chef de rien du tout, et encore moins « un chef de file ».

**

J’ai choisi deux poèmes extraits du recueil Nageur du petit matin (2015)

SUR LE DOS

Il y avait des soirées
sans vent sans vagues
où l’envie de nager sur le dos
était une évidence.

Pas de mouvement de bras
peu de battements de pieds
le ciel m’accompagnait
jusqu’à très loin du bord.

Sillages d’avions si hauts
couleurs effilochées
confusions transparentes
profondes à la renverse.

Cette impression alors
de n’être plus qu’un corps
un dos couché sur l’eau
l’oubli de qui on est :

être soi-même l’oubli
de tout ce qu’on a aimé.

**

CE PETIT TAS DE MOI

J’ai nagé très lentement ce matin.
La mer était un lac
pas un souffle de vent
et personne sur la plage.

La lune encore visible
belle et ronde au-dessus
le soleil – lueur orange –
du côté des marais.

J’ai nagé doucement
faisant glisser mes bras
dans l’eau claire de la baie
étirant tout mon corps.

J’ai nagé seul au monde
– le trait blanc d’un avion
comme souvenirs de nous
que je n’aurai jamais –

Et sur le sable froid
ma serviette et mon pull
ce petit tas de moi
là-bas qui attendait.

**

Poster un commentaire

10 Commentaires

  1. Poème de l’instant du quotidien, merci pour cette découverte !

    Réponse
  2. natlarouge

     /  5 août 2022

    j’aime bien, agréablement reposant et nimbé d’une douce lumière et puis forcément, ça me parle, la mer ! merci

    Réponse
    • Bonjour Nathalie. En effet ces poèmes de bord de mer sont tout à fait de saison. J’aime bien ce qu’il écrit à propos du ciel pendant ses baignades. Bonne journée !

      Réponse
  3. Je ne connaissais pas du tout François de Cornière. Et j’ai beaucoup apprécié « Sur le dos ». Merci pour la découverte!

    Réponse
    • Merci beaucoup pour votre commentaire et cette appréciation ! Nager peut amener des tas de méditations et de réflexions sur soi même… Bon week-end à vous An.

      Réponse
  4. Un homme humble…qui reconnait la place minuscule de l’être dans la vie et pourtant le ton n’est pas désespéré. Il y a du plaisir dans l’élément … qui surnage et c’est plutôt rassurant (même si on ne va pas en vacances à la mer). Une fleur pour toi. pat

    Réponse
  5. Merci Marie-Anne pour ce moment de poésie. « Le trait blanc d’un avion comme souvenirs de nous.. »
    Merci 🙏🌊

    Réponse
  6. Toujours un plaisir de découvrir des poètes au fur et à mesure de tes publications. Merci !

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :