La Maman et la Putain de Jean Eustache

Affiche du film

Ce film mythique du début des années 70, qui avait fait scandale à sa sortie et qu’Ingrid Bergman, alors présidente du jury à Cannes, avait trouvé « sordide » et « vulgaire », vient de ressortir en version restaurée dans quelques salles obscures parisiennes et ce fut pour moi l’occasion de le découvrir pour la première fois.

Note Technique sur le Film

Date de sortie : 1973
Noir et Blanc
Durée : 3h35
Acteur : Jean-Pierre Léaud
Actrices : Bernadette Lafont (Marie), Françoise Lebrun (Véronika), Isabelle Weingarten (Gilberte)

Résumé de l’histoire

À Paris en 1972, Alexandre (Jean-Pierre Léaud) est un homme jeune et oisif qui aime fréquenter les cafés du 6ème arrondissement (Flore, Deux Magots) et qui est aussi un grand séducteur. Il vient en effet de se séparer de Gilberte mais il essaie de la reconquérir en lui tenant des propos enflammés et inspirés de Marcel Proust. Dans le même temps il vit en couple avec Marie (Bernadette Lafont) qui est une femme un peu plus âgée que lui et qui tient une boutique de vêtements. Marie oscille à l’égard des infidélités d’Alexandre entre l’indulgence et la jalousie.
Un jour Alexandre aperçoit à une terrasse de café une séduisante jeune femme blonde (Françoise Lebrun) et il lui demande son numéro de téléphone, ce qu’elle accepte. Il l’appelle quelques jours plus tard et il apprend qu’elle se nomme Veronika et qu’elle est infirmière. Ils se donnent rendez-vous.
Après être devenu son amant, Alexandre décide d’amener Veronika chez Marie mais les rencontres ne se passent pas forcément très bien entre les deux femmes. Bientôt, ils vont se mettre en ménage à trois. (…)

Mon Avis

Ce film aborde une très grande quantité de thèmes, des plus politiques aux plus sentimentaux. Jean Pierre Léaud, dans des performances d’acteur extraordinaires et souvent émouvantes, semble se faire le porte-parole du réalisateur. Il ne recule pas devant les blagues de comptoir un peu surprenantes et, en parallèle, il est capable de longs monologues poétiques et qui ont parfois quelque chose de prophétique.
Tout au long de ces 3h30 de film, Jean Eustache multiplie les références cinématographiques : il nous dit qu’il aime Bresson, Fernandel et les films de vampires de Murnau, qu’il n’aime pas les « Visiteurs du Soir », que des films comme « Une femme est une femme » de Godard lui ont appris à vivre et, en particulier, à faire son lit, etc., ce qui fait aussi de ce film une sorte de manifeste artistique et esthétique.
On peut dire qu’il s’agit également d’un manifeste musical car les personnages mettent parfois des disques et se taisent durant la chanson, ce qui nous permet de l’écouter en entier, et d’apprécier Frehel ou Damia ou encore des morceaux de rock comme Deep Purple. La pochette du premier disque de King Crimson (rock progressif) est également bien mise en évidence dans l’une des scènes.
Les images sont magnifiques, et abondent en plans fixes et en gros plans sur les visages des acteurs et actrices pendant qu’ils sont en train de discourir. Au cours de leurs monologues, on peut avoir l’impression que les personnages s’adressent en réalité aux spectateurs et non pas à leurs vis-à-vis de tournage.
Si les premières scènes du film sont relativement sages et conventionnelles et semblent préfigurer un marivaudage romantique, nous sommes ensuite conduits vers des ambiances plus sombres, plus désespérées, plus trash (par les dialogues). Dans les dernières scènes, un certain nihilisme m’a fait penser à la mode punk qui devait naître à peine trois ou quatre ans plus tard, et qui est surtout illustrée par le personnage très décadent de Véronika, « la putain » du titre, dont le maquillage charbonneux se mêle à ses pleurs amers, en un monologue très bouleversant.
Un chef d’œuvre ! A voir, toutefois, avec un bonne forme morale et physique – car un peu éprouvant.


Scène du film
Poster un commentaire

10 Commentaires

  1. Je l’ai vu il y a très longtemps mais son contenu se perd da’s ma mémoire. Cette ressortie (enfin ! ) est une excellente nouvelle. Tu m’a bien donné envie.
    Merci beaucoup Marie-Anne.

    Réponse
    • Bonjour Prince ! Je crois qu’on n’a plus vu ce film en salles depuis les années 80 et il était temps de le ressortir ! En plus, en version restaurée, c’est superbe. Merci ! Bonne journée

      Réponse
  2. Merci, Marie-Anne, ton billet me donne aussi très envie de le revoir. Je crois qu’il me donnera l’impression de replonger dans un Paris très très lointain…

    Réponse
    • Bonjour Danielle ! En effet, grâce à ce film on peut (re)découvrir le Paris de l’époque et surtout les cafés de Saint-Germain des Prés et les rues du Quartier Latin. C’est un des charmes de ce film.

      Réponse
  3. Encore une fois, je n’ai pas vu ce film… mais tu me donnes envie! Bravo!

    Réponse
    • Bonjour Nathalie ! C’est un film culte des années 70, qui a fait scandale à son époque. Un très beau film ! Merci beaucoup de ton commentaire! Bon week-end à toi 🙂

      Réponse
  4. Merci Marie-Anne 🙏
    Revoir Bernadette Lafont me ferait plaisir.

    Réponse
    • Bonjour Eveline ! Bernadette Lafont était en effet une excellente actrice ! Dans ce film Jean Pierre Leaud est également génial et Françoise Lebrun extrêmement touchante. Merci de ton commentaire et très bon week-end 🙂 Bises!

      Réponse
  5. J’avais vu sur Télérama ou les Inrocks, qu’il ressortait ce film de Jean Eustache. Je ne l’ai pas encore vu. Je pense qu’il y aura forcément une sortie DVD/Blu-ray. Merci pour ce beau retour 🙂

    Réponse
    • Bonjour Frédéric ! Il sortira certainement en DVD oui. Il mérite vraiment d’être regardé. Merci de ton commentaire ! Bon week-end 🙂

      Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :