Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

affiche du film

J’ai vu ce grand classique du cinéma français pour la première fois de ma vie, il y a environ deux semaines, en DVD, et j’avais envie de partager ici mes impressions de spectatrice.

Première réflexion : C’est assurément un film à voir sur grand écran et je regrette un peu de l’avoir regardé sur mon écran d’ordinateur. Car les images sont spectaculaires, avec de nombreuses scènes de ballets en groupes, des mouvements tourbillonnants, des débauches de couleurs, du rythme.

Deuxième réflexion : Je n’ai jamais tellement apprécié la musique de Michel Legrand, l’air des « deux sœurs jumelles » m’horripile, et la chanson mièvre de Jacques Perrin pleurant sur son introuvable idéal féminin me laisse de marbre. Malgré cela, j’ai aimé la sonate de Solange et la chanson des forains, et dans l’ensemble la bande-son ne m’a pas trop déplu, avec parfois des accents jazziques sympathiques.

Troisième réflexion : J’ai trouvé jolie l’idée centrale du film, selon laquelle nous pouvons passer à côté du bonheur ou de l’amour au gré d’un hasard défavorable. Le destin nous interdit parfois d’être heureux pour une rencontre manquée de peu, pour un mot non prononcé ou un geste oublié, pour une petite coïncidence.

Quatrième réflexion : Le scenario ne cesse d’osciller entre gaité et tristesse et on a parfois l’impression que le cinéaste ne sait pas s’il va pencher clairement vers le sourire ou les larmes. Certains aspects comiques comme les jeux de mots ou les facéties autour de « Monsieur Dame » et « Madame Dame » ou « la perm à Nantes » ne m’ont pas tellement convaincue.

Cinquième réflexion : Dans ce film, les personnages jeunes (Catherine Deneuve, Françoise Dorléac et Jacques Perrin) sont tous en attente de belles choses ou de belles personnes, pleins de désirs et d’ambitions, et ne trouvent pas le moyen ou l’occasion de réaliser leurs idéaux. Les personnages plus âgés (Danielle Darrieux et Michel Piccoli) sont eux dans le regret et la nostalgie d’un passé qu’ils ont manqué. Le personnage de Gene Kelly semble avoir un rôle intermédiaire entre ces deux générations et fait le lien entre ces deux attitudes.

Sixième impression : Le film date de la fin des années 60, un peu avant 1968, et affiche une esthétique « pop » très acidulée qui fait penser aux pochettes de disques des Beatles ou à certaines images psychédéliques de l’époque. Cette gaité visuelle omniprésente a quelque chose d’artificiel, de factice, qui contraste avec les personnages mélancoliques et le scenario en demi-teinte. Vue d’aujourd’hui, cette esthétique peut paraître kitsch et démodée, ou au contraire pleine de charme et séduisante, selon les goûts et les points de vue.

Bref, un film que je suis contente d’avoir vu en tant que comédie musicale à la française, un film important dans son style, et certainement un modèle du genre, qui a pu influencer de nombreux réalisateurs par la suite !

J’ajoute que j’ai vu Les Demoiselles de Rochefort dans le cadre de mon défi Le Printemps des artistes. En effet, dans ce film les deux soeurs jumelles exercent les métiers de danseuse (pour la blonde) et de compositrice-professeure de solfège (pour la rousse) tandis que les chansons omniprésentes suffisent à justifier l’aspect très artistique de ce film.

Logo du Défi

Poster un commentaire

20 Commentaires

  1. Très bien vu, Marie-Anne, ce film a le charme du kitsch. Il faut y être sensible pour l’apprécier. Joli 1er mai ! Danielle

    Réponse
  2. Crémieu-Alcan

     /  1 mai 2021

    Un joli film qui tente -et réussi – La comédie musicale à la française par un amoureux de Broadway (chantons sous la pluie). En tous cas, une dose d’optimisme !

    Réponse
  3. Bon jour Marie-Anne,
    Intéressante mise en lumière sur ce film que je n’ai jamais vu … normal, les films chantés me donnent de l’urticaire … 🙂
    Bonne journée 🙂
    Max-Louis

    Réponse
    • Bonjour Max-Louis, si vous n’aimez pas les comédies musicales, ce n’est clairement pas un film pour vous 🙂
      Bonne journée 🙂
      Marie-Anne

      Réponse
  4. Michel B.

     /  1 mai 2021

    Bonjour Marie-Anne,
    C’est kitsch, oui, tout est artificiel dans ce film… comme peut l’être un feu d’artifice : trop de couleurs, trop de bruit, trop spectaculaire… Mais quelle mise en scène !… Mais quels thèmes musicaux émouvants (pas du tout d’accord avec vous concernant Michel Legrand) !… Bref, j’adore ce film…
    Brin de muguet pour vous !

    Réponse
    • Bonjour Michel, Oui, c’est un film très spectaculaire, conçu comme une oeuvre d’art.
      Pour Michel Legrand, j’ai vraiment du mal à accrocher à certains morceaux, malgré ma bonne volonté 🙂
      Merci pour ce brin de muguet 🙂
      Belle journée à vous

      Réponse
  5. Si je devais le revoir maintenant, je le trouverai certainement assez mièvre. Néanmoins, à l’époque, c’était une véritable bouffée d’air frais dans le cinéma français. Bon premier mai !

    Réponse
    • C’est un beau film, sans aucun doute, et un grand classique !
      Merci Matatoune bonne journée 🙂

      Réponse
    • Non, pas mièvre, pas du tout mièvre, jamais mièvre, mais joyeux et triste à la fois. Un des plus beaux films du cinéma français.

      Réponse
  6. Bonjour Marie-Anne,
    Pas de plus belle idée que dde mettre des couleurs dans ce premier mai avec ces jolies « Demoiselles ».
    Toutes ces impressions, agréables pour la plupart, montrent que ce film a au moins le mérite de ne pas laisser indifférent. Certes il ne faut pas être allergique à la musique de Legrand, aimer les couleurs pastelles et les chassés croisés amoureux. Si ces conditions sont remplies, une fois passé le pont transbordeur, nous sommes au pays « en chanté » de Demy, sans doute le plus beau que nous ait jamais offert le cinéma français.
    Tu évoques à juste titre ce côté factice, un parti-pris du réalisateur qui repeint une vraie ville à ses couleurs pour pouvoir tourner en décors réels à la mode de la Nouvelle Vague ou de « West Side Story » dont il emprunte un acteur/danseur. Il injecte de la « gaieté et de la tristesse », c’est vrai, mais aussi du spectacle, de la poésie (« nous on est poètes » chantent les forains), de la musique, de la danse, de la peinture (Lancien), du drame, du crime (Dutrouz, l’ami de Pépé), l’ombre de la guerre (avec tous ces militaires qui passent dans le champ), d’une femme qui chosit d’élever seule ses enfants (ce qui, à l’époque, était assez mal vu), bref de la comédie humaine car c’était là son grand projet. Je pourrais parler de ce film pendant des heures je pense, je préfère renvoyer ceux que cela intéresse à mon propre article.
    Grand merci pour ce partage cinématographique qui ensoleille ma journée. 🌞🌺🌼💐
    A bientôt Marie-Anne.

    Réponse
  7. Je ne l’ai encore jamais vu. Il me faudra combler ce manque. Merci Marie-Anne, belle journée à toi 🙂

    Réponse
  8. Un film génial ! Un des chefs-d’oeuvre du cinéma français et la rencontre idéale entre la comédie américaine et la Nouvelle vague. La chanson de Solange est une des plus belles musiques du monde – rien que pour elle, Michel Legrand porte bien son nom. C’est un film à voir et revoir, un film qui rend heureux, qui met du soleil dans la vie, qui amuse et qui console en même temps, heureux et triste tout à la fois, et je suis persuadé que plus tu le verras plus tu aimeras ce film. J’en ai également parlé chez moi.

    Réponse
  9. Rebonjour, il y a longtemps que je n’ai pas revu ce film, mon préféré du réalisateur avec Peau d’âne. Bonne fin d’après-midi.

    Réponse
  1. Bilan de mon Printemps des Artistes 2021 | La Bouche à Oreilles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :