Deux poèmes de Katherine Mansfield

couverture du recueil de K. Mansfield chez Arfuyen

Ces deux poèmes sont extraits du recueil de Poèmes de Katherine Mansfield publié chez Arfuyen en version bilingue en 1990, dans une traduction et suivi d’une postface d’Anne Wade Minkowski.
Le premier est en vers rimés et mesurés, le second en vers libres, ce qui n’est plus visible dans la traduction.

Les poèmes de ce recueil ont été écrits entre 1909 et 1919, beaucoup d’entre eux évoquent la mort du jeune frère de l’écrivaine et son deuil douloureux.
D’après la postface, Les Poèmes de Katherine Mansfield sont assez méconnus, et mésestimés dans son pays où on leur préfère de très loin ses nouvelles.

Katherine Mansfield (1888-1923) – de son vrai nom Kathleen Beauchamp – est une écrivaine et poète britannique d’origine néo-zélandaise, autrice en 1922 de La Garden-Party, son livre le plus connu. Elle est morte de la tuberculose à l’âge de seulement 34 ans.

**

L’enfant de la mer

Vers le vaste monde, mère, tu l’envoyas,
Ornant son corps de corail et d’écume,
Peignant une vague dans sa tiède chevelure.
Ainsi l’as tu chassée de sa demeure.

Par la nuit noire elle se glissa dans la ville
Et sous un porche elle s’installa,
Petite enfant bleue à la robe ourlée d’écume.

Ni sœur ni frère
Pour entendre ses appels et répondre à ses cris.
Son visage brillait sous la tiède chevelure
Comme une lune minuscule apparue dans le ciel.

Elle vendit son corail ; elle vendit son écume ;
Son cœur arc-en-ciel telle une conque se brisa :
Sur la pointe des pieds elle s’en revint chez elle.

**

Il y eut autrefois un enfant

Il y eut autrefois un enfant.
Pâle et silencieux, il venait jouer dans mon jardin.
Il a suffi qu’il sourie et j’ai tout su de lui,
J’ai su ce qu’il avait dans ses poches,
Comment seraient ses mains dans les miennes
Et les accents les plus intimes de sa voix.
Je l’ai mené par les allées secrètes,
Lui montrant où mes trésors étaient cachés.
Je l’ai laissé jouer avec chacun d’eux,
J’ai enfermé mes pensées dans une petite cage d’argent
Et les lui ai données à garder…
Le jardin était obscur, mais pour nous pas assez encore.
Sur la pointe des pieds, nous avons cheminé parmi les ténèbres
Et dans les bassins d’ombre, sous les arbres,
Nous nous sommes baignés,
Faisant semblant d’être sous la mer.
Une fois, à la limite du jardin,
Nous avons entendu des pas sur la route du Monde.
Oh, comme nous avons eu peur !
« As-tu déjà marché sur cette route ? », ai-je murmuré.
Il fit signe que oui, et nous avons secoué la tête
Pour faire tomber les larmes de nos yeux.
Il y eut autrefois un enfant.
Pâle et silencieux, il venait – tout seul –
Jouer dans mon jardin.
Quand nous nous sommes rencontrés,
Nous avons échangé un baiser,
Mais quand il est parti,
Nous n’avons même pas fait un geste d’adieu.

**

Poster un commentaire

32 Commentaires

  1. J’aime beaucoup 😉

    Réponse
  2. Beau… merci Marie-Anne pour la découverte.

    Réponse
  3. Swannaëlle

     /  9 novembre 2020

    Merci pour cette découverte ! J’aime 🌹

    Réponse
  4. Beau et sensible, j’aime beaucoup.
    Merci Marie-Anne.

    Réponse
  5. Merci beau coup 💙

    Réponse
  6. Je découvre les Poèmes de Katherine Mansfield. Ils sont magnifiques, je suis très touchée par leur profondeur.
    Merci Marie-Anne 🙏

    Réponse
  7. Très délicat !
    Bonne journée, Marie-Anne.

    Réponse
  8. C’est beau de tomber ainsi sur des poèmes, alors qu’on navigue sur les blogs. Une touche de poésie, ça fait toujours du bien. Merci !

    Réponse
  9. frédéric perrot

     /  9 novembre 2020

    Je ne savais pas que Katherine Mansfield avait écrit des poèmes, je ne connaissais que ses nouvelles et son Journal, que je vous recommande, car c’est bouleversant.
    Merci à vous
    Frédéric Perrot

    https://www.blogger.com/blog/post/edit/8747934438148703078/2959825559561350532

    Réponse
    • Merci Frédéric de ces conseils ! J’aime moi aussi beaucoup les nouvelles de Katherine Mansfield, du moins celles de « La Garden Party » – je n’ai pas encore lu les autres. Pour son journal, je l’avais lu il y a très très longtemps sans qu’il me marque tellement, il faudrait que je le relise un jour.
      Bonne journée et merci de vos commentaires très appréciés !
      Marie-Anne

      Réponse
  10. frédéric perrot

     /  9 novembre 2020

    Il faut cliquer sur aperçu pour voir la publication de mon blog. Désolé, je ne suis pas très doué avec ce genre de trucs !
    Cordialement
    Frédéric Perrot

    Réponse
  11. C’est un monde qui s’ouvre à la lecture de ces poèmes. L’écriture est tellement simple et fluide qu’on s’y laisse aspirer. Poignant et bouleversant. Merci Marie-Anne

    Réponse
  12. frédéric perrot

     /  11 novembre 2020

    Vous pouvez essayer avec celui-ci. Sinon tant pis ! Bonne journée à vous ! Cordialement

    http://beldemai.blogspot.com/2020/01/katherine-mansfield-journal.html

    Réponse
    • Cette fois j’ai pu lire votre article, merci beaucoup ! J’aime bien l’extrait que vous avez choisi, sa passion pour l’écriture qui l’empêche de dormir… Bonne journée Frédéric ! Bien à vous ! Marie-Anne

      Réponse
  13. C’est magnifique. Merci Marie-Anne.
    Ce jeune frère qu’elle évoque dans ses poèmes est il mort à la guerre ?

    Réponse
    • Je crois qu’il est mort en 1915 à Armentières, en manipulant une grenade, donc oui c’est très probablement à la guerre…
      Merci d’avoir apprécié ces poèmes Prince Ecran Noir !

      Réponse
      • Merci Marie-Anne pour cette précision.
        Bonne soirée, sous les auspices de Genevoix peut-être.

      • Je n’ai jamais lu Genevoix, il me semble qu’on ne le lit plus énormément mais ses oeuvres vont sûrement redevenir à la mode avec cette entrée au Panthéon. Je ne sais pas si j’aurai cette curiosité. Bon week-end Prince Ecran Noir 🙂

  14. arbrealettres

     /  11 novembre 2020

    … in english if you want 😉
    https://arbrealettres.wordpress.com/tag/(Katherine-Mansfield/
    Belle fin de journée
    Ch

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :