Quelques extraits du livre Destination de la poésie de François Leperlier

couverture du livre

Mon ami le poète Denis Hamel m’a prêté cet essai Destination de la poésie de François Leperlier, publié aux éditions Lurlure en 2019.
Ouvrage de réflexion sur l’essence de la poésie, sur ses moyens et sur ses buts, François Leperlier réhabilite les notions indépassables de beauté, de vérité, de lyrisme, d’inspiration.
Il se moque de la poésie subventionnée, de ces nombreux poètes contemporains à l’affût de prix, de bourses, de lectures publiques, d’interventions pédagogiques ou de résidences d’écriture. Il critique aussi les manifestations plus ou moins ludiques et festives autour de la poésie que l’on cherche à donner en spectacle alors que la poésie n’est justement pas un spectacle.
Il défend une vision de la poésie fortement individualiste, agissante, magique et libre contre l’esprit grégaire, les formules à la mode, le prêt-à-penser, l’utilitarisme, la servilité vis-à-vis du pouvoir.

Voici quelques EXTRAITS de ce livre :

page 120 :

Rien ne saurait infirmer cette raison de fond : les entreprises de médiatisation, de vulgarisation, de soi-disant démocratisation de la poésie, non seulement ne conduisent jamais à sa popularisation, mais s’y opposent. Rien n’a véritablement changé, au-delà de la micro-zone d’influence des dénégateurs, dans la représentation générale de la poésie. En dépit des protestations militantes, cette force d’inertie n’est pas toute négative : elle contient même, il est temps de s’en aviser, quelque vertu corrosive et émancipatrice. Il n’est pas difficile de trouver plus de justesse et de réalité dans l’insistance de certains lieux communs, dans la continuité des topiques (Aristote), que dans les prescriptions ou les dénégations idéologiques et ratiocinantes des poètes professionnels. (…)

**

page 128

Alors que les lectures orales et performatives se sont systématisées, sont devenues la règle, on ferait bien de se souvenir de l’observation de Baudelaire :  » J’ai remarqué souvent que des poètes admirables étaient d’exécrables comédiens. Les écrivains profonds ne sont pas orateurs, et c’est bien heureux. »
Et que dire des autres ! Rien de plus éprouvant que d’assister à ces lectures planifiées, ces cabotinages sur un texte bien rodé – combien de fois Bernard Heidsieck a-t-il rabâché son Vaduz ?
– où les trois quarts du temps planent l’ennui, la complaisance et l’affectation, en dépit des efforts pour dégeler l’atmosphère !
Par chance, quelques uns s’en tirent avec un certain brio, mais un bon comédien, formé et inspiré, fera toujours l’affaire, et peut éviter de bien mauvaises passes ! Quant au « vrai comédien et vrai poète », l’alliance est enviable, d’autant qu’elle est extraordinaire. N’est pas Antonin Artaud qui veut.

**

Page 135 :

Dès qu’un poète, dès qu’un artiste aujourd’hui affiche son caractère subversif, on peut être assuré que non seulement il a renoncé à la révolte mais qu’il vient vous escroquer et vérifier votre conformité ! (De même que sous la phraséologie progressiste, qu’elle soit morale, sociale ou esthétique, il faut plutôt s’attendre à trouver une passion conformiste et régressive bien caractérisée).
Il n’est jamais bon que la poésie reste à la merci des poètes !
Voilà une activité que l’on a vue animée d’une ambition sans pareille, qui sut porter la contradiction un peu partout, qui s’est distinguée par un fort indice d’asocialité, de résistance et de défi, qui inventa des mondes et fit parler les dieux, qui voulut à elle seule décider du sens de la vie … Et voilà qu’elle doit solliciter les encouragements de l’Etat, qu’elle doit veiller à sa bonne santé institutionnelle, justifier de son action, rendre des comptes, après qu’elle s’est recyclée dans le déballage littéraire, l’animation culturelle et le vivre ensemble ! Est-il seulement possible que nous parlions de la même chose ?

**

Si la poésie contemporaine vous intéresse, je vous conseille très vivement ce livre !

Poster un commentaire

16 Commentaires

  1. Une plume mordante ! Merci pour ce partage 😉

    Réponse
    • Mordante et surtout pertinente ! Il ne se contente pas de critiquer l’état actuel du monde poétique, mais il développe sa propre vision, il propose un idéal.
      Merci Matatoune 🙂

      Réponse
  2. Merci pour ces beaux passages…

    Réponse
  3. Ah! Comme ça fait du bien! Il sera bientôt entre mes mains. Merci.

    Réponse
  4. difficile de ne pas être d’accord ; reste à trouver comment faire connaitre la poésie sans être dans le spectacle, user du relais de vrais comédiens-lecteurs ou s’accommoder de poétiser inconnu et compter sur le flair de rares amateurs pour dénicher les truffes poétiques – après tout pourquoi pas ?

    Réponse
  5. Intéressant !
    Comment faire sortir la poésie de son ghetto, sans pour autant céder a

    Réponse
  6. excuse-moi pour l’envoi intempestif, Marie-Anne.
    Sans pour autant céder aux paillettes de la pipolisation.

    Réponse
    • Oui, Jean-Louis, c’est effectivement l’une des questions posées par ce livre, mais aussi la place du poète dans la société, le rôle qu’il doit jouer ou non parmi ses concitoyens… J’ai beaucoup aimé ce livre qui défend une conception très haute et très exigeante de la poésie. Merci Jean-Louis 🙂

      Réponse
  7. Denis H

     /  17 octobre 2020

    bravo. merci marie anne.

    Réponse
  8. Il a l’air passionnant ce livre avec un propos qui détonne et auquel je souscris en tout point. Salutaire de lire cet essai en ces temps de pensée unique.. Merci Marie-Anne 🙂

    Réponse
  9. Ah oui ! C’est à voir ! mais à voir aussi ce qui reste comme place à la poésie en dehors de la conformité actuelle qui me semblait plutôt, sous d’autres aspects, assez anti-conformiste.

    Réponse
    • Quand on lit ce qui est publié chez certains grands éditeurs de poésie, on est assez perplexe et l’anti-conformisme n’est qu’une étiquette commode, une posture d’uniformité.

      Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :