Trois poèmes d’Etienne Paulin

Ces poèmes sont extraits du recueil paru chez Gallimard en 2019.
Etienne Paulin, né en 1977, vit et enseigne à Angers.

***
Page 38
Salve triste

il faut exagérer, on ne peut rien faire de mieux.

voir mal, mal croire
chanter c’est perdre

c’est avoir bataillé :
le poème à grand-peine
et sans ruse.

***
page 28

Invérifiable

chère enfance,
avec toi je ne gagnerai pas d’argent

je veux juste le bord du trottoir
le ciment esquinté
jointure un peu poudreuse
dessins mal faits à la craie sur le goudron
riens qu’on a laissés
que le ciel use

cires suies le square est doux
ses quelques arbres parlent

***

page 15

Pesée

j’ai les mots pour moi
dit l’imposteur agile

je les aligne droits
et voilà ma pensée

***

Etienne PAULIN

Poster un commentaire

9 Commentaires

  1. Je ne connaissais pas Etienne Paulin…

    Réponse
    • Avant de lire ce recueil, je ne le connaissais pas non plus. C’est un poète encore jeune, la petite quarantaine … Bonne journée Goran 🙂

      Réponse
  2. Parmi ton choix, j’ai particulièrement aimé le deuxième, Invérifiable, adressé à l’enfance.
    Peut-être est-ce au grand gosse qui est resté en moi qu’il s’adresse. 😉
    Bonne journée, Marie-Anne. 🌞🎼📚

    Réponse
  3. De ce florilège je retiens le plus court.

    Réponse
  4. Ton blog Marie-Anne est une ode à la célébration poétique contemporaine ! Là encore Etienne Paulin, un jeune auteur (43 ans) qui a une si belle prose et que je découvre grâce à toi. Merci ! 🙂☀️

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :