Deux poèmes sur le confinement

photo d’un magnolia

Voici deux poèmes de circonstances que j’ai écrits entre hier et aujourd’hui.
L’obligation de rester chez moi a orienté mon écriture dans des directions un peu inhabituelles.
J’espère que ces textes trouveront quelque écho auprès de certains lecteurs puisque, après tout, nous en sommes tous au même point.

**

Le monde s’est calfeutré, reclus en ses pénates, et le silence des rues résonne entre nos incertitudes. A l’extérieur, les arbres courbaturés et livrés à eux-mêmes attendent notre retour avec toute leur ancestrale patience – leur pachydermique sagesse. A l’intérieur, nous guettons les premiers indices des quintes fatales et retenons nos souffles jusqu’aux fièvres estivales qui nous délivreront du mal.
Du moins n’aurons-nous pas l’esprit trop confiné : musiques et livres propageront nos libertés jusqu’aux confins des mondes invisibles.

**

Le printemps radieux passe à travers les mailles de nos renoncements. Par la fenêtre se déroulent nos espoirs sans personne ; par la fenêtre se promènent nos avenirs incertains. Aurons-nous une dérogation pour nous aimer, toi et moi, dans la nullité de cette ville perdue ? Le cul vissé à nos fauteuils, ce sont nos cœurs à l’amende qui errent et déambulent dans le sur-place d’une angoisse banale.
L’obscurité ne remédie plus à rien : la nuit passe à travers les mailles ô combien lâches de nos cauchemars.

Marie-Anne BRUCH

Textes et Photo sont soumis au droit d’auteur, merci de le respecter.

Poster un commentaire

24 Commentaires

  1. Bon courage à tous…

    Réponse
  2. J’aime énormément tes deux poèmes qui résument parfaitement la situation! Tu profites de ce confinement pour écrire comme un témoignage de ce que l’on ressent. Ces 2 poèmes resteront à jamais dans l’histoire, dans ton histoire, dans notre histoire que nous vivons en commun. Bon après-midi Marie-Anne 😉🙋🏻‍♂️✌

    Réponse
  3. Merci pour tes poèmes, Marie-Anne.
    J’ai particulièrement apprécié le second.
    Bonne journée à toi.

    Réponse
  4. j’aime beaucoup, particulièrement les mailles de nos cauchemars

    Réponse
    • Merci Carnets Paresseux 🙂 On entend beaucoup l’expression « passer à travers les mailles » ces derniers temps. Ca m’a inspirée 🙂

      Réponse
      • C’est vrai 🙂 je trouve qu’appliquée aux cauchemars l’expression prend un sens neuf… et presque rassurant, comme si nos vieux cauchemars étaient moins terrifiant que nos jours à venir.

        bref, une belle invention poétique !

      • Ca me fait très plaisir 🙂 Merci Carnets 🙂 Parfois des images me viennent sans que je leur trouve un sens immédiat, mais les lecteurs comprennent ce qui échappe à l’auteur 🙂 C’est une des magies de la poésie !

  5. « Du moins n’aurons-nous pas l’esprit trop confiné : musiques et livres propageront nos libertés jusqu’aux confins des mondes invisibles. » Merci Marie-Anne, tes mots sont magiques!

    Réponse
  6. C’est très beau Marie-Anne ! Je retiens ces mots : « musiques et livres propageront nos libertés jusqu’aux confins des mondes invisibles. » Je crois en cette force des mots, des livres, de la musique, des films, de la culture en général qui nous permettent d’affronter cette période de confinement avec un peu plus de sérénité. La liberté de laisser voyager notre esprit n’est pas perdue. ☀️🙂

    Réponse
    • C’est également ce que je ressens, Frédéric 🙂 Et ce que je voulais exprimer dans ce poème. Merci de l’avoir apprécié ! Bonne journée 🙂

      Réponse
  7. A travers les mailles de toutes les angoisses, votre poésie. Merci Marie-Anne. Quand j’aurai trouvé un moyen d’enseigner à distance sans que le travail ne dévore et mes jours et mes nuits, alors à l’intérieur, j’écrirai aussi des poèmes. Peut-être, puisque l’écriture est la plus belle des incertitudes.

    Réponse
  8. La résonance de cet écho arrive à bonne lecture 😊
    Je découvre ton univers au travers de ces mots. Ça m’intrigue. Je me permets d’y fouiner un peu.
    Courage, force, santé à toi et ta famille 👏🌷

    Réponse
  9. Merci d’enjoliver cette sombre période par la beauté de votre poésie. Au plaisir!

    Réponse
  10. Et voilà que ce vilain virus inspire de la poésie! Bravo à toi!

    Réponse
    • Je dirais que le contexte, avec l’enfermement et l’impression de danger, sont assez inspirants … Dali disait que la peur de mourir et le désir de survivre sont des sensations artistiques … Merci Coquelicot de ta visite 🙂

      Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :