Poème sans connaissance


Ce poème est paru dans le numéro 36 (juin 2018) de la revue A l’index dirigée par Jean-Claude Tardif.

Poème sans connaissance

Le chat
lorsqu’il a faim
manque d’humour
et le printemps
lorsqu’il débute
manque de bonne humeur,
mais moi j’ignore
ce qui me fait défaut,
peut-être une pensée
derrière le décor
ou une émotion
derrière le lexique.
Il y a quelque chose
au bout de cette feuille
qui pourrait peut-être
la changer en poème
si toutefois vos ombres
voulaient bien
rencontrer les miennes
– pour que la lumière soit.

**

Poster un commentaire

20 Commentaires

  1. La rencontre des ombres pour l’illumination, une belle idée.

    Réponse
  2. « Il y a quelque chose au bout de cette feuille… » Ces mots sonnent juste à l’oreille de celui qui écrit.

    Réponse
  3. arbrealettres

     /  29 juin 2018

    il est de qui ? 😉

    Réponse
  4. Quel poème sensible et juste! Merci! Qui est son auteur?

    Réponse
    • Merci de ces compliments car j’en suis l’auteure 🙂 C’est très gentil à vous !

      Réponse
      • J’aurais dû reconnaître la voix de votre délicatesse. Félicitations Marie-Anne, c’est vraiment un beau poème, « sans rien en lui qui pèse ou qui pose »…

      • C’est très aimable de votre part, Clémentine ! J’aurais dû signer ce poème, ça aurait été plus clair. Très bon week-end à vous !

  5. J’aime la justesse de la voix dans ce poème (et je vous avais bien reconnue à la plume), sa précision. Si nous savions ce qui nous fait défaut…

    Réponse
  6. C’est vraiment… BEAU…

    Réponse
  7. La nuits, les lumières sont belles: artificielles, plus colorées, diversement humaines… outre « luno-stellaires »…Elles appartiennent aux poètes…Celles du jour sont plus puissantes et plus subtiles: elles séduisent les peintres car sous trop d’éclairage la page reste blanche. Tes lettres seraient-elles les ombres de ceux qui leur font face et s’y brûlés?

    Réponse
    • Merci de ce beau commentaire ! Je suis également très sensible aux lumières, spécialement nocturnes, mais aussi les lueurs de l’aube, quand tout semble hésiter.
      J’essaye dans mes écrits de mettre un peu d’ombre et de lumière, et si elles reflètent un peu celles des lecteurs le but est atteint.

      Réponse

Répondre à laboucheaoreille Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :