Quelques vers d’Edmond-Henri Crisinel

Ces poèmes proviennent des Oeuvres (complètes) parues chez L’âge d’homme en 1979.
Edmond-Henri Crisinel (1897 -1948) est un poète suisse que l’on a souvent comparé à Gérard de Nerval.

 

La Folle

Elle a les cheveux blancs, très blancs. Elle est jolie
Encore, dans sa robe aux chiffons de couleur.

Elle emporte, en passant, des branches qu’elle oublie:
Les jardins sont absents et morte est la douleur.

Elle a des yeux d’enfant qui reflètent les jours,
Eau transparente ou passe et repasse une fuite.

Sa sagesse est donnée avec des mots sans suite,
Des mots divins qui vont mourir dans le vent lourd.

 

III (Elégie de la Maison des Morts)

Quand le soir est trop lourd d’angoisse, quand le miel
Du jasmin dans la nuit vous oppresse, on s’évade.
Mais les murs sont trop hauts. Ils montent jusqu’au ciel.
On reste prisonnier, pour toujours, dans la rade.

Calme, breuvage amer, cet excès de douleur.
Ô lumière ennemie ! et vous, roses parterres !
Sachant que, jamais plus, la fleur ne sera fleur,
Par delà les œillets je regarde la terre.

 

II (Suite Mystique)

O sainteté !
En ce désert
Où j’ai lutté,
J’ai vu ta palme
Profuse et calme :
Haut dans les airs,
Un faible cri
A retenti.
Depuis, je tourne
Autour de l’arbre,
Et tout s’ajourne
Jusqu’à mourir.
Le froid désir
D’un fût de marbre
Sèche les pierres
De mes prières.

 

***

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

18 Commentaires

  1. J’aime beaucoup…

    Réponse
  2. Bon jour,
    Je ne connais pas. Merci pour cette découverte 🙂
    Merci pour ce partage.
    Max-Louis

    Réponse
  3. Où la folie
    agite sa sagesse
    des rubans à la canne
    un rayon de soleil dans la tourmente
    et l’immensité du silence
    pour laver la plage…
    N-L

    Réponse
    • Une vision touchante de la folie …
      Crisinel lui-même a traversé cette sorte de tourmente, il l’évoque très bien dans ses poèmes.

      Réponse
      • oui, un poète passionnant dont le livre n’a malheureusement pas été réimprimé. j’ai d’abord lu son compte fantastique alectone dans une anthologie de jaccottet et puis j’ai trouvé son bouquin d’occasion. homme tourmenté à l’extrême, en effet, sujet à de graves troubles mentaux, contre lesquels il aura lutté toute sa vie.

      • Oui, Denis, c’est dommage qu’il ne soit pas réédité. Je suis contente que tu m’aies fait découvrir ce poète.

  4. arbrealettres

     /  16 avril 2018

    Chouette!
    Encore une belle découverte 🙂
    Tu connais Béatrice Douvre ?
    Waw !
    Des poètes tourmentés mais qui paradoxalement
    nous font du bien
    Bel après-midi de Soleil !
    Ch

    Réponse
    • Bonjour Christian !
      Je ne connaissais pas Béatrice Douvre avant de lire quelques poèmes sur ton blog ce matin, j’aime bien 🙂
      Crisinel est assez classique dans la forme mais très tourmenté, oui !
      Bonne après-midi au soleil !

      Réponse
  5. Merci pour cette découverte! Je note ce nom: une œuvre à découvrir! Le premier poème particulièrement est doux et bouleversant à la fois.

    Réponse
    • Le premier poème est le plus « connu » des trois, moi aussi je l’aime beaucoup.

      Réponse
      • 😀 Cette folle donne envie de l’être, presque. (mais pas le dernier vers)

      • Oui, presque 🙂 C’est l’avant-dernier vers qui me plait le plus, qui me semble exprimer le mieux la folie des « mots sans suite » et pourtant sages …

      • Oui. Et je dirai que le mot sagesse est peut-être pris dans les deux sens: sagesse
        clairvoyante et sagesse des mots que les enfants répètent , qu’on leur a appris, et qu’ils utilisent souvent de façon un peu trop mécanique, sans que leur pensée ne les habitent pleinement. (c’est d’ailleurs toujours très attendrissant). La folie me semble parfois à cheval entre ces deux formes de sagesse (mais je n’oublie pas l’incohérence non plus)
        J’aime aussi énormément les 3 premiers vers: l’image du premier distique est vraiment visuelle et touchante, juste, et le 3eme vers est assez mystérieux…

      • Oui, le deuxième distique est assez étrange, une perte de repères, peut-être un état de confusion …

  6. Ces poèmes sont superbes. Il me semble que justement, leur forme classique, leur rythme prévisible et transparent, intensifie la puissance des images. Merci beaucoup pour ce partage !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :