Trois poèmes de Jean-Claude Pirotte

autres_sejours_pirotte
La dernière fois que j’avais publié des poèmes de Jean-Claude Pirotte, les réactions des lecteurs et lectrices avaient été très positives, et je m’étais promis de consacrer plus tard un autre article à ce poète.
Voici donc trois nouveaux poèmes extraits du recueil « Autres séjours » et cette fois ayant pour thème le chat du poète, qui venait alors de mourir.
Ce recueil avait paru en 2010 aux éditions Le temps qu’il fait.

***

je t’écris chaque jour
je sais que tu peux lire
d’instinct d’un seul coup d’œil
entre toutes les lignes

pensez-vous dit la voisine
il écrit à son chat
s’il vivait passe encore
mais son chat il est mort

***

La lune au coin du toit
aussi ronde que l’œil
ou plutôt la pupille
très jaune d’un chat noir

mais la lune était blanche
la nuit où tu es mort

***

N’en as-tu pas assez d’être mort ?
Ici nous te cherchons encore
l’heure est venue ne crois-tu pas
de recommencer une vie

avec le vent et la pluie
comme si c’était hier
ou même aux sources du temps

tu redeviendrais le gardien
de ce royaume du silence
où nous survivons égarés

***

Et voici un quatrième poème sur la thématique de la mort (mais humaine cette fois)

Je sais que la mort me précède
depuis toujours – avant de naître
nous sommes tenus de mourir
c’est un mort qui commence à vivre

le vivant n’est que le fantôme
du revenant qu’il deviendra
pour lui-même à chaque détour
du temps à chaque heure du jour

et jusqu’à n’être enfin personne
une absence dans de beaux draps

Publicités
Poster un commentaire

8 Commentaires

  1. Mon préféré est celui qui commence par « N’en as-tu pas assez d’être mort ? ». Splendide !

    Réponse
  2. Contente que ce poème t’ait touché !
    Mon préféré est le deuxième sur la pupille et la lune …
    Bonne journée !

    Réponse
  3. étonnantes relations qui parfois se tissent entre hommes et animaux…

    Réponse
  4. arbrealettres

     /  10 octobre 2016

    J’ai bien aimé , surtout ses poèmes félins 🙂

    Joli :
    « tu redeviendrais le gardien
    de ce royaume du silence »

    .. pour Heather Dohollau
    excuse j’en avais oublié un bout!

    Je cherchais le réel
    Hors la fuite des heures
    Les lieux du mirage
    Mais ce fut le cercle
    Instable du présent
    Qui livrait le monde
    Ce fruit de l’air

    Il suffisait de se retourner
    Et de regarder comme dans un berceau
    Le vide ourlé du temps
    De se pencher sur la blancheur
    Et de croire aux couleurs
    A la mer réelle des marées
    A la vie de la mort

    (Heather Dohollau)

    Bonne soirée!
    Ch

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :