Des poèmes de Christian Bobin

bobin_enchantement
J’ai trouvé ces trois poèmes en prose dans le recueil de Christian Bobin L’enchantement simple et plus précisément dans le recueil Le Colporteur qui a été publié initialement chez Fata Morgana en 1990 (si j’en crois la couverture de mon livre).
J’ai choisi ces poèmes d’abord parce qu’ils sont suffisamment courts pour que je les recopie ici in extenso, mais aussi parce qu’ils ont pour sujet la lecture et que c’est un sujet qui me semble assez original en poésie, et très passionnant.

***

Les mots traversent l’éther de la page. A peine veut-on les saisir, entre deux doigts de fée, qu’ils meurent et renaissent plus loin : comme à ce jeu, vous en souvenez-vous, où il est question d’un bois, et où demande est faite au loup de signaler sa présence. Semblablement, le lecteur y est lorsque l’auteur n’y est plus, tous deux se cherchant en vain dans la forêt de Langue d’Or.

Lire. Déplier l’échelle qui est dans l’âme, dont les degrés se perdent de vue, vers le haut comme vers le bas.

***

Le visage du lecteur est plus nu que l’air et son corps est souple, délivré de l’étroitesse d’agir. Allongé, bras et jambes négligemment appuyés sur plusieurs continents, il compte les étoiles dans le blanc orageux de la page. Plus il s’approche de son rêve, plus le silence gagne sur lui.

Cérémonie du simple, exercice de la patience. Lire est un chemin, parmi tant d’autres. Croître en clarté, voilà le but.

***

La vie passe au-dehors et sa vitesse est celle de la lumière. Les deux mains sur un globe de papier transparent, contemplant les flocons d’encre noire qui tombent à l’intérieur, il épouse la vitesse plus considérable encore de la lenteur. Il regarde impassible les blocs de temps pur, venus d’un ciel sans profondeur : Eloge de l’immobile. Supplique du muet.

Les noms possibles du lecteur : Méditant par grand froid. Mâche-le-vent. Creuse-l’azur. Songe-blanc. Passeur. Hirondelle du ras de la page.

Publicités
Poster un commentaire

10 Commentaires

  1. Très beau ces passages sur la lecture et aussi très belle construction pour ces poèmes, j’aime bien ce type de construction…

    Réponse
  2. Bobin, l’enchanteur, poète de la simplicité. Ses livres sont de doux compagnons légers et lumineux dont je ne saurais me passer.

    Réponse
    • Oui, ses poèmes sont simples mais en même temps très élaborés. Lumineux, c’est vrai, tout en révélant le mystère des choses.
      Merci ‘vy pour cette appréciation.

      Réponse
  3. arbrealettres

     /  21 septembre 2016

    J’aime bien Bobin et merci pour la découverte de ces poèmes en prose sur l’alchimie de la lecture…
    Joli résumé: « Croître en clarté, voilà le but » 🙂

    Réponse
    • Merci Christian !
      Il y avait d’autres très beaux poèmes dans ce recueil mais ils étaient trop longs (plusieurs pages) et je n’aime pas tronquer les poèmes …
      Bonne journée estivale !

      Réponse
  4. J’aime beaucoup le dernier texte…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :