Quelques uns de mes derniers haïkus

nuage_haiku Je ne sais plus si je vous l’avais dit, mais j’ai commencé à écrire des haïku depuis environ six mois. Je le fais de manière très irrégulière : je peux en écrire quinze en une après-midi puis ne plus rien écrire pendant six semaines.
En voici donc une petite sélection pour vous, sur des thèmes essentiellement météorologiques mais pas seulement :

**
Disque du soleil
dans la trouée d’un nuage :
brillante boutonnière.

**
Que pèse un nuage ?
A peine plus lourd que cette
question dans ma tête.

**
Un long sillage blanc
file derrière l’avion
– tel un escargot.

**
Les nuages passent
avec la pompeuse lenteur
d’un cortège nuptial.

**
Toutes ces abeilles
tanguent, dansent et tournicotent
ivres de soleil.

**
Ciel incendié
fumées rousses du couchant
– pavillon des tabacologues.

**
Chercher le sujet
d’un prochain poème
me ramène vers toi.

**
La poésie
n’est ni un métier
ni un loisir.

**
Rayons intermittents
le soleil tente peut-être
de rapiécer les nuages.

***

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires : le(s)quel(s) de ces haïkus préférez-vous ?

Publicités
Poster un commentaire

24 Commentaires

  1. J’aime beaucoup :

    Que pèse un nuage ?
    A peine plus lourd que cette
    question dans ma tête.

    Réponse
  2. J’aime beaucoup, particulièrement le poids du nuage et l’escargot. (l’image du dernier est aussi très belle).
    Hasard (forcément), j’ai haïkouïsé pas plus tard hier, moi qui le fait très peu souvent (J’ai du mal avec la concision).

    Réponse
  3. « Que pèse un nuage ?
    A peine plus lourd que cette
    question dans ma tête. »
    Parce qu’il est parfois des questions très lourdes dans la tête qui font pleuvoir le coeur, et des questions plus légères qui ouvrent les visages comme les nuages hauts dans le ciel ouvrent au firmament.

    Réponse
  4. Chacun de ces haïkus est gracieusement porteur de son image ou de sa question, mais celui-ci m’apparaît comme un véritable koan :
    « La poésie
    « n’est ni un métier
    « ni un loisir. »

    Réponse
  5. Fabrice

     /  28 juin 2016

    Mes deux préférés se suivent mais c’est un hasard :

    Chercher le sujet
    d’un prochain poème
    me ramène vers toi.

    La poésie
    n’est ni un métier
    ni un loisir.

    Réponse
  6. Gatien

     /  29 juin 2016

    Après quelques hésitations et une relecture, mes préférés sont le disque du soleil et le sillage blanc 🙂

    Réponse
  7. arbrealettres

     /  29 juin 2016

    Ah le délice des poèmes courts, de vrais bonbons ! 😉
    Mon préféré:
    « Les nuages passent
    avec la pompeuse lenteur
    d’un cortège nuptial. »
    En quelques mots tenter de dire l’instant présent, cet « ici et maintenant » qui s’enfuit déjà
    .. surtout si le texte est trop long (!) … en somme une bulle de champagne du Présent! 😉
    A la Tienne! 😉

    Réponse
    • Oui, c’est très agréable d’écrire des haiku, comme une petite méditation sur le temps qui passe.
      Merci pour ton appréciation ! 🙂

      Réponse
  8. Merci pour ces jolis partages…
    j’aime beaucoup la profonde légèreté du second haïku…

    Réponse
  9. Michel B.

     /  3 juillet 2016

    Si l’on attend d’un haïku une sorte d’illumination (sans jeu de mot), alors c’est le premier qui me fait la plus forte impression.

    Réponse
  10. Pascale

     /  3 juillet 2016

    Ils me plaisent tous ! J’ai une préférence pour la fulgurance du premier, la résonance du second et l’humour du ciel étoilé.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :