Quelques poèmes de Valérie Canat de Chizy

valerie_de_chizy_nuit Ces quelques poèmes sont extraits du beau recueil L’étoffe de la nuit, un livre d’artiste paru en 2016, avec des pastels de Gilbert Desclaux et des textes de la poète Valérie Canat de Chizy.
Ces poèmes courts, sans titre, font souvent allusion à des sensations physiques, parfois à des douleurs, d’autres fois à des plaisirs, en tous cas des tensions corporelles et psychiques se nouent. Souvent, malgré la brièveté du poème, plusieurs climats ou sentiments sont successivement évoqués, créant quelques ruptures, contrastes ou reliefs, et en général les deux derniers vers de chaque poème confèrent une ampleur toute particulière à l’ensemble, l’éclairant ou lui apportant une épaisseur de mystère. Par ailleurs, les pastels de Gilbert Desclaux, avec leurs effets de texture et leurs déchirures, renforcent les sensations créées par les poèmes, leur apportant leurs couleurs.

**

Les yeux de la nuit
tentent de se faufiler
à l’intérieur de moi
j’éprouve l’ombre
de la solitude
des doigts malhabiles
se tendent dans le noir
quand je remonte la rue

**

pourquoi tant de tristesse
naît-elle
de quelque chose de beau
quel puits de douleur
est-il réactivé
l’eau de pluie recueillie
au sein de la terre mère

**

souvent l’autre est un miroir
dans lequel on voit
ses propres failles
je vois la roche plissée
tout tient dans
la notion de plaisir
la soif non étanchée
de l’enfant

**

dans une clairière
mes yeux ma bouche
mes cheveux emmêlés
filtraient avec le soleil
dans un rêve
j’ai goûté
au paradis perdu
sauf que ce n’était pas
un rêve.

**

Vous pouvez vous procurer ce livre d’artiste en écrivant à Gilbert Desclaux : gilbert.desclaux@orange.fr

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

13 Commentaires

  1. J’aime beaucoup le dernier mais les autres aussi. Ces poèmes sont aussi des miroirs dans lesquels on se voit apparaître avant que l’image se dérobe laissant visible une moindre trace, celle d’une rencontre peut-être.

    Réponse
    • Oui, vous avez raison, il y a la présence de l’autre dans ces poèmes, ou un désir de présence.
      Moi aussi j’aime beaucoup le dernier, il semble exprimer une grande joie, un bonheur sans restriction.

      Réponse
  2. Vous les décrivez parfaitement. En effet, les deux derniers vers donnent une ampleur particulière. J’aime ce genre de poésie, à la fois simple et mystérieux.

    Réponse
  3. Gatien

     /  28 février 2016

    J’aime beaucoup ce qu’écrit Valérie Canat de Chizy, j’ai d’ailleurs deux de ses recueils. Je ne connaissais pas celui-ci, tout récent. Merci pour la découverte, Marie-anne !

    Réponse
    • Moi c’est le premier recueil d’elle que je lis car je ne l’ai découverte que récemment. Mais j’essaierai sans doute de me procurer des recueils plus anciens.

      Réponse
  4. arbrealettres

     /  29 février 2016

    Un plaisir ces instants intérieurs (ac)couchés sur le papier 🙂
    …eau des larmes transformée en nectar ! lol! désolé pour le mauvais jeu de mots 😉
    Ca donne envie d’en lire davantage, merci pour la découverte !:-)
    « Cela remonte à très loin. Nous venons tous du silence. Épaisseur de la poche matricielle. Bercement du liquide amniotique. Nous venons tous d’une contrée surgie de nulle part. Du néant. Nous n’étions rien. Nous avons germé du silence, sans faire de bruit. »
    (Valérie Canat de Chizy)

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :