Deux poèmes de René Char

matinaux_rene_char J’ai trouvé ces deux beaux poèmes de René Char dans le recueil Les Matinaux (1947-1949) et, plus précisément dans la partie « Le consentement tacite ».
Vous trouverez ce recueil dans la collection Poésie/Gallimard.
J’aime ces poèmes pour une certaine violence contenue et parce qu’ils me font un peu penser à certaines Illuminations de Rimbaud – mais en plus clair et en plus incisif, il me semble.

**
L’adolescent souffleté

Les mêmes coups qui l’envoyaient au sol le lançaient en même temps loin devant sa vie, vers les futures années où, quand il saignerait, ce ne serait plus à cause de l’iniquité d’un seul. Tel l’arbuste que réconfortent ses racines et qui presse ses rameaux meurtris contre son fût résistant, il descendait ensuite à reculons dans le mutisme de ce savoir et dans son innocence. Enfin il s’échappait, s’enfuyait et devenait souverainement heureux. Il atteignait la prairie et la barrière des roseaux dont il cajolait la vase et percevait le sec frémissement. Il semblait que ce que la terre avait produit de plus noble et de plus persévérant, l’avait, en compensation, adopté.
Il recommencerait ainsi jusqu’au moment où, la nécessité de rompre disparue, il se tiendrait droit et attentif parmi les hommes, à la fois plus vulnérable et plus fort.

**

Le Masque Funèbre

Il était un homme, une fois, qui n’ayant plus faim, plus jamais faim, tant il avait dévoré d’héritages, englouti d’aliments, appauvri son prochain, trouva sa table vide, son lit désert, sa femme grosse, et la terre mauvaise dans le champ de son cœur.
N’ayant pas de tombeau et se voulant en vie, n’ayant rien à donner et moins à recevoir, les objets le fuyant, les bêtes lui mentant, il vola la famine et s’en fit une assiette qui devint son miroir et sa propre déroute.

Publicités
Poster un commentaire

28 Commentaires

  1. C’est beau et fort. J’ai beaucoup lu René Char, je suis contente de le croiser ici. Merci.

    Réponse
    • Il m’a fallu pas mal de tentatives infructueuses et de lectures abandonnées en cours de route avant de commencer à pénétrer et à apprécier la poésie de René Char, mais je suis contente d’avoir persévéré 🙂

      Réponse
      • J’ai eu la chance d’avoir un ami qui aimait le lire, alors j’ai suivi et profitez… de là à dire que j’ai pénétré sa poésie, disons que je l’ai survolée en me posant de temps à autre sur les branches qui m’étaient accessibles. Je viens de vérifier dans ma bibliothèque, j’ai quelques recueils de poésie de René Char mais pas celui que vous citez.

      • Oui, vous avez raison, quand je parlais de pénétrer sa poésie c’était un peu abusif … 🙂
        Les Matinaux est un très bon recueil, je vous le conseille, d’autant qu’il est suivi par un autre recueil assez célèbre « Parole en archipel ». Selon moi, ce sont des recueils plus accessibles que « Fureur et Mystère » qui me parait assez ardu … mais ce n’est que mon avis …

  2. Pour ma part, je l’avoue, je préfère René Char à Rimbaud. C’est puissant et profond, presque rocailleux, sans jamais être obscur. Mais je comprends que vous établissiez ce parallèle avec ces deux textes et certaines illuminations.

    Réponse
    • Oui, je comprends votre point de vue, mais je crois que René Char a beaucoup lu Rimbaud et qu’il l’a reconnu comme une de ses principales influences …

      Réponse
      • Il me semble aussi l’avoir lu. Non pas que je n’apprécie pas Rimbaud, je trouve juste qu’il est un peu surestimé, sans doute par la légende qui l’entoure. Mais certains de ses poèmes sont très beaux.

  3. Voici de bien beaux textes! Je vous remercie de ce partage =)

    Réponse
  4. Gatien

     /  24 février 2016

    Une petite question sur la forme : est-ce que le recueil comporte également des poèmes en vers ?

    Réponse
  5. Excusez ma présence ici, mais j’essaye de me cultiver un peu et quelques questions me taraudent l’esprit absent: est-ce que charabia vient de Char ? ( je sais que les gens de Big Ben eurent un autre son de cloche pour arrêter l’attelage.)
    Enfin, que vaut un poème en vers contre un pot de terre ?

    Réponse
    • Je ne crois pas que vous ayez besoin de mon blog pour vous cultiver.
      J’ai entendu vaguement parler de votre revue de poésie, j’ai même visité votre site une ou deux fois.
      Si vous n’aimez pas René Char, vous n’êtes pas obligé de le lire.

      Réponse
  6. Non, j’adore René Char, puisque je n’ai rien lu de lui. Aux divers commentaires, je vois que ce n’est pas simple de pénétrer son œuvre, il faut soit des amis qui ont de bons outils, ou une persévérance que je ne possède pas. Merci de me préciser que je ne suis pas obligé de lire René Char, c’est une manière élégante de me reconduire sur le pas de la porte de ce blog. Toute la poésie que je recherche est là.

    Réponse
  7. vous avez de la chance fabrice, de ne pas encore avoir lu rené char, car il vous reste tout un univers à découvrir. il faut lire en priorité « fureur et mystère », et surtout le relire et le relire encore. je ne pense pas qu’il y ait besoin d’exégèses savantes pour l’apprécier. juste lire lentement et se laisser porter par le souffle et la force de cette écriture. si ça vous intéresse, il y a un très bon texte critique sur char de georges mounin, dans « 11 poètes et le langage ». ceci dit, c’est un style aux antipode de céline que vous aimez tant. donc il est possible que cela vous ennuie.

    Réponse
  8. oh pardon, c’est « SEPT poètes et le langage. » coll. TEL gallimard.

    Réponse
  9. Merci, je vais tenter de m’accrocher à ce Char ( grand résistant, ça même en me bouchant les oreilles, en me foutant la tête dans la sable, impossible de l’ignorer, comme l’affaire Dreyfus !). Quant à Céline, c’est bien plus con que ça, plus les gens sont détestés et moins je les déteste, souvent ça tombe juste. Comme Knut Hamsun. Le style de Céline, je sais bien qu’il est travaillé, très éloigné du langage parlé contrairement à ce qui est trop souvent avancé ; pour ce qui est de bibi, je me contente du langage parlé justement, la fameuse petite musique je m’en tape, je viens du caniveau ( et pas de Canisy comme Follain) alors je ne cherche pas à péter plus haut que mon stylo de toute façon je reçois tout dans la figure. Malheureusement, contrairement à vous, je n’ai pas de lecture à vous conseiller, ou plutôt si, un truc que j’ai lu récemment, que vous connaissez peut-être, la scierie (rien à voir avec Bachar), un récit anonyme paru aux éditions Héros limite, présenté par Pierre Gripari. C’est de la poésie qui ne va pas à la ligne.

    Réponse
  10. rassurez-vous fabrice. char est aussi détesté par tout un pan de la poésie contemporaine (prigent, poésie sonore, etc…) qui le considère comme un vieil emmerdeur sentencieux et ringard.

    Réponse
  11. Là vous me tentez vraiment, je commence déjà à l’apprécier, ce Char. D’autant que venant de vous, je sais qu’il ne sentira pas la vinasse, mais c’est un langage de résistant, je n’en dirai pas plus, même sous la torture.

    Réponse
  12. arbrealettres

     /  27 février 2016

    ça m’amuse toujours les commentaires sur les poètes 😉
    En fait même si parfois c’est très bien étayé et … plus long que le poème 😉 souvent ça se résume en fait à « j’aime » ou « j’aime pas » 😉 et c’est vrai que le ressenti est incontestable par définition… alors à quoi bon vouloir le défendre ou l’attaquer ?
    Parfois en «  »s’accrochant » » on découvre une beauté qu’on n’avait pas soupçonnée…
    c’est ce qui m’est arrivé avec Char et son « charabia » (ce que j’ai pensé aussi au début)…
    Pas trop mon « truc » ces poésies-proses et je préfère tu le sais la simplicité d’autres poètes mais il faut de tout pour faire un Monde (de Poésie) et c’est très bien ainsi 🙂
    Bon wk M.A. 🙂

    Réponse
    • Oui, je savais que tu préférais les haiku et les formes plus « simples » et, en effet, je ne chercherai pas à te convertir !
      Je peux juste parler de mon cas personnel et dire que ces deux poèmes en prose m’émeuvent et me semblent profondément beaux 🙂
      Bon week-end Christian 🙂

      Réponse
  13. arbrealettres

     /  27 février 2016

    … Poésies TRES légères sur Arbrealettres si ça te dit 😉

    Réponse
    • Oui, je suis toujours ton blog de près. J’ai vu qu’en ce moment tu faisais la part belle aux poésies « pour enfant » (qui peuvent aussi faire sourire les adultes !)

      Réponse
  14. Je suis contente de retrouver ces poèmes ici ! Je suis tombée sur l’Adolescent souffleté à un oral de concours et je l’ai malheureusement massacré (plus exactement, je me suis massacrée, la poésie étant immune à la bêtise des commentateurs). Je comprends bien mieux ce poème maintenant que l’adolescence commence à être loin.

    Réponse
    • Ah oui, si ce poème vous rappelle de mauvais souvenirs vous ne devez pas l’aimer beaucoup …

      Réponse
      • Non, au contraire, je l’aime beaucoup, et je vous remercie de me le remettre en mémoire. Ce n’est pas la faute de René Char si j’ai raté cet oral-là ! 🙂

      • Dans ce cas tant mieux 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :