La cité de verre, de Paul Auster

auster-cite-de-verreLa Cité de Verre est le premier tome de La trilogie new-yorkaise, une suite de trois romans de Paul Auster, publiés entre 1985 et 1987, et qui a établi solidement la réputation de l’auteur comme écrivain de talent.
Bien que beaucoup d’articles aient été écrits sur ce livre, dans des journaux ou sur des blogs, j’ai eu très envie de lire ce roman et de réfléchir un peu à ses thèmes, d’une manière personnelle.

L’histoire est bien compliquée et bien enchevêtrée comme vous allez le constater :
Daniel Quinn est un ancien poète qui, ayant perdu sa femme et son enfant, a abandonné la poésie pour écrire des romans policiers sous pseudonyme. Le héros de ses romans est détective privé. Daniel Quinn a abandonné toute vie sociale et passe six mois de l’année à écrire un roman qui assure sa subsistance, et les six mois suivants à errer dans New York.
Mais, un beau jour, il reçoit un coup de fil d’une personne qui demande à parler à Paul Auster, un détective privé. Les coups de fil se répètent et, par lassitude, Daniel Quinn finit par endosser l’identité de Paul Auster, et se rend au rendez-vous qu’on lui fixe par téléphone. C’est ainsi que notre héros rencontre Peter et Virginia Stillman, un couple qui lui raconte une histoire étrange et qui lui demande de suivre à partir du lendemain le père de Peter, qui s’appelle également Peter Stillman, qui sort de prison, et qui a martyrisé l’enfance de son fils durant neuf ans, au nom de ses recherches sur le langage. Le lendemain, donc, Daniel Quinn est à la gare et attend le père Stillman, mais il voit deux hommes différents qui correspondent au signalement et est obligé, pour sa filature, de choisir entre les deux (il choisira celui dont l’allure est la plus délabrée). Daniel Quinn passe les jours suivants à suivre le père Stillman, ce qui consiste à errer sans but dans New York, du moins en apparence. Mais Daniel Quinn, en dessinant sur un papier les déambulations du vieil homme s’aperçoit soudain que ces allers et venues sont un message codé …

Mon avis :
J’ai vu dans ce roman une sorte d’autoportrait, multi-facettes et souvent symbolique, de Paul Auster. L’auteur est en effet présent dans toutes les parties du roman : déjà il en est un des personnages en tant que Paul Auster détective privé, mais également en tant que Paul Auster écrivain. Il ne fait pas de doute qu’il se reflète aussi dans son héros, Daniel Quinn, l’écrivain, puisque Paul Auster (le vrai) a lui aussi commencé l’écriture en tant que poète et qu’il a laissé tomber la poésie pour le roman. Mais Paul Auster est aussi Peter Stillman père, celui qui fait des recherches sur le langage et qui cherche à renouer avec l’harmonie antérieure à la Tour de Babel, de même qu’il est ce Don Quichotte expliqué par Paul Auster (le personnage) qui prend plaisir à manipuler son entourage pour créer un livre dont il sera le héros et auquel il ne manque plus qu’un … auteur.
Dans le passage où Daniel Quinn est à la recherche du détective privé Paul Auster, auquel il voudrait demander des éclaircissements sur son histoire (son enquête) mais qu’il tombe sur un Paul Auster écrivain (dont la femme s’appelle Siri) et qui ne peut rien pour lui car il n’est pas au courant de l’histoire, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la pièce de Pirandello Six personnages en quête d’auteur, sauf que dans La cité de verre, on ne sait finalement plus très bien qui est le personnage et qui est l’auteur, les deux rôles étant interchangeables.
Bref, Paul Auster (le vrai) joue beaucoup, dans ce livre, avec les lecteurs que nous sommes, au point que, pendant ma lecture, je n’aurais pas vraiment été surprise si l’un des personnages était rentré subitement dans la pièce où je me trouvais.
Par contre, une chose qui m’a un peu irritée c’est la manière dont l’auteur semble, quasiment à chaque page, vouloir nous démontrer, avec un gros clin d’œil, à quel point il est intelligent et comme il sait bien nous mener en bateau.

Vous l’aurez compris, j’ai trouvé ce livre très prenant, très intelligent, mais j’ai trouvé qu’il manquait un peu de sentiment.
Il y a quelque chose d’un peu mécanique dans ce livre, comme des engrenages bien huilés qui tournent parfaitement bien, mais où la vraie vie est manquante.

Publicités
Poster un commentaire

16 Commentaires

  1. J’ai lu ce livre, et les deux autres à la suite, il y a bien longtemps. Je sais que ce premier livre que je lisais de Paul Auster a été le premier d’une longue série puisque j’ai pratiquement tout lu de lui, et j’en parlais il n’y a pas une heure dans un courriel à une amie. Je me suis trouvé beaucoup de points d’attache dans les romans d’Auster, en particulier l’intime solitude et un certain décalage mystérieux, peut-être ce qui peut paraitre manquer de sentiment ou de « vraie » vie ? C’est une question que je pose, je n’ai pas de réponse, je me sens bien dans ses livres. Et je suis très contente que vous en parliez.

    Réponse
    • Bonjour, merci.
      Moi, ça doit être le quatrième roman que je lis de lui, et c’est la première fois que j’ai cette impression de manque de vie et de sentiment.
      Sans être une fanatique de cet écrivain, j’ai toujours lu ses livres avec beaucoup de plaisir et d’intérêt.
      Je garde, en particulier, un excellent souvenir de son roman intitulé « Seul dans le noir ».

      Réponse
      • « Seul dans le noir », oui, et je garde du plaisir en mémoire avec « Le voyage d’Anna Blume ».

      • D’accord, je note ce titre, merci.
        J’ai lu aussi que La nuit de l’oracle était bien.

  2. Je suis assez d’accord avec votre dernier commentaire. J’étais assez admiratif de son œuvre et puis, il me semble qu’il devient plus froid, plus distant.

    Réponse
  3. J’en suis marri mais je ne suis jamais arrivé à accrocher à Paul Auster, alors que Don Delillo…

    Réponse
    • Je n’ai jamais lu Don Delillo …
      Pas de problème si vous n’aimez pas Paul Auster …

      Réponse
      • En fait, mon commentaire était complètement stupide. Excusez-moi.

      • Mais non, pas du tout.
        Je pense que Don Delillo est un écrivain très intéressant et important. Je regrette d’ailleurs de n’avoir encore jamais lu de livre de lui.
        Bonne soirée

  4. J’aime votre analyse, cela me donne envie de découvrir cet auteur en le lisant. Merci 😉

    Réponse
  5. J’ai lu pas mal de Paul Auster à une époque… Puis ça m’est passé. J’en garde un bon souvenir, mais, oui, tu as peut-être raison, une petite étincelle en plus et je n’aurais pas laissé tombé…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :