Trois poèmes d’Anise Koltz

koltz_monde Ces trois poèmes sont extraits du recueil Un monde de pierres paru chez Arfuyen en 2015.
Anise Koltz est une poète luxembourgeoise née en 1928.

Nous restons orphelins
malgré la mère
et le père

Sans fin
ni commencement
nous errons
dans un monde de pierres

**

La nuit roule
sur les toits

Les signes s’effacent
la cicatrice de naissance s’ouvre

Chaque rupture
est un nouveau recommencement
une nouvelle alliance

Pour exister
nous avons besoin
d’ailes solides de rapace

**

La mémoire
a construit le temps

Le monde est fait
d’après les images
que nous lui attribuons

Chaque parole
parlée ou écrite
contient notre mortalité

***

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

4 Commentaires

  1. Cela fait plus songer à des sentences, des aphorismes, beaux et prenants cela dit (je suis grand amateur d’aphorismes) que des poèmes selon moi. Encore une découverte, je ne les compte plus sur votre blog ! Merci.

    Réponse
    • Oui, c’est vrai que c’est une poésie très épurée qui va à l’essentiel donc en effet assez proche de l’aphorisme.
      Cette poète est l’une de mes poètes préférés, bien que son œuvre soit souvent assez sombre.
      Merci à vous pour votre visite et votre commentaire !

      Réponse
  2. arbrealettres

     /  13 novembre 2015

    Poésie sobre voire lapidaire, pas de petites fleurs mais oui l’essentiel est dit et on peut y trouver une certaine Lumière…
    quelques autres ici que tu connais sans doute
    https://arbrealettres.wordpress.com/?s=Koltz

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :