Un autre poème d’amour de Jean Grosjean

grosjean
Ayant pris un grand plaisir à lire Les élégies de Jean Grosjean, je publie un deuxième poème extrait de ce beau recueil.

***
Septembre vient nous habiter timide comme une lampe regarde au crépuscule s’ouvrir l’armoire sur des scintillements sombres et le jardin se clore sur ta rougeur quand tu n’aurais plus dû venir.

Sous l’arbre mort de quel morne printemps ai-je oublié mon nom pour aller voir se coucher dans la mer mes songes quand je n’avais presque plus à t’attendre ?

Mes délires voguaient au fil de l’eau vers d’obscurs échouements jusqu’à cette heure où tu vainquis les puissances d’espoir par ta façon railleuse d’en douter.

Surprendre encore pour toute merveille à l’aube, avec une longue respiration pensive, comme telle empreinte de cheval sous les rosées dans une clairière impraticable, ton pas entre deux marjolaines !

Que j’ai connu de signes admirables sous la brindille morte et dans la nue avant le soir où m’atteignit, pareille au cher allongement de l’ombre, ta main pour t’acquitter de leurs promesses.

L’homme, qui montait à travers les bourgeons pour contempler au loin les campagnes roses, ne s’en revint épris que de tristesse le long des noirs étangs sans se douter que ton étoile se lèverait sur les bois.

La blême vapeur dont les ruisseaux se couvrent quand la lune jette ses silex aux talus, mon cœur sauvage s’y fia moins qu’à ton âme qui voile si bien ton corps sans le cacher.

Du verger ténébreux où s’entreposent tes fardeaux de senteurs, voici monter, avec ses doux froissements d’étendard, ta flamme ardemment lente.

Quand te récuseraient de leurs pierreries les trônes, les châsses et les constellations, rien ne fera qu’en notre heure éphémère une feuille qui tombe dans l’ombre ait dilaté d’autre iris que le tien.

***

Publicités
Poster un commentaire

4 Commentaires

  1. Un bonheur ! Quelle écriture ! Belle et tellement sensible dans sa sereine simplicité. Chaque phrase de Jean Grosjean est mère d’un émoi si puissant qu’il nous rappelle que nous sommes vivants. Vivants !.

    Réponse
    • Oui, une grande subtilité dans les images et les sentiments exprimés.
      La poésie de Grosjean est du grand art !

      Merci Lelius pour votre commentaire.

      Réponse
  2. Gatien

     /  8 septembre 2015

    Des phrases amples et sûrement longuement travaillées ! Merci pour la découverte 🙂

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :