Trois sonnets sur Paris

paris-tour-eiffel

Depuis l’année dernière, j’ai écrit trois sonnets sur Paris, aussi est-il temps pour moi de vous les donner à lire !
Le premier a été publié dans la revue Le Coin de Table en janvier 2015, et les deux autres seront publiés prochainement.
N’hésitez pas à me laisser vos commentaires, ne serait-ce que pour dire lequel des trois vous préférez !

Paris I

Le touriste est heureux, oui, mais le parisien
Sous des dehors nerveux est toujours d’humeur lasse,
Trouve aisément le mot qui fait rire ou qui glace,
Et se plaint à l’envi du poids du quotidien.

Ville qui promet tout … Et dont je n’obtiens rien !
Il semble kafkaïen de m’y faire une place,
Mais j’aime l’air désuet des fontaines Wallace
Et l’immense ciel, vu du métro aérien.

Piège pour l’employé perdu dans sa grisaille,
Piège pour le chômeur que son loyer tenaille :
Tous troqueraient Paris contre un bout de jardin.

Mais j’aime ce matin, dans mon train de banlieue,
Entre deux murs tagués apercevoir soudain
D’un morceau d’horizon la courte ligne bleue.

***

Paris II

Cette vieille cité qui se voudrait moderne
Se pique d’abriter les plus brillants esprits :
Des mandarins grincheux aimant qu’on leur décerne
Le titre raffiné de génie incompris.

On vient de loin pour voir une Tour Eiffel terne
Se détacher à peine au milieu du ciel gris ;
Le parisien s’en moque et tout ce qu’il discerne
Ce sont les jours fériés et les hausses de prix.

L’habitat est petit, les loyers sont énormes,
Se ruiner pour mal vivre est devenu la norme,
Il faut s’en contenter puisqu’on n’a pas le choix.

Sur les bords de Seine où la misère s’abrite
Flânent allégrement les sinistres bourgeois
Qui croient que dans la vie on a ce qu’on mérite.

***

Paris III

Il faudrait se hisser au niveau de l’élite
Pour ne plus se laisser écraser par le sort,
Pour nous autres, sans grade, aucun notable effort
N’empêche que la juste ambition se délite.

Loin de Barbès et de sa foule hétéroclite,
Plus un quartier est riche et plus il semble mort,
Et d’Auteuil à Passy fuit, sans personne à bord,
Le métro aérien comme un aérolithe.

Vieux cliché vaniteux ou fantasme éhonté :
La « ville romantique » est en réalité
Celle du célibat et de la solitude.

On se doit, à Paris, d’avoir l’air occupé,
Même quand, comme moi, on a pour habitude
D’étaler sa paresse au fond d’un canapé.

***

auteur : Marie-Anne BRUCH – Merci de ne pas reproduire ces poèmes sans mon accord !

***

Regard sur le métro aérien et la station Sèvres Lecourbe

Regard sur le métro aérien et la station Sèvres Lecourbe

Publicités
Poster un commentaire

27 Commentaires

  1. J’aime vraiment beaucoup le troisième.

    Réponse
  2. C’est mon préféré également, pour la justesse de cette phrase entre autre :
    Plus un quartier est riche et plus il semble mort.

    Réponse
  3. D’abord, j’aurais envie de dire Paris est-elle si triste ? Chaque poème contient des vers que intéressants, mais je préfère le deuxième que je trouve tellement vrai, surtout à propos des « mandarins grincheux » et les « sinistres bourgeois »..

    Réponse
    • Oui, ma vision de Paris est très triste, mais il faut dire que j’y vis depuis plus de trois décennies … Ma vision est sans doute subjective mais elle est assez fidèle à la réalité, je crois.
      Merci de m’avoir donné votre avis 🙂

      Réponse
      • C’est vrai que ces trois poèmes sont assez fidèle à la réalité, mais pour moi qui habite une triste ville de banlieue, depuis toujours, Paris est l’endroit où je m’évade, ou j’aime aller aux musées, dans les librairies où je peux trouver toutes ces choses qu’il n’y a pas chez moi. Si j’avais votre talent j’aurais écrit un quatrième poème sur ce Paris là 🙂

      • Merci pour le compliment 🙂
        Je comprends. Moi aussi je vis en banlieue mais je ne vois pas une grosse différence avec Paris (pour l’état d’esprit, les rêves des habitants).
        Certes, à Paris il y a plus de distractions, mais tout le monde ne s’en donne pas la peine (queue devant les musées, temps de transport, impossibilité de garer sa voiture, etc …)

  4. Gatien

     /  15 juillet 2015

    Légère préférence pour le 2ème, mais j’aime bien aussi le 3ème, en particulier ses deux tercets 😉

    Réponse
  5. « Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle » sur Paris…

    Réponse
  6. les trois me plaisent beaucoup…
    le second est poétiquement criant de vérité ! 🙂

    Réponse
  7. Michel B.

     /  18 juillet 2015

    Je préfère le troisième sonnet… Mais bravo pour les trois !

    Réponse
  8. oscar ruiz-huidobro

     /  11 août 2015

    Vos trois sonnets sont également réussis et j’apprécie leur propos social si rare dans l’écriture poétique. Mais il en est un de vous, Matin, paru dans le n°59 du Coin de table, d’une composition et d’une expression très abouties que j’aime particulièrement et pour lequel je vous félicite. Bonne continuation.
    Oscar Ruiz-Huidobro

    Réponse
    • Je vous remercie beaucoup. Cela me fait chaud au cœur de penser que ce poème vous a touché.
      Depuis peu, j’ai justement réuni tous mes meilleurs sonnets dans un recueil, et j’espère qu’il trouvera un éditeur.
      Encore merci pour vos encouragements
      Marie-Anne Bruch

      Réponse
      • oscar ruiz-huidobro

         /  11 août 2015

        Je souhaite que vous parveniez à trouver un éditeur et je serai heureux de découvrir, le cas échéant, l’ensemble de vos textes. N’hésitez à m’en tenir informé. Très bonne chance.

      • oscar ruiz-huidobro

         /  11 août 2015

        Je souhaite que vous parveniez à trouver un éditeur et je serai heureux de découvrir, le cas échéant, l’ensemble de vos textes. N’hésitez pas à m’en tenir informé. Très bonne chance.

      • Merci.
        Je vous écris sur votre mail. A bientôt.

  9. Très beau…

    Réponse
  10. Très beau triple sonnet, dans un style terriblement concret, mais à un moment, il faut bien dire les choses !
    (j’ai vécu à Paris 3 ans pour pouvoir débuter ma vie professionnelle. J’en garde un souvenir épuisant. A Toulouse, la qualité de vie est bien meilleure. Seulement voilà, côté art & culture, c’est le néant…)

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :