Un pantoum sur la timidité

Toujours en vacances, je me suis prêtée au petit jeu du pantoum pendant les quatre dernières nuits.
Naturellement, il ne s’agit pas de rivaliser avec les illustres poètes dont je parlais hier, mais juste de s’amuser et d’essayer de faire quelque chose qui se tient.
Etant une grande timide, cela m’a semblé être un bon thème pour cet exercice.
Voici donc mon poème, en neuf strophes sur deux rimes.

***
La Timide
– Pantoum –

Léger handicap, bénigne névrose
J’ai au fond du cœur ce petit muret
Qu’il faut enjamber – du moins il faudrait
Demain j’essaierai, maintenant je n’ose.

J’ai au fond du cœur ce petit muret
S’il faut m’exprimer je me décompose
Demain j’essaierai, maintenant je n’ose
Ah, vivre autrement, sans frein, sans apprêt !

S’il faut m’exprimer je me décompose
Comme si la vie était à l’arrêt
Ah, vivre autrement, sans frein, sans apprêt !
J’attends pour bientôt ma métamorphose

Comme si la vie était à l’arrêt
Ne valant pas mieux que ne vaut ma prose
J’attends pour bientôt ma métamorphose
Moi qui ne suis pas telle qu’il parait

Ne valant pas mieux que ne vaut ma prose
J’ai toujours cet air modeste et discret
Moi qui ne suis pas telle qu’il parait
Ah mais nul ne peut voir sous mon front rose !

J’ai toujours cet air modeste et discret
Pour peu qu’un désir sur mon cœur se pose
Ah mais nul ne peut voir sous mon front rose
Et l’on me prend pour quelqu’un de distrait

Pour peu qu’un désir sur mon cœur se pose
Mon corps effrayé se met en retrait
Et l’on me prend pour quelqu’un de distrait
J’implose, plutôt que je ne m’impose

Mon corps effrayé se met en retrait
Comme un végétal – muguet, laurier-rose
J’implose, plutôt que je ne m’impose
Et mon esprit tourne en rond sans arrêt

Comme un végétal – muguet, laurier-rose
J’ai du moins vécu ma vie en secret
Et mon esprit tourne en rond sans arrêt,
Léger handicap, bénigne névrose.

Publicités
Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Ce n’est pas parce qu’on écrit ou se lance des défis qu’on essaie de rivaliser avec de grands auteurs, ne t’inquiète pas. Et heureusement, sinon peu de gens pourraient écrire. Tu as eu raison d’essayer, ce poème est très joli !

    Réponse
  2. Ah, voici le pantoum annoncé dans le billet d’hier ; ben essai réussi ! je me permets une réponse en patoum paresseux (six vers pour trois quatrains 🙂 )

    Ce pantoum n’est pas timide
    il méritait bien un essai
    Dans dix ans sans une ride
    il continuera de sonner.

    Il méritait bien un essai
    En quelques tours et retours
    Il continuera de sonner
    le jour la nuit la nuit le jour

    En quelques tours et retour
    Dans dix ans sans une ride,
    Le jour, la nuit, la nuit, le jour,
    Ce pantoum n’est pas timide.

    Réponse
    • oups ! beL essai réussi… (et pas beN…)

      Réponse
    • Merci Carnets paresseux, j’apprécie beaucoup cette jolie réponse !
      J’avais oublié de vous dire que j’appréciais aussi beaucoup votre saga des sept petits cailloux, très amusante 🙂
      J’essaye de la suivre dès que j’ai un moment libre …

      Réponse
  3. Bravo pour ton Pantoum qui n’est pas un essai timide mais pour moi réussi! 😉 😉 😉
    Ch aussi en vacances au fond des Pyrénées 😉

    Réponse
  4. Moi aussi je suis un grand timide, sauf que personne ne me croit… Beau poème !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :