Deux poèmes d’Anna de Noailles

noailles J’ai trouvé le premier de ces poèmes dans l’anthologie de la poésie française (volume 2) publiée chez la Pléiade, mais on le trouve facilement dans n’importe quelle anthologie de la poésie française recouvrant la période post-symboliste, c’est-à-dire les premières années du 20è siècle.
J’ai trouvé le deuxième poème dans la Petite anthologie de la poésie amoureuse parue chez First Editions dans les années 2008. Il est extrait du recueil Poèmes de l’amour (1924).

***

La vie profonde

Etre dans la nature ainsi qu’un arbre humain,
Etendre ses désirs comme un profond feuillage,
Et sentir, par la nuit paisible et par l’orage,
La sève universelle affluer dans ses mains !

Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
Boire les sel ardent des embruns et des pleurs,
Et goûter chaudement la joie et la douleur
Qui font une buée humaine dans l’espace !

Sentir, dans son cœur vif, l’air, le feu et le sang
Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre.
– S’élever au réel et pencher au mystère.
Etre le jour qui monte et l’ombre qui descend.

Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
Laisser du cœur vermeil couler la flamme et l’eau.
Et comme l’aube claire appuyée au coteau
Avoir l’âme qui rêve, au bord du monde assise …

***

Il n’est pas un instant où près de toi couchée
Dans la tombe ouverte d’un lit,
Je n’évoque le jour où ton âme arrachée
Livrera ton corps à l’oubli. (…)

Quand ma main sur ton cœur pieusement écoute
S’apaiser le feu du combat,
Et que ton sang reprend paisiblement sa route,
Et que tu respires plus bas,

Quand, lassés de l’immense et mouvante folie
Qui rend les esprits dévorants,
Nous gisons, rapprochés par la langueur qui lie
Le veilleur las et le mourant,

Je songe qu’il serait juste, propice et tendre
D’expirer dans ce calme instant
Où, soi-même, on ne peut rien sentir, rien entendre
Que la paix de son cœur content.

Ainsi l’on nous mettrait ensemble dans la terre,
Où, seule, j’eus si peur d’aller ;
La tombe me serait un moins sombre mystère
Que vivre seule et t’appeler.

Et je me réjouirais d’être un repas funèbre
Et d’héberger la mort qui se nourrit de nous,
Si je sentais encor, dans ce lit de ténèbres,
L’emmêlement de nos genoux …

Publicités
Poster un commentaire

12 Commentaires

  1. Tellement magique..

    Réponse
    • Tant mieux si ces poèmes vous plaisent 🙂
      Je viens de découvrir votre blog, j’aime beaucoup vos textes très lucides. Je retournerai vous rendre visite.
      Bonne journée.

      Réponse
  2. arbrealettres

     /  5 mars 2015

    De belles trouvailles:-)
    J’aime beaucoup surtout le premier …
    Avoir l’âme qui rêve, au bord du monde assise… Beau programme! 😉

    Réponse
    • Etre comme un arbre humain ce n’est pas mal non plus 🙂
      Moi aussi je préfère le premier mais il est tellement célèbre que je voulais lui adjoindre un autre poème moins connu.
      Je trouve d’ailleurs que le deuxième est assez touchant, surtout le vers « où, seule, j’eus si peur d’aller », et toute cette avant-dernière strophe …
      Merci pour ta visite, bonne soirée ! 🙂

      Réponse
  3. Une auteure dont je devrais sans doute lire les ouvrages : en tout cas, tu m’en as donné envie avec ces deux textes, dont le souffle lyrique et romantique ne peut que nous parler…

    Réponse
    • Je ne sais pas trop s’il y a eu des rééditions récentes des ouvrages d’Anna de Noailles, il me semble que ça ne doit pas être évident de se les procurer.
      A vrai dire c’est une poétesse que je connais uniquement par les anthologies, où d’ailleurs on trouve toujours les deux ou trois mêmes poèmes.
      Certainement, c’est une poétesse qui mériterait d’être rééditée …

      Merci pour ta visite, bonne journée ! 🙂

      Réponse
      • Il me faudra ouvrir l’oeil chez les bouquinistes, alors ! (:

      • Oui. Mais il y a aussi la solution d’Internet, ses recueils doivent être disponibles sur certains sites en pdf, du moins je pense.
        Très bon week-end à vous !

  4. Gatien

     /  10 mars 2015

    Deux beaux poèmes, merci pour ces nouvelles découvertes !
    On peut retrouver effectivement en ligne d’autres textes d’Anna de Noailles, notamment sur Gallica 🙂

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :