Deux poèmes de Charles Dobzynski

dobzynski_escalier
Charles Dobzynski est un écrivain et poète français, né en 1929 à Varsovie et décédé le 26 septembre 2014.( Wikipédia)
J’ai trouvé ces deux poèmes en prose sur le site de l’éditeur L’Amourier, ils sont extraits du recueil L’escalier des questions (2002).

La Pluie en tournée

Venez, ne restez pas dehors, me dit la pluie. J’entre dans son silo. Beaucoup de blé veille sa putrescence. Beaucoup de vent vieillit dans ses barriques. La pluie fait toujours des réserves. Dès qu’elle dort, elle a des fourmis dans le dos, des démangeaisons dans les veines. Je me rouille, dit-elle, à garder la chambre. Chambre noire, il est vrai, pour tout le linge qu’elle détrempe et tant d’images qu’elle délave. Chambre où l’œil couve une autre vue.
On appelle la pluie. Son répondeur nasille : la pluie est en tournée, veuillez laisser votre message. La pluie, dérangeaison dans le nerf optique du temps où dérape l’orage. Je vous invite à déjeuner, dit-elle. Et elle m’offre ses reliefs de collines, ses arêtes de prisme, ses chauds-froids de couleurs. Et vite elle ramasse sur la table les miettes de l’arc-en-ciel. Bien sûr, je reste sur ma faim. Peu importe à la pluie. Elle fait sa toilette, maquille son miroir. Son peigne passe et repasse dans sa crinière où les cheveux blancs des étoiles se prennent.

****

III L’Aveu

J’ai les menottes aux poignets. Je suis bon pour la chambre noire. Car je suis désormais un ressortissant de la nuit, un émigré de l’être, un parent du paraître. On prend mes empreintes: elles se dérobent, naturellement. On essaie de me photographier, de face ou de profil. Le cliché rate, bien sûr. Il y manque l’essentiel. Mon obscurité ne révèle plus rien. Mon apparence, privée de son contraste, se rétracte et simule les estropiés. Mon identité s’esquive par le premier interstice venu. Je me mets à table, dès qu’on recouvre celle-ci d’une nappe qui me sert illico de couverture. Je mange le morceau. Il m’étouffe. Son arête de questions irrésolues me reste en travers de la gorge. Mais j’avoue: oui, je l’ai tuée. Comment faire autrement? Depuis ma naissance, elle m’épiait, me persécutait. Elle se prétendait ma doublure. Personnage en quête d’alter ego, ignorant quel texte elle traînait derrière moi, je finissais par être sa réplique détournée, sa contrefaçon. Elle me prenait en filature. Moi, je la prenais en horreur. Car elle me poursuivait de son odeur indéfinissable, mixture de soufre et de souffrance, de sueur et de cendre. Elle courait à mes trousses, me détroussait de mes songes, m’aplatissait sur le sol. Je n’étais plus que ce tapis effrangé, étranger, sur lequel les passants laissaient l’estampille de leurs pas et essuyaient leurs pieds boueux. Dans son sillage délétère, mes nuits s’enlisaient avec leur cargaison. Mon soleil y transpirait de l’encre. Éponge oubliée de mon corps, elle l’absorbait petit à petit. D’un coup de hache, oui, il m’a fallu la tuer. La piétiner n’y aurait pas suffi. Affaire de vie ou de mort, sans autre alternative: c’était elle ou moi. J’ai abandonné son cadavre dans un terrain vague. Vous la trouverez sans peine, vu la similitude. Mais vous constaterez qu’avant de mourir, mon ombre était déjà aveugle.

Publicités
Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Je ne connaissais pas, j’aime beaucoup…Je note le titre du recueil, j’irai y jeter un oeil d’un peu plus près !

    Réponse
    • Je suis contente que ces poèmes vous plaisent et vous donnent envie d’en lire plus.
      Le site de cet éditeur, L’Amourier, est intéressant, on y trouve pas mal de poèmes. Je vous conseille en effet d’y faire un tour !

      Réponse
  2. arbrealettres

     /  15 octobre 2014

    ah toujours un peu de mal avec la prose-poésie mais merci pour le lien L’Amourier 🙂
    Quelques poèmes de Charles pour ceux qui veulent
    http://arbrealettres.wordpress.com/tag/Charles-Dobzynski/
    Bonne soirée MB 🙂

    Réponse
  3. Oui, j’ai regardé ton lien, les poèmes en vers rimés sont intéressants.
    Moi j’aime bien les poèmes en prose, d’autant plus que je sais que c’est difficile à écrire et à réussir …
    Visiblement Charles Dobzynski était à l’aise avec toutes les formes poétiques, c’est assez rare pour être noté …

    Bonne soirée Christian 🙂

    Réponse
  4. A reblogué ceci sur jean-louis.riguet-librebonimenteuret a ajouté:
    En hommage à Charles Dobzynski décédé le 26 septembre dernier !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :