Hors champ de Sylvie Germain

hors_champ Je n’avais pas lu la quatrième de couverture avant de lire ce livre et c’est heureux car elle résume toute l’histoire et casse complètement l’intérêt du livre.
Le héros, Aurélien, devient progressivement « hors champ » c’est-à-dire que non seulement il disparaît physiquement (son entourage lui dit qu’il est « flou ») mais il disparaît aussi de la mémoire de ses proches et des gens qu’il côtoie habituellement. Cette disparition d’Aurélien est bien sûr symbolique : c’est en fait une mort sociale, du même type que celle qui peut frapper les exclus en général, et les SDF en particulier, qui deviennent transparents aux yeux du monde. Au début du livre, l’auteure souligne en effet la précarité de l’emploi d’Aurélien, ses horaires de travail aberrants ; à la fin du livre, il est tout simplement à la rue, ayant perdu son emploi, sa petite amie l’ayant abandonné, devenu ignoré de tous, même de sa mère.
Ce qui est assez étonnant dans ce roman – et c’est un aspect qui m’a déplu – c’est l’extrême lenteur avec laquelle Aurélien réalise ce qui lui arrive : il n’arrête pas de se demander ce qui se passe, alors qu’il se rend bien compte que plus personne ne le remarque, mais il continue à ne rien comprendre jusqu’à la toute fin du livre et donc il se contente de subir sans rien faire (il est vrai qu’on ne voit pas trop ce qu’il pourrait faire, mais, pour l’intérêt de l’histoire, Sylvie Germain aurait pu rendre son héros plus combattif et plus astucieux).
Je me suis dit aussi, à deux ou trois reprises, que l’auteure aurait peut-être pu tirer un meilleur parti de son idée de disparition, en montrant aussi les quelques avantages qu’il y aurait à devenir transparent (je suppose qu’il doit y en avoir), ou en développant une dimension plus métaphysique … que sais-je ! … mais là, tel que l’histoire se déroule, les événements sont un peu attendus, le récit n’évolue pas beaucoup.
Pour rendre tout à fait justice à ce livre, je dirai que de nombreux passages m’ont touchée, et même un peu saisie, et que j’ai tout de même été sensible à l’espèce de dimension tragique que possède cette histoire.

Publicités
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Bonjour, je t’ai nommée pour le « sisterhood of the world blogger award »…
    http://coquelicotetcompagnie.wordpress.com/sisterhood-of-the-world-blogger-award/

    Réponse
  2. Bonsoir Coquelicot, je te remercie mille fois de m’avoir choisie ! C’est pour moi une très heureuse surprise 🙂
    Il est très possible que je participe à mon tour ! Est-ce qu’il y a une date limite pour le faire ?

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :