Sonnet 21 – Un poème d’amour de Pablo Neruda

pablo_nerudaCe sonnet fait partie de La Centaine d’amour, le célèbre recueil de Pablo Neruda, que l’on trouvera dans la collection Poésie/Gallimard.

 

Sonnet 21

Que tout, que tout l’amour propage en moi sa bouche,
que je ne souffre plus un moment sans printemps,
à la douleur je n’ai vendu que mes mains seules,
maintenant, bien aimée, que tes baisers me restent.

Couvre de ton parfum l’éclat du mois ouvert,
les portes, ferme-les avec ta chevelure,
quant à moi, n’oublie pas : si je m’éveille et pleure,
c’est qu’en dormant je ne suis qu’un enfant perdu

qui cherche tes mains dans les feuilles de la nuit,
et le contact du blé que tu me communiques,
étincelante extase et d’ombre et d’énergie.

Oh ma bien aimée, rien d’autre que de l’ombre,
de l’ombre où tu m’accompagnerais dans tes songes
et là tu me dirais l’heure de la lumière.

Publicités
Poster un commentaire

4 Commentaires

  1. arbrealettres

     /  29 novembre 2013

    parfois je me demande.. mais comment sait/sent-on que C’EST de la Poésie ??
    En quelques mots le ressenti est là… les mots s’envolent et on se retrouve comme en prise directe avec le Poète… Vraiment Magiciens les vrais poètes 🙂

    Réponse
  2. Oui, et le plus étrange c’est qu’on le ressent alors que ce n’est qu’une traduction !
    La version de Poésie/Gallimard est en bilingue : je ne comprends pas l’espagnol, malheureusement, mais rien qu’à voir les sonorités et le rythme on s’aperçoit que ce sont de magnifiques poèmes.

    Réponse
    • arbrealettres

       /  30 novembre 2013

      c’est vrai que la barrière de la langue pour la Poésie est un véritable écueil ;-(
      mais bon parfois des bons poètes traducteurs sont de bon traducteurs de poèmes! 😉

      Réponse
  3. J’imagine qu’il doit être très difficile de se livrer à la traduction de poésie et de conserver à la fois le sens, les ambiguïtés, le rythme … sans parler, parfois, des jeux de mots intraduisibles d’une langue à l’autre !
    Mais tu as raison, les poètes traducteurs sont les meilleurs pour ce genre d’exercice, comme Baudelaire qui a traduit Poe ou Valérie Rouzeau avec Sylvia Plath !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :