Trois poèmes sur le thème de la Passante

Aujourd’hui je voudrais donner à lire trois poèmes du 19è siècle qui abordent le thème de la passante, un thème que j’aime beaucoup car il évoque la fugacité du bonheur.

Le premier poète qui me semble avoir abordé ce thème de la passante est Gérard de Nerval : ici, la passante est une jolie jeune fille, qui donne au poète un aperçu fugace du bonheur et de l’amour.

Une  allée du Luxembourg

         Elle a passé, la jeune fille
Vive et preste comme un oiseau
À la main une fleur qui brille,
À la bouche un refrain nouveau.

         C’est peut-être la seule au monde
Dont le coeur au mien répondrait,
Qui venant dans ma nuit profonde
D’un seul regard l’éclaircirait !

         Mais non, – ma jeunesse est finie …
Adieu, doux rayon qui m’as lui, –
Parfum, jeune fille, harmonie…
Le bonheur passait, – il a fui !

Baudelaire reprend ce thème de la passante avec la même idée (le bonheur qui semblait possible mais qui s’échappe) mais la forme est ici bien différente et beaucoup plus emphatique, l’image de la femme est également toute différente puisqu’il s’agit d’une majestueuse veuve.

A une passante

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d’une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l’ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?

Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !

 

Emile Nelligan reprend cette même image de passante, c’est-à-dire celle d’une veuve, mais ici le sens est tout différent car il ne s’agit plus d’une femme que le poète pourrait aimer, mais d’un symbole de son âme incomprise. C’est donc une vision beaucoup plus intériorisée et, en même temps, plus sombre.

La Passante

Hier, j’ai vu passer, comme une ombre qu’on plaint,
En un grand parc obscur, une femme voilée :
Funèbre et singulière, elle s’en est allée,
Recélant sa fierté sous son masque opalin.

Et rien que d’un regard, par ce soir cristallin,
J’eus deviné bientôt sa douleur refoulée ;
Puis elle disparut en quelques noire allée
Propice au deuil profond dont son cœur était plein.

Ma jeunesse est pareille à la pauvre passante :
Beaucoup la croiseront ici-bas dans la sente
Où la vie à la tombe âprement nous conduit ;

Tous la verront passer, feuille sèche à la brise
Qui tourbillonne, tombe et se fane en la nuit ;
Mais nul ne l’aimera, nul ne l’aura comprise.

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

10 Commentaires

  1. Pascale

     /  30 octobre 2013

    Très beau thème, oui. J’aime bien aussi Les passantes d’Antoine Pol, mis en musique par Georges Brassens 🙂

    Réponse
    • Oui, je pensais d’ailleurs faire un deuxième article sur le thème de la passante au 20è siècle !
      Il me semble que je connais ce poème d’Antoine Pol, je l’avais lu sur un autre blog.
      Merci Pascale pour ton commentaire 😀

      Réponse
  2. Je serais curieux de lire un article sur le thème de la passante au 20e car aucune idée ne me vient pour l’illustrer… Et puis c’est toujours un plaisir de lire un peu de poésie, surtout ce très joli texte de Nerval (que je préfère au ronflant poème de Baudelaire) et celui de Nelligan que je ne connaissais pas… Merci pour cette découverte !

    Réponse
    • Moi aussi, je préfère nettement la vision de Nerval à celle de Baudelaire qui parait assez vieillie et pompeuse …
      Pour le thème de la passante au 20ème siècle, je dois encore faire quelques recherches mais j’ai déjà quelques idées de poèmes, pas forcément connus en effet !
      Nelligan est un poète québécois de la fin du 19è siècle qui mériterait d’être plus connu en France, je trouve.

      Réponse
      • Il a eu une drôle de vie en tout cas… Du coup, j’ai réservé ses Oeuvres Complètes à la bibliothèque, j’ai hâte de les découvrir !

      • Oui, il est devenu fou à vingt ans et a passé tout le reste de sa vie dans un asile, sans écrire …
        Ses œuvres complètes sont à la fois très belles et très sombres.

  3. arbrealettres

     /  31 octobre 2013

    oui joli thème récurrent 🙂
    Quelques autres poèmes ici sur ce « T’aime » lol!
    http://arbrealettres.wordpress.com/?s=passante
    Bonne journée!
    🙂
    Ch Passeur de Mots
    🙂
    Blog de Poésie: http://arbrealettres.wordpress.com
    Index: http://pagesperso-orange.fr/coolcookie/poesie/index.html
    Blog de Photos: http://arbreaphotos.wordpress.com/

    Réponse
  4. J’aime beaucoup la thématique de la passante, avec cette pointe de mystère et cette omniprésence anonyme…

    Réponse
  5. Oui, moi aussi ! Et c’est un thème pour lequel les poètes ont visiblement beaucoup d’inspiration !
    Merci Polina pour ton commentaire

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :