Un nouveau poème d’amour en vers libres

Défensives

C’est pour résister à la nuit
que je t’aime,
tu ignores de quels désastres
cet amour me protège,
tu ignores
l’après-coup dévasté
de mes colères.
Ton amour est un cauchemar
dis-tu.
Alors arrache
à mes baisers
leurs épines
arrache bec et ongles,
fais de moi ton bon ange.
Mais voilà,
tu retournes
cet amour contre moi
et soudain
même la joie a goût de sang.

Marie-Anne Bruch

Ce poème a paru pour la première fois dans la revue de poésie en ligne Le Capital des mots et vous trouverez deux autres poèmes de moi en cliquant sur ce lien

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :