Fable de pierre de Jaume Privat

FABLE DE PIERRE

Pierre à pierre
Nous avions bâti des murs,

Contre la lueur de l’aube,
Contre la nuit, le bruit, la peur.
Contre les autres,
Contre les pierres, enfin.

L’air manqua, nous comprîmes.

Accrochés de tous nos ongles,
Nous cherchons la sortie.

Jaume PRIVAT
J’ai trouvé ce poème dans la partie « Extraits » du site de la revue poétique Friches (friches.org)

Publicités
Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. Je ne peux m’empêcher en relisant ce poème de me rapprocher du poème « Labyrinthe » de Borges, qui commence ainsi :

    « Il n’y a pas de porte. Tu y es
    « Et le château embrasse l’univers
    « Il ne contient ni avers ni revers
    « Ni mur extérieur ni centre secret. »

    Chacun sait combien la valeur symbolique du labyrinthe comptait pour Borges.

    Réponse
  2. Merci ! Le rapprochement avec Borges est très judicieux.
    Effectivement, le thème du labyrinthe apparait aussi dans Fictions.
    Merci pour ce poème, qui prolonge bien celui de Jaume Privat.
    C’est de nos propres murs et labyrinthes intérieurs qu’il s’agit.

    Réponse
  3. arbrealettres

     /  2 février 2013

    comprimés… nous comprîmes 😉
    Joli Fable bien de notre Temps … heureusement il y a le Vent Frais de la Poésie! 😉

    Réponse
  4. Voir  » Le rêve du batisseur »…

    Il y a toujours dans notre tête,
    Le rêve du bâtisseur,
    Qui commence dès qu’on s’assure,
    En mettant un pas devant l’autre,
    …L’équilibre est trouvé
    On ne peut rester sur place,
    Et attendre que le temps passe.

    suite sur http://ecritscrisdotcom.wordpress.com/2013/03/07/le-reve-du-batisseur-rc/

    Réponse
  5. Je ne sais pas s’il l’éclaire ( en creusant une fenêtre dans le mur, peut-être ),
    mais ce qui devait être un abri, peut rapidement se transformer en prison, ou lieu d’oppressions,

    et en ce qui concerne les bâtisseurs, j’ai pensé à la tour de Babel…

    ou bien, le bâti sert maintenant à afficher sa puissance par des constructions gigantesques: par exemple les grandes villes hérissées de buildings, certains esthétiquement réussis, mais souvent prétentieux, quand même.
    La démesure (utilisée dans les constructions gothiques par exemple ), n’ayant plus vraiment de rapport avec la foi, ou alors une foi liée à l’argent…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :